1. Accueil
  2. Accueil
  3. A Valenciennes, le Passage de la Paix devient d’Intérêt communautaire
AccueilValenciennois

A Valenciennes, le Passage de la Paix devient d’Intérêt communautaire

Pour les (vieux) Valenciennois, face à la Gare SNCF de Valenciennes, le mythique Passage de la Paix était une pépite commerciale jusque la fin des années 80. Fleuron d’un axe commercial descendant vers la rue de Lille, l’entrée nord de Valenciennes avec sa Galerie commerciale et sa rue commerçante avait fière allure, mais tout cela était au 20ème siècle… Ce soir, le Conseil municipal de Valenciennes va valider une délibération très importante concernant la réhabilitation du Passage de la Paix comme d’intérêt communautaire.

Un partenariat ville de Valenciennes/ CAVM

Depuis la fermeture pour cause d’insalubrité de cette Galerie Commerciale, la ville de Valenciennes s’est cassée les dents sur ce dossier « indémerdable », disait Dominique Riquet où le nombre pléthorique de propriétaires rend ce dossier d’une complexité infernale.

Chemin faisant, avec un alignement des planètes, notamment à travers la loi Climat et résilience, promulguée le 22 août 2021, et son fameux objectif zéro artificialisation nette (ZAN) en 2050, les lignes de la consommation foncière vont bouger. En effet, ce dernier va mettre sur le devant de la scène toutes les friches industrielles, car elles deviennent mécaniquement le seul vecteur d’urbanisation possible dans une collectivité locale, oups !

Ensuite, la ville de Valenciennes comme celle de Denain ont signé une convention avec l’Etat, le dispositif Coeur de Ville, où l’objet est la redynamisation des centres-villes des communes entre 20 000 et 50 000 habitants.

Cette conjugaison de paramètres à propulser une délibération, le 21 mars 2022, consacrant la réhabilitation, comme 14 autres sites sur la CAVM, du Passage de la Paix à Valenciennes. Le projet est ambitieux, car il doit résoudre plusieurs problèmes, la Galerie en rez-de-chaussée, les surfaces commerciales en étages, tout comme des logements, sans oublier une verrière Gustave Eiffel à restaurer, un chiffrage à donner des maux de tête à n’importe quel DGF !

Un coût estimatif à 25,5 millions d’euros…

Ce dossier sera partagé entre la ville de Valenciennes et Valenciennes Métropole à travers une convention financière où l’agglo prend 50% du coût et la ville de Valenciennes le reste après déduction des subventions de l’Etat, de la région, voire du Conseil Département du Nord.

Concrètement, l’opération est complexe puisqu’elle va comprendre :  La réalisation de logements par l’Association Foncière Logement, une quarantaine de logements sur les niveaux R+1 . R+4, et environ 14 places de stationnement en rez-de-chaussée ;

La proposition de cellules commerciales d’environ 330 m et la réalisation d’un espace central, type food court d’environ 540 m, avec des cellules portées (loyers modérés) par la Foncière déjà en action  sur la ville de Valenciennes (rue Vieille Poissonnerie) ;

et enfin, l’aménagement en rez-de-chaussée de la maison de l’habitat et des transitions, comme un lieu totem symbolisant les politiques mises en place par Valenciennes Métropole et ses partenaires. C’est sans doute l’espace le plus compliqué à relancer dans le giron du privé d’où le choix d’une entité publique.

Le premier coût estimatif avant des études approfondies serait de 25,5 millions d’euros, dossier à suivre, car il sera le fil rouge de ce mandat local.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu