1. Accueil
  2. Accueil
  3. La formation, le « Poinfor » de l’insertion pour « AGIR » !
AccueilValenciennois

La formation, le « Poinfor » de l’insertion pour « AGIR » !

La gestion humaine des personnes âgées dans les établissements dédiés constitue un problème majeur pour les gouvernants, les autorités de tutelle, sans oublier l’inquiétude au premier chef des familles. Dans cette optique, Poinfor, organisme d’insertion reconnu sur le Valenciennois, a lancé un dispositif innovant et spécifique pour former des personnes au métier d’auxiliaire de vie, la preuve par les faits.

Eric Veron : « Les EHPAD ont réellement des difficultés de recrutement »

Jetons un coup d’oeil dans le rétroviseur afin d’expliquer cette initiative. En effet, durant les phases aiguës de La Covid, le ministère de la santé et du travail ont autorisé les Entreprises d’insertion à proposer leurs services aux EHPAD face à cette carence de bras. Sauf « que ce fut la catastrophe compte tenu que les gens n’étaient pas formés aux gestes et aux attitudes à maîtriser pour gérer des personnes en EHPAD. Aujourd’hui, nous avons un manque criant d’auxiliaires de vie dans ces établissements pour personnes âgées dépendantes », précise Eric Véron, le Directeur de l’organisme d’insertion Poinfor.

Fort de ce double constat, un déficit de professionnels dans les EHPAD et le manque de compétences indispensables, Poinfor s’est entouré de multiples partenaires pour soulever des montagnes. En effet, le programme « AGIR », porté par Poinfor, a été consolidé par l’Etat, d’autres organismes d’insertion comme Espace avenir et Interface Emploi, Valenciennes Métropole, Areva, l’OPCO (Opérateur de compétences/) concerné, etc., afin de former des auxiliaires de vie. En premier lieu, ce programme a permis d’initier une formation qualifiante durant plus de trois mois. Dans ce cadre, 15 personnes en recherche d’emploi ont acquis une compétence solide (bionettoyage + aide à la personne) face à toutes les situations à gérer en présence des personnes âgées dans un établissement médicalisé. « Ça n’a jamais été fait. Cette formation est une première avec des personnes en situation d’insertion. Je tiens à remercier le CREFO (organisme de formation professionnelle) pour la qualité de leur formation durant 3 mois, mais également tous les partenaires pour le financement de cet apprentissage, pour 15 personnes, dont le coût était de 70 000 € », ajoute Eric Véron.

Des retours positifs de part et d’autre

En présence des 15 nouvelles Auxiliaires de vie, plusieurs responsables d’EHPAD étaient là pour témoigner des premières missions en situation dans leurs établissements. « C’est une agréable surprise, alors que j’étais dubitative suite à des échecs où les personnes n’avaient pas le savoir-être. En effet, c’est la première chose demandée face à des personnes fragiles, c’est la base ! Je suis satisfaite des personnes de chez Poinfor, car on ne s’ennuie pas dans un EHPAD. Elles ont toutes une appétence aux soins de la personne », explique une responsable d’EHPAD.

Un autre directeur d’EHPAD souligne « les bons retours des résidents, humainement parlant. Elles se sont intégrées rapidement. Je pense que c’est le recrutement qui fait tout, bravo à Poinfor. Nous avions essayé de recruter en direct précédemment, mais à chaque fois il y avait un véritable problème de compétences ».

Les services de l’Etat était présent à travers un regard bienveillant sur cette initiative : « Ce dispositif est d’abord un travail sur les compétences. Ensuite, je le rappelle, ce sont des emplois non délocalisables ».

« ce métier exige un minimum de flexibilité », Eric Veron

Le directeur de Poinfor reconnaît les difficultés de la mission au quotidien. « On doit s’occuper de personnes âgées dans des horaires contraints, c’est pourquoi ce métier exige un minimum de flexibilité. Toutefois, compte tenu de la qualité de leur formation, elles ont toutes travaillé en confiance », commente Eric Veron

Enfin, la parole des nouvelles auxiliaires de vie est sans doute la plus importante, le ressenti du terrain impose son vécu. Clairement, autour de la table, ces 15 personnes ont laissé transpiré leur satisfaction, leur engagement, tout comme leur motivation même si tout n’est pas simple.

« Sur 15 personnes, 5 n’avaient pas le permis de conduire. De fait, nous avons noué un partenariat avec « La clé du Permis » pour une formation rapide sur le code puis la conduite », ajoute Eric Veron.

Toutefois, rien ne se fait en claquant des doigts, si les usagers d’un véhicule ont des remboursement de carburant en complément de leur salaire, les non bénéficiaires d’un permis… à ce stade ont eu un chauffeur pour les conduire quel que soit l’horaire et le jour. « Nous avons trouvé une personne en insertion, il a utilisé un véhicule de Pointfor, et il assure la conduite 7j/7 des personnes vers les postes de travail dans les EHPAD », conclut-il.

La preuve dans les faits. Quand on veut, on trouve toujours une solution, pas toujours conventionnelle, mais diablement efficace. Même le responsable de l’Etat avouait une certaine entorse aux rouages administratifs habituels…afin de mettre sur les rails cette formation unique et innovante, on reste coi !!! On l’a compris, le besoin en agents aux petits soins des personnes âgées fait sauter toutes les frontières connues…

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu