1. Accueil
  2. Accueil
  3. Aéroport Valenciennes-Denain, un aéroport à vivre !
AccueilTerritoire

Aéroport Valenciennes-Denain, un aéroport à vivre !

Pour ce week-end à l’entame du mois octobre consacré au Journées Portes Ouvertes de l’Aéroport Valenciennes-Denain Charles Nungesser, les forces vives de cette institution du Valenciennois ont organisé un temps d’ouverture afin de découvrir des offres de service, des personnages de l’aviation civile, des grandes entreprises sur le secteur sans oublier une projection cinéma en fin de soirée.

(Le célèbre DC3, avion américain emblématique sur le tarmac de l’aéroport Valenciennes-Denain)

En arrivant à destination, vous pouviez découvrir des kakémonos dans le hall d’accueil de l’aéroport du plus célèbre Valenciennois disparu, l’aviateur Charles Nungesser, puis vous étiez conviés à rejoindre un hangar « que nous venons d’acheter. Justement, l’entreprise américaine Cirrus s’est installée très récemment dans ce dernier », commente Jacques Schneider, le président du syndicat mixte de l’aérodrome Valenciennes-Denain.

Sous la houlette de Florian Beaufils, le Directeur de l’aéroport, les convives étaient invités à écouter divers intervenants, chacun dans son domaine. Evidemment, en propos liminaire, Jacques Schneider brossait le portrait de cet aérodrome « devenu aéroport Valenciennes-Denain Charles Nungesser depuis 2016. C’est un équipement de taille modeste. Toutefois, c’est un outil au service des entreprises sur le territoire du Grand Hainaut (Valenciennois, Cambrésis, Maubeugeois). A ce titre, nous sommes très sollicités sur du fret et souvent la nuit. D’ailleurs, c’est notre particularité, car cet aéroport est ouvert 7J/7 et 24H/24 ».

Avion d’affaires de l’entreprise américaine Cirrus

La spécificité de cet équipement est également son implantation au sein d’une Zone Industrielle, étalée sur 5 communes du Valenciennois, La Sentinelle, Herin, Prouvy, Rouvignies, et Trith-st-Léger avec pas moins de 287 entreprises présentes. Une association sur site, baptisée « Aéropark », regroupe 87 membres afin de faire avancer des dossiers structurants, la sécurité des entreprises, son accessibilité, le rôle des usagers, en résumé la vie du quotidien sur un espace économique doté d’un aéroport.

« Nous avons été agréablement surpris par son développement ces dernières années », Bruno Fontaine

En toute logique, la CCI Grand Hainaut porte un oeil éclairé sur l’avenir de cet outil essentiel pour le monde de l’entreprise. « Nous avons l’expérience d’une gestion d’un aéroport, car nous avons récupéré avec la CCI régionale l’exploitation de l’aéroport de Beauvais. Néanmoins, pendant un temps, nous avons eu l’impression que cet aéroport du Valenciennois nous avait échappé. Puis, nous avons été agréablement surpris par son développement ces dernières années. C’est un outil indispensable pour le territoire. La direction le sait. Ici, on ne réfléchit pas en volume, mais en diversité et qualité de transport », commente Bruno Fontaine, le Président de la CCI Grand Hainaut.

« 1 400 aéroports (ou aérodrome) d’affaires en Europe », entreprise AVICO

Au détour d’une offre de services en aviation d’affaires par l’entreprise AVICO, nous apprenons qu’il existe 500 aéroports commerciaux en Europe, mais surtout 1 400 aéroports pour l’accueil de l’aviation d’affaires. « L’aéroport de Paris-Le Bourget est le plus fréquenté d’Europe en aviation d’affaires et le deuxième est celui de Nice (à la fois aéroport commercial et aviation d’affaires) », explique un dirigeant de l’entreprise AVICO.

« Cet aéroport est très belle plate-forme », Alain Battisti

Assurément, le Guest de cette soirée était Alain Battisti, PDG de Chalair, une compagnie aérienne française forte de vols commerciaux avec des avions de 19, 48, 70, ou 129 places. « Cet aéroport est une très belle plate-forme avec ses spécialités », insiste-t-il.

Florian Beaufils et Alain Battisti

Présenté comme « un monstre dans la profession », par Florian Beaufils, cette compagnie se bat sur tous les fronts, vols commerciaux, vols d’affaires, vols loisirs, du fret et son PDG ne manque pas d’égratigner Bruno Lemaire, le Ministre de l’économie. « Nous sommes un acteur spécialisé dans le transport des équipes professionnels en football et en rugby. Visiblement, le Ministre de l’Economie ne comprend pas qu’à 1h du matin, il n’y a pas de trains disponibles », tance Alain Battisti. Ce point est à mettre en parallèle à un temps de récupération de plusieurs heures en bus, mais beaucoup plus réduit en temps avion. Soyons sérieux et pas uniquement dogmatique ou sinon arrêtons le sport professionnel… et les économies associées, bonne chance ! 

« Le DC3, le 1er avion rentable de l’histoire », Alain Battisti

Ensuite, Alain Battisti raconte l’histoire d’un avion et pas n’importe lequel, celui du DC3 américain. D’abord, le PDG pilote avait ramené sur l’aéroport de Valenciennes-Denain, pour ces 3 jours de JPO, le seul DC3 en état de voler en France : « Construit avant la seconde guerre mondiale, Le Douglas Commercial-3 n’était pas le plus moderne, mais il est le 1er succès commercial de l’histoire de l’aviation. Après un succès civil où 99% des avions de ligne étaient des DC3 en 1940, il a été adopté par l’armée américaine avec un fait d’arme historique où 900 DC3 ont largué des milliers de parachutistes derrières les lignes allemandes en Normandie… le 05 juin 1944 ».

« zéro émission en 2050 grâce à la production de carburant synthétique vert », Grégoire Bert (Safran)

Bien sûr, la polémique sur les jets privés est présente dans tous les esprits des locuteurs. Sur ce sujet épineux, le responsable commercial de SAFRAN, Grégoire Bert, défend « un secteur toujours en croissance, et de plus en plus décarboné. Un avion consomme 5 fois moins de carburant entre 1950 et 2020. Certes, en 2020, nous avons des avions à 100% sur de l’énergie fossile, nous visons 2030/35 en mode bas-carbone, puis zéro émission en 2050 grâce à la production de carburant synthétique vert ».

Cette soirée atypique s’est achevée avec la diffusion sur un écran géant d’un film reconnu dans le métier « les Chevaliers du Ciel ». Sans tomber dans un esprit de croissance commerciale, l’aéroport de Valenciennes-Denain veut s’inscrire de plus en plus comme l’outil incontournable au sein d un vaste territoire industriel, au croisement des sites économiques névralgiques de l’Europe du Nord, et au service d’un bassin de vie d’un million d’habitants… !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires