1. Accueil
  2. Accueil
  3. La mobilité au carrefour de tous les possibles !
AccueilValenciennois

La mobilité au carrefour de tous les possibles !

Organisé pour la 3ème fois par l’ACSRV, le Forum des Mobilités s’est déroulé sur le splendide site de l’IMTD (Institut des Mobilités et des Transports Durables), comme un tiers-lieu presque lié par essence à cet acteur incontournable de l’action sociale sur le Valenciennois. Ainsi, une quarantaine de stands dedans-dehors du bâti construit sur le vaste périmètre de l’UPHF a permis au public à la fois scolaire ou adulte de (re)découvrir les dispositifs facilitateurs, mais également les nouveautés en matière de mobilité (visuel démonstration sécurité routière Maison du Vélo).

(Visuel de l’équipe AFEV sur le Forum des Mobilités)

Jean Clavery : « La mobilité, c’est la vie ! »

Avec près de 10 000 adhérents au sein de ses différentes structures sur le Valenciennois, l’ACSRV est un baromètre des attentes et des problématiques liées à la mobilité. Logiquement, cette association a été retenue dans le cadre du PIA (Plan d’Investissement d’Avenir), porté par l’ANRU et Valenciennes Métropole sur le point financier, afin d’investir la thématique de la mobilité sur le Valenciennois.

Dans cette optique, après une première au Boulon, une deuxième au sein du Stade du Hainaut, un troisième opus d’un « Forum des Mobilités », au sein de l’IMTD après une pause Covid, s’avérait essentiel compte tenu que le paysage en la matière évolue très vite « avec de nouveaux acteurs sur ce sujet. La mobilité concerne l’insertion, la formation, son absence demeure un frein à l’emploi », commente Benjamin Lemoine, le Directeur général de l’ACSRV. Ensuite, cette difficulté à se déplacer n’implique pas à chaque fois une distance extraordinaire entre le lieu d’activité et le domicile. « Nous avons des personnes où le problème existe pour un trajet de 3,5 km entre l’emploi ou la formation, et le domicile. C’est un frein psychologique beaucoup plus répandu que l’on ne le pense. C’est pourquoi, nous accompagnons ces publics », ajoute le Directeur.

« La mobilité est un enjeu essentiel pour notre territoire », Régis Dufour-Lefort

Pour le vice-président en charge du climat au sein de Valenciennes Métropole, la thématique est centrale. « La mobilité est un enjeu essentiel pour notre territoire. Il faut lever les freins de plus en plus important concernant le déplacement domicile/travail. Ce Forum des Mobilités est un point de départ sur la mobilité pour laquelle nous devons associer à notre réflexion le SIMOUV (Autorité Organisatrice des Mobilités/Tramway/Bus). Il faut changer de paradigme, car aujourd’hui nous avons encore 8 voitures sur 10 avec une seule personne dans le véhicule », déclare Régis Dufour-Lefort.

Pour le Président de l’ACSRV, Jean Clavery, la pandémie a accentué ce besoin de mobilité « perdue hier sur le Valenciennois durant la Covid et aujourd’hui à Shanghaï… La mobilité, c’est la vie, c’est la liberté ». Pour autant, le déplacement quel que soit son mode répond à une organisation rationnelle sinon « nous avons une mobilité mal gérée, rappelez-vous votre dernière embouteillage… », ajoute-t-il.

« La mobilité est le centre de tout », Antunes Dias

Présent sur la piste Gyrovia, en face de l’IMTD, l’association la « Maison du Vélo » avait réalisé un parcours sur la « sécurité routière pour les vélos » ; une occasion pour un focus sur cette structure née en 2017, implantée rue du Chauffour à Valenciennes (plus d’infos sur https://pharmacyclo.fr).

Simulateur sécurité routière

« Notre objet est de favoriser la pratique du vélo à travers plusieurs actions, la vente de vélo d’occasions (environ deux cents en stock), la vente de pièces d’occasions (à profusion), sans oublier le savoir rouler à vélo à l’instar du parcours installé sur ce Forum des Mobilités, voire des balades à vélo que nous organisons, car nous avons aussi une quinzaine de vélos en location », explique Antunes Dias, un administrateur de l’association. Et sans oublier « je tiens à remercier Valenciennes Métropole, notre principal financeur ».

Ensuite, l’association investit également le vaste champ de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) à travers « notre atelier de réparation. L’adhésion à l’association est de 11 euros par an pour un étudiant ou demandeur d’emploi et 15 euros pour un salarié. Ensuite, vous pouvez venir réparer au sein de l’atelier votre vélo gratuitement, hors pièces achetées, et nous accompagnons ces personnes. Attention, nous ne vendons jamais de vélos neufs et nous dirigeons l’usager vers un vendeur local », poursuit Antunes Dias.

Le public client est plus large que les frontières, car « nous avons beaucoup de jeunes, des étudiants, des jeunes actifs, des personnes en recherche d’emplois, voire toutes catégories d’âges, mais aussi de nombreux étrangers de passage venant utiliser la Boucle Unesco. Nous sommes juste à coté », ajoute Renaud Dulongpont, un autre administrateur de l’association.

Enfin, l’appétit vient devant l’assiette, car la Maison du Vélo voit plus grand sur le volet insertion et écologique. « Nous voulons agrandir notre atelier avec plusieurs emplois en insertion grâce à la mission confiée par Valenciennes Métropole sur la collecte des bio-déchets chez les commerçants/artisans. De plus, nous voulons aller plus loin pour étendre cette collecte aux particuliers grâce à nos 6 vélos cargos », ajoute Antunes Dias… très affuté et ambitieux sur le développement de ladite association !

Après tout, il a raison, car récolter de nouvelles missions, c’est provoquer la chance, car toute vraie occasion est un néologisme, si la mission est réussie, un hapax, si c’est un flop, pas de précédent, pas de réédition, pas de signes avant-coureurs, pas de seconde fois non plus, l’ambition est comme la politique, on prend en marchant et on apprend en tombant !

« Tisser le lien entre l’étudiant et le milieu scolaire », Anaïs Tavernier

Autre acteur sur ce Forum des Mobilités, l’association nationale AFEV (Association de la Fondation étudiante pour la ville) existe depuis 2005 avec son antenne sur Valenciennes (rue Georges Chastelain).

Sa mission première est simple, mais extraordinairement importante compte tenu du déficit en la matière. En effet, l’AFEV doit « tisser le lien entre l’étudiant et le milieu scolaire. Pour y arriver, nous avons deux types d’actions. La démarche individuelle où nous rencontrons des jeunes afin de les accompagner, mais également des déplacements au sein des établissements scolaires, école, collège, lycée, pour informer les élèves sur les études supérieures », explique Anaïs Tavernier, la développeuse de l’antenne de l’AFEV sur Valenciennes.

Evidemment, lorsque nous parlons… lycée, des milliers de neurones s’échappent de notre cerveau face la réforme des lycées d’une part, mais surtout confronté au fameux ParcoursSup. « En effet, on observe une grande angoisse chez les jeunes, notamment confrontés à la rédaction de la lettre de motivation sur ParcourSup. C’est pourquoi, nous informons les lycéens au maximum afin de les mettre dans les meilleurs dispositions pour remplir Parcoursup. D’ailleurs, en marge, la sensibilisation sur l’orientation intervient dès la 5ème aujourd’hui », poursuit-elle.

Devant mécaniquement se tenir sur le fil des réformes, l’AFEV se déplace sur les quatre points cardinaux du Valenciennois. « Pour m’accompagner sur le Valenciennois, nous avons beaucoup de bénévoles et des emplois civiques », conclut Anaïs Tavernier (plus d’infos sur https://www.facebook.com/afev.valenciennes/ ou https://afev.org).

« Un TER Lille-Paris, c’est possible », agent SNCF

Sur ce Forum des Mobilités sous la houlette de Benjamin Lemoine et de Madjid Bounoua de l’ACSRV, la plus-value résidait sans aucun doute dans la diversité des acteurs, du Kiosque Mobilité à la Clef du Permis en passant par le Pass Covoiturage où pour ce dernier un site associatif vous permet une mise en relation, en mode Bla Bla Car, mais « avec un tarif libre, et nous observons beaucoup de propositions de voyages gratuits en covoiturage », explique une responsable du site www.passpasscovoiturage.fr ; c’est aussi cela la mobilité solidaire !

Enfin, de la structure ad hoc à un poids lourd de la mobilité, les visiteurs pouvaient retrouver un stand de la SNCF dédié au TER. Bien sûr, l’ordonnateur financier est régional, mais la région des Hauts-de-France est « très étendue avec un maillage important de lignes TER. D’ailleurs, on le sait peu, mais un TER Lille-Paris, c’est possible ! Certes, c’est plus lent, mais moins cher… », explique l’agent sur son stand. A ce titre, la carte de réduction – de 26 ans à 15 euros et + de 26 ans à 30 euros « avec 50% de réduction pour le titulaire de la carte et 50% pour 3 accompagnants » mérite le détour. Vous pouvez également découvrir les belles villes de la région en affiche, tout format, sur  https://laboutiqueter.fr/  « d’ailleurs, la commune de Le Quesnoy nous a réclamé son affiche, elle sera diffusée très prochainement ».

Voilà, ce Forum des Mobilités était un condensé de multiples acteurs compétents sur le volet géographique, le plus évident, le volet socio-professionnel, le plus important, et le volet socio-culturel, le plus enrichissant. Tout cela pour dire qu’il est plus que probable qu’une 4ème édition d’un Forum des Mobilités s’invite sur le Valenciennois l’année prochaine.

Forum des Mobilités en galerie

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu