1. Accueil
  2. Accueil
  3. Droit de Réponse du CSE de l’AJAR
AccueilTerritoire

Droit de Réponse du CSE de l’AJAR

Suite à l’article diffusé le mardi 14 décembre 2021 « L’AJAR et Prim’Toit vers un mariage en 2022 », le CSE de l’association l’AJAR demande un « Droit de Réponse » diffusé ce lundi 20 décembre 2021 (Visuel DR/AJAR).

« En réponse à l’article paru dans vos colonnes le 14 Décembre 2021, intitulé  L’AJAR et Prim’Toit vers un mariage en 2022, les membres élus du CSE de l’AJAR souhaitent apporter des précisions quant aux informations relatées dans ledit article (https://www.va-infos.fr/2021/12/14/lajar-et-primtoit-vers-un-mariage-en-2022/).

Contrairement à ce que dit l’article, les salariés de l’AJAR « se rendent parfaitement compte » des difficultés financières que traversent leur association depuis quelques mois et leur investissement demeure sans faille.

Toutefois, ces difficultés sont à relativiser puisque les chiffres présentés concernent le résultat d’exploitation de l’Association au 30 juin. De fait, les encaissements et subventions en attente de versement sont exclus de ces derniers ce qui a conduit le CSE à commander un audit financier dont les résultats seront connus dans les prochaines semaines. Les difficultés rencontrées sont, de l’aveux même du président Beauduin, dues aux paiements retardés de cotisations et à une trésorerie trop juste ; une situation que chaque association du secteur a l’habitude de connaître.

Les salariés et les membres élus du CSE savent qu’il est, néanmoins, nécessaire de trouver des solutions rapides afin pérenniser le modèle financier de l’association AJAR et espèrent que la présidence se montrera à la hauteur de cette ambition.

Malheureusement, le rapprochement avec Prim’toit, initié par Mr Beaudoin et voté à l’unanimité par les membres du Conseil d’Administration de l’AJAR, a abouti à la signature de la Convention Cadre de Mutualisation avec Prim’Toit et ce sans consultation préalable du CSE. Espoirs déchus, donc, pour les salariés. En sus de ce défaut de consultation, les membres élus du CSE sont d’autant plus inquiets qu’ils ont adressé plusieurs courriers aux membres du CA qui sont restés lettre morte à ce jour.

Enfin et pour renforcer la présence de notre structure au niveau local, nous ne sommes pas contre un « mariage » avec l’Association Prim’Toit mais nous ne souhaitons pas y aller les yeux fermés sans que ne soient prises en compte d’autres propositions de rapprochement. Si le bon sens invite chacun d’entre nous à étudier différents devis lorsqu’il s’agit de savoir quel sera notre prochain fournisseur d’électricité, il devrait en être de même lorsqu’il est, notamment, question de SAUVEGARDER les emplois de notre association. Le CSE considère que les offres de rapprochement transmises par des établissements disposant d’une assise financière solide devraient être étudiées au même titre que celle de Prim’Toit. En ce sens, une lettre d’intention a été adressée par la Sauvegarde du Nord et nous espérons qu’elle ne demeurera pas sans réponse puisque cette structure a pour avantage d’être concernée par les mêmes champs d’intervention que notre association et de bénéficier d’un statut salarial comparable.

Pour conclure, en « mariage », ce n’est pas parce que l’Homme a soif d’Amour qu’il doit se précipiter sur la première source venue ».

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires