1. Accueil
  2. Accueil
  3. Cécile Gallez, la « mère-maire » repose en paix… sociale !
AccueilValenciennois

Cécile Gallez, la « mère-maire » repose en paix… sociale !

Malgré une date estivale, l’église Saint-Martin, et ses abords, était bondée ce vendredi 05 août afin de rendre une dernière fois hommage à Cécile Gallez. Cette assistance pléthorique était parcheminée d’une présence massive du corps des pompiers, de figures politiques, du monde économique et syndical, de l’Etat de proximité, des Saint-Saulviens et Saint-Saulviennes, voire bien au delà. Un moment de partage où comme durant toute cette semaine, le temps politique toujours effréné et impatient a laissé l’horloge consacrée son moment à l’ancienne maire, durant 43 ans, de Saint-Saulve. Jean-Marie Launay était l’homme de foi en charge de cet événement particulier pour sa commune, Saint-Saulve, et un territoire, le Valenciennois.

Cécile Gallez, inimitable, infatigable, inclassable, inénarrable, des funérailles à son image !

Les funérailles de Cécile Gallez aurait pu se dérouler dans une cathédrale, elle eut été pleine. La cérémonie, en accord avec la famille, ne comporta pas de messe, mais elle dura tout de même 2H30 où les minutes filèrent avec une grande intensité, une émotion palpable. Les 450 places assises étaient insuffisantes, car près 250 personnes s’installèrent sur les chaises voire restèrent debout à l’extérieur du lieu consacré.

Malgré cette date peu propice au grand rassemblement, de nombreux maires ont fait le déplacement, Laurent Degallaix, maire de Valenciennes et président de Valenciennes Métropole, Béatrice Descamps, la députée de la 21ème circonscription, Laurent Depagne, maire d’Aulnoy-les-Valenciennes, Pierre Griner, maire de Quiévrechain, Jacques Schneider, maire d’Hergnies, Grégory Lelong, maire de Condé-sur-l’Escaut, et bien d’autres, Geneviève Mannarino, ex conseillère départementale, le Conseil municipal de la commune, voire d’anciens élus locaux, sans oublier Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France, le Sous-Préfet de Valenciennes, et bien sûr le SDIS, car « Cécile voulait l’accompagnement des pompiers pour ses funérailles », souligne Gilles Grégoire, contrôleur général du SDIS. Ce dernier évoquait l’engagement indéfectible de Cécile Gallez pour les pompiers : « Saint-Barbe est la protectrice des pompiers, mais sur le Valenciennois, il y avait aussi Cécile Gallez. D’ailleurs, peu de gens le savent, mais elle a également participé à des avancées au niveau national pour notre corporation ».

« Elle s’excuse auprès des gens insatisfaits de son action », la famille

Cécile Gallez, hospitalisée peu après l’inauguration de son espace dédié ,   sentit l’instant proche du dernier soupir. « Cheffe, le moment est arrivé. Vous le sentiez. Vous m’aviez prévenu depuis quelques semaines », commente Yves Dusart.

Cécile Gallez, née en 1936 sur la commune de Raismes, a partagé cette année de naissance avec  plusieurs grands noms du territoire, René Cher, mais également Luc Coppin présent pour ce dernier hommage. « J’ai fait toutes mes études de pharmacie avec Cécile. A l’agglo, on se disputait la place de doyen, mais j’étais le plus âgé », indique avec le sourire l’ancien maire de Fresnes-sur-Escaut.

La filleule de Cécile Gallez

Sa filleule rapporta son appétence pour « la peinture nature-morte », mais surtout «  de sa mère son dévouement inconditionnel pour les autres ». Elue en 1971, elle lança nombre d’initiatives sociales et s’investit à fond dans le tissu associatif de sa commune, avec Gérard, son mari, et c’est presque naturellement qu’elle fut tête de liste en 1977 pour remporter ce premier mandat de maire.

Un autre membre de sa famille lut le propre discours que Cécile Gallez prépara ses dernières semaines. Comme toute son action publique.. rien au hasard, efficace, droit au but, concret, et d’une grande humilité.« Maire 43 ans, elle s’excuse auprès des gens insatisfaits de son action durant ses mandats de maire », indique sa nièce.

« La Cheffe…, et sa faculté d’aimer les gens », Yves Dusart

L’émotion était intense quand Yves Dusart, le maire…après Cécile Gallez, prit la parole. Il retraça cette « carrière riche et admirable. C’était la Cheffe qu’on écoute et sa faculté d’aimer les gens. Sous sa carapace protectrice, elle était pudique, joviale, son rire caverneux

Yves Dusart et Jean-Marie Dubois

restera dans nos mémoires, franche, directe, ô combien travailleuse, et aussi caractérielle. Il faut le dire aussi, mais c’était nécessaire pour s’imposer pour une femme plus encore que maintenant. Elle fit passer Saint-Saulve d’une population de 5 000 à 11 500 habitants, elle a tout fait, mais on ne peut pas résumer son engagement uniquement à l’action sociale. Elle s’est également beaucoup battue pour l’emploi. Cécile est un modèle unique ». Le maire ajoute non sans malice « son café, son informatique.. étaient à titre personnel, il ne fallait pas peser sur les deniers publics ». Le jour d’une actualité nationale commençant par un « B », cela laisse rêveur !

« Valenciennes Métropole a repris les fondamentaux de la CCVE », Laurent Degallaix

Evidemment, l’aura de Cécile Gallez dépassa les frontières de la commune, médaille de l’Assemblée nationale, médaille du Sénat, pour son action parlementaire, elle fut également une fondatrice de l’intercommunalité avec la CCVE. « Valenciennes Métropole a repris les fondamentaux de la CCVE, une agglo de projets. Ensuite, elle réussit à se faire aimer pour ce qu’elle est, et se faire respecter pour ce qu’elle faisait. Elle a voulu partir en toute discrétion en plein milieu de l’été, mais nous lui rendons un hommage mérité », déclare Laurent Degallaix.

« C’était la Grande Dame de notre territoire », Béatrice Descamps

La députée a souligné son engagement pour l’emploi à travers son combat « pour Ascoval (et Vallourec) sans oublier son travail pour l’arrivée de Toyota sur notre territoire. Je la remercie pour son soutien durant la dernière élection législative. Cécile, c’était la Grande Dame de notre territoire ».

Enfin, le Sous-Préfet de Valenciennes rappela que le Ministre de l’Intérieur « a salué l’engagement de Cécile Gallez comme députée, conseillère départementale, présidente d’agglo, et maire durant 43 ans. J’ai aussi à ma prise de fonctions bénéficié de ses conseils si avisés ».

« Très discrète sur sa foi », l’abbé Jean-Marie Launay

L’abbé JM Launay

Sa foi chrétienne, Cécile Gallez n’en faisait pas étalage, mais « elle était présente chaque semaine pour la messe. Elle était très discrète sur sa foi. Sur son engagement, elle a mis en oeuvre son action au service des autres, c’est la noblesse de la politique. Malheureusement, la pratique politique, le mensonge, l’intérêt personnel, etc., ont éloigné les français des élections », commente l’abbé Launay, seul coup de griffe durant ce moment de recueillement. Le responsable de la paroisse trouva aussi la bonne formule pour illustrer l’action au long cours de Cécile Gallez « c’était la mère-maire de tous les Saint-Saulviens ».

Très bien organisées, les funérailles de Cécile Gallez s’achevèrent dans l’église avec une haie d’honneur formée par des responsables d’associations et des commerçants, puis comme une évidence la sortie du cercueil porté par les pompiers marqua les esprits de l’assistance sur le parvis de l’église Saint-Martin. Le chemin était proche avant que Cécile ne rejoigne sa dernière demeure avec une escorte de véhicules de pompiers, normal !

Yves Dusart conclut son discours par une vérité « je n’ai jamais vu une personne sans enfants laissant autant d’orphelins à son départ », le mot de la fin et les maux tristes de toute une population.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires