1. Accueil
  2. Accueil
  3. Pascal Coupez : « Valérie Pécresse va profiter d’une dynamique »
AccueilTerritoire

Pascal Coupez : « Valérie Pécresse va profiter d’une dynamique »

Sur le Valenciennois, Pascal Coupez, ancien secrétaire territorial du parti « Les Républicains », est désigné comme représentant de Valérie Pécresse investie par le dit parti politique. Entretien avec cet homme politique expérimenté, un fidèle de la candidate depuis longtemps à l’entame d’une campagne présidentielle dont l’issue est ô combien incertaine.

Un ticket d’entrée du second tour… très bas !

A brûle pourpoint, on pourrait se demander pourquoi Pascal Coupez, Directeur du Développement économique au sein de communauté d’agglomération du Cambrésis, est désigné comme référent de la dite candidate sur le Valenciennois. La raison est pourtant extrêmement simple. « Lors de la Présidence de Jacques Chirac (1995/1997), j’étais en poste sur la commune de Marchiennes, un jour, j’ai reçu un appel téléphonique de l’Elysée, c’est Valérie Pécresse qui voulait me rencontrer, elle était conseillère technique de Jacques Chirac à cette époque », commente Pascal Coupez.

Ensuite, le militant de l’UMP est resté fidèle à la femme politique a tel point qu’il est devenu adhérent de la formation « Libre »dont il était le référent sur le Valenciennois, le parti politique fondé par Valérie Pécresse hors de la maison « Les Républicains ». La réputation de Valérie Pécresse, femme très organisée, n’est pas usurpée. Dès vendredi 03 décembre, alors que le résultat final n’était pas encore tombé, Pascal Coupez était sollicité par l’équipe de Valérie Pécresse pour représenter, soutenir, aider… sa parole dans le Valenciennois. Nous avons d’ailleurs été contacté dès vendredi dernier pour attester ce propos.

Un Congrès réussi…

Le moins que l’on puise dire est qu’en septembre 2021, peu voire très peu d’observateurs éclairés commentaient une issue positive à ce processus interne. Force est de constater que la photo de famille samedi 04 décembre était presque inespérée. « Le mérite revient à Christian Jacob, il était taillé pour cette mission, il fallait quelqu’un de terrain. Pour ma part, j’étais plutôt favorable à une primaire ouverte comme celle organisée en 2016. A l’époque, ce fut un succès démocratique (4 millions d’électeurs) », explique Pascal Coupez.

Sur l’héritage de cet élan programmatique sorti des urnes en 2016, Pascal Coupez souligne sans équivoque que « Valérie Pécresse est dans la ligne de François Fillon ». On se souvient de l’écrasante victoire de François Fillon, notamment sur Alain Juppé, dans le Valenciennois.

En digression, on peut souligner la parfaite exécution de ce vote électronique, comme celui de la primaire EELV, avec un résultat indiscutable, une réactivité quasi immédiate. Dans le Valenciennois, on connaît ce vote moderne et rapide, notamment sur Condé-sur-l’Escaut où 30 minutes après la fin de vote, les 6 Bureaux locaux rendent leurs verdict…, à méditer !

Et le 1er jour de La Présidentielle écorné…

Depuis samedi soir, on peut parler d’un panorama complet des candidat.e.s à l’élection suprême. En effet, Eric Zemmour, déclaré, et le champion du parti Les Républicains bouclent un paysage politique pléthorique sur la ligne de départ nonobstant les fameux 500 parrainages.

Et malgré ce jour symbolique, Eric Ciotti s’est lâché sur un message mal reçu suite au passage de la dite candidate au journal de TF1. La friture sur la ligne fut très très médiatisée, et malgré les échanges amicaux de ce lundi 06 décembre, le plus dur commence pour Valérie Pécresse.

« Elle a la capacité de rassembler », Pascal Coupez

Pascal Coupez est très optimiste sur la réussite de sa championne : « Elle a la capacité de rassembler. Clairement, même si j’ai un grand respect pour Edouard Philippe, je ne pense pas que beaucoup de membres du parti, ou proches, partiront le rejoindre depuis cette fin de Congrès. Les départs ont déjà eu lieu (notamment au Havre) ».

Sur la santé publique, il salue l’apport de Philippe Juvin sur un sujet central, l’outil public de santé. « L’hôpital public tient grâce aux internes et aux infirmiers paramédicaux, des acteurs de santé sous-payés ».

Sur l’Education nationale, il met en exergue les dysfonctionnements des dispositifs, notamment « celui de Parcours Sup sur les professions médicales où l’ouverture du Numérus Clausus n’est pas une réalité dans les faits ».

Sur le plan des institutions, il approuve totalement la reprise par Xavier Bertrand d’une idée de Nicolas Sarkozy concernant un Conseiller territorial en remplacement d’un Conseiller départemental et d’un autre régional. « Xavier Bertrand peut apporter une belle contribution dans cette campagne » , ajoute Pascal Coupez.

Sur l’aide droite, la question est plus épineuse, l’excellente campagne d’Eric Ciotti n’occulte pas que son programme, sur le fond, est en harmonie avec celui d’Eric Zemmour. La porosité de l’électorat d’Eric Zemmour et de celui d’Eric Ciotti est indéniable, et ce n’est pas le Tweet de Guillaume Peltier qui modifie ce constat « Comment rester insensible au discours d’Eric Zemmour ? ». Pourtant, là non plus, Pascal Coupez ne craint pas une hémorragie, car « Valérie Pécresse va profiter d’une dynamique. Elle a un CV, très expérimentée comme Ministre, puis aujourd’hui comme Présidente de la région Ile de France, quasi un Etat, j’ai confiance en elle pour porter les sujets sur la Santé Publique, sur l’Education, sur l’Environnement où elle a souligné son attachement à la filière nucléaire, le mur de la dette, enfin la sécurité et l’immigration », poursuit-il.

4 mois pour convaincre avant le 1er tour

Si le paysage politique est plus clair depuis samedi dernier, la course aux parrainages, voire des sondages trop médiocres, pourraient encore modifier le nombre de candidat.e.s in fine. Entre nous, même un enfant de 6 ans pourrait faire certaines additions… politiques !

« Je pense que le seuil du 1er tour sera très bas. Franchement, Valérie Pécresse a toutes ses chances de figurer au second tour de cette Présidentielle. De plus, que le parti Gaulliste désigne une femme, c’est moderne. Je trouve cela super comme l’élection a 39 ans d’un Président de la République en 2017 », conclut Pascal Coupez.

La région des Hauts-de-France sera incontournable par la candidate, elle y sera d’ailleurs dès ce vendredi 10 décembre en compagnie de Xavier Bertrand.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu