1. Accueil
  2. Accueil
  3. Jeroen : « Pour Mélenchon, c’est un vote contestataire avec des propositions »
AccueilDenaisis

Jeroen : « Pour Mélenchon, c’est un vote contestataire avec des propositions »

Les caravanes de l’union populaire de la France Insoumise sillonnent la métropole jusqu’au dernier jour possible avant le 1er tour (08 avril). L’une d’entre elles faisait étape sur Denain au coeur du Faubourg du Château, pagode et porte à porte étaient au menu, mais également une mise au point de Cédric Brun, le chef de file du parti LFI dans la 19ème circonscription.

Le trio de tête dans les sondages (Macron, Le Pen, Mélenchon), voire les interrogations sur Zemmour et Pécresse, amène un véritable suspense avant ce 1er tour de l’élection présidentielle. Pour les militants des différents protagonistes, tout ne semble pas écrit, voire pour n’importe quel institut de sondage et même les éditorialistes plongés dans une certaine perplexité.

Dans cette dernière ligne droite, les militants de la LFI sont en quête des abstentionnistes. «  A chaque fois que nous échangeons avec un abstentionniste, nous arrivons à le ou la convaincre de voter pour Jean-Luc Mélenchon », commente Jeroen, un jeune militant de 18 ans animateur dans cette caravane de l’union populaire.

Devant Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, la candidate du Rassemblement National est dans le viseur « elle veut voler l’électoral social. Marine Le Pen n’est pas le seul vote contestataire, c’est un vote anti-système sans solutions. Par contre, voter pour Mélenchon, c’est un vote contestataire avec des propositions », poursuit Jeroen. Sur ce point précis, Cédric Brun enfonce le clou « je côtoie Sébastien Chenu (député sortant RN) au Conseil régional, un candidat social Sébastien Chenu, c’est une imposture ! C’est un festival d’absences et un cumul des mandats ».

« Pour la 1ère fois, il y a 95% des majeurs inscrits sur les listes électorales », Gabriel

Comme en 2017, le coeur des militants s’appuient sur un programme structuré « où le pouvoir d’achat est pris en compte, avec la retraite à 60 ans, où Marine Le Pen a reculé, le SMIC à 1 400 euros net (voire de la différence en euros net en plus compte tenu que le SMIG passera officiellement à 1 300 euros net le 01 mai 2022), le blocage des prix avec une liste de produits (dont le carburant) », commente Jeroen.

Autre proposition socle dans le programme de Jean-Luc Mélenchon, le passage à la 6ème république, Gabriel explique clairement ce changement de paradigme : « Le Chili vient de changer de constitution, ce procédé a pris deux ans. Tout d’abord, nous réunissons une Assemblée constituante avec des citoyenn.e.s. Puis, cette dernière va préparer la 6ème république », indique Gabriel, militant LFI de 28 ans, animateur dans cette caravane de l’union populaire.

L’inscription automatique dès l’âge de 18 ans sur les listes électorales est une avancée indéniable avec « un record. Pour la 1ère fois, il y a 95% des majeurs inscrits sur les listes électorales. Jean-Luc Mélenchon a perdu avec un écart de 600 000 voix en 2017, nous pouvons être au second tour en 2022 », précise Gabriel.

Sur le volet sécuritaire, un pan présumé plus faible chez Jean-Luc Mélenchon, Gabriel répond tout de go. « Nous sommes pour une meilleure utilisation des forces de l’ordre. D’abord, la législation du cannabis va permettre de libérer du temps pour la Police. Ensuite, la suppression de la Police de proximité sous Nicolas Sarkozy fut une grave erreur ».

D’évidence, comme d’autres candidats, La France Insoumise veut susciter un vote d’adhésion. Néanmoins, pour être concret avec 5 points environ d’écart dans les sondages, il faut conjuguer la capacité à convaincre des abstentionnistes, mais également faire baisser drastiquement les voix en faveur de Marine Le Pen, que ses voix partent vers Mélenchon, Roussel, Arthaud ou Poutou. En clair, le candidat de la France Insoumise pourrait jumper sur le fil Marine Le Pen et celui du Parti Communiste dépassé les 5%, c’est peut-être le seul scénario possible pour une surprise à gauche, sauf trop compter sur l’inattendu Eric Zemmour… !

« L’objectif est de battre l’extrême droite », Cédric Brun

Syndicaliste reconnu et élu au Conseil régional, Cédric Brun se positionne en chef de file dans la 19ème circonscription avec Françoise Dupont-Cunin (suppléante de Julien Poix en 2017). Il cible parfaitement son but final : « L’objectif est de battre l’extrême droite. Pour y arriver, nous pouvons nous entendre à travers une candidature de gauche unique. Nous devons reprendre à gauche cette circonscription. D’ailleurs, Sébastien Chenu a tout perdu depuis, municipale, régionale… ».

Pour autant, Cédric Brun rappelle qu’en 2017 :« Il n’y a, comme d’habitude, aucun ouvrier à l’Assemblée nationale. C’est qu’avec Patrick Soloch (et Isabelle Choain), ancien responsable local d’une compagnie du CAC40, nous n’aurons pas toujours le même discours, mais aucune porte n’est fermée, rien n’est infaisable ! », ajoute-t-il.

Pour trancher le sujet d’une candidature unique à gauche, ou pas, Cédric Brun concède que « les résultats du 1er tour vont conditionner les candidatures. Si Jean-Luc Mélenchon est au second tour, cela change les choses, etc. », conclut-il.

La suite dès le 11 avril, voire le 25 avril… !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu