Du jeudi 20 octobre au mercredi 02 novembre, l’élection des prochains membres de la CCI du Grand Hainaut, bientôt baptisée CCI locale, va se dérouler sur les territoires du Cambrésis, de la Sambre-Avesnois et du Valenciennois

(CCI régionale) Bruno Fontaine, une liste unique aux actions multiples

Avec 15 000 ressortissants dont près de 8000 commerçants de proximité, la CCI locale (Sambre-Avesnois, Cambrésis et Valenciennois) est incontestablement un poids lourd au sein de la région des Hauts-de-France. La nouvelle CCI régionale comprendra 120 membres dont 14 pour le Grand Hainaut. Sept CCI composent cette CCI régionale des Hauts-de-France. Quatre dans le Nord Pas-de-Calais et trois en Picardie vont participer à la naissance de cette entité régionale empruntant le pas du découpage administratif de la région du même nom.

Cette élection sur le Grand Hainaut va désigner 42 membres (17 femmes et 25 hommes) pour siéger au sein de cette nouvelle CCI Locale dont 14 seront les titulaires à la CCI régionale.

Un vote consulaire…

Pour arriver à bonne fin, cette élection par correspondance et par internet (https://www.facebook.com/elections.ccigrandhainaut/) doit porter une liste unique à la gouvernance de cette nouvelle CCI Locale. « Pour réussir à présenter une liste unique, nous avons concerté avec toutes les organisations patronales des 3 territoires, MEDEF, CGPME, FTIAVAL, UIMM, FFB etc. Il a fallu respecter les équilibres territoriaux, la parité régionale et la pesée économique de chaque territoire« , déclare Bruno Fontaine, tête de liste et « il n’y a pas eu de primaire« , ajoute Sebastien Delquignies.

Certes, la liste est unique mais la participation des ressortissants à cette élection est importante en terme de représentativité. En sus de la pesée économique d’un territoire, la légitimité élective est une donnée qui n’échappe à aucun décideur.

… pour le commerce de proximité

Le périmètre d’action d’une CCI est extrêmement vaste. Parmi les actions visées, il y a le lancement d’un Market Place local ! Sous la tutelle de Didier Rizzo, un projet de commerce connecté est sur le point de voir le jour d’ici la fin de l’année 2016 (voir www.va-infos.fr/2016/09/28/market-place-local-connecte-hainaut-01-decembre/)

Indéniablement, nous avons dépassé la phase de choix d’un mode de consommation. Le comportement d’achat connecté est une réalité qui s’impose en zone urbaine, périurbaine et rurale. Il est nécessaire que les commerçants de proximité adhèrent à cet Amazon local car les acheteurs le sont…. connectés ! Peu importe l’âge du capitaine, l’acheteur peut être un ado comme une personne du 4ème âge. En effet, pas plus tard qu’hier, la Poste a annoncé que les facteurs proposeraient du temps horaire, facturé, pour un service à la personne. Déductible des impôts comme les autres structures de services à la personne, on peut imaginer que le facteur réalise un achat sur le market place, pour le compte d’une personne âgée avec un système de livraison à la clé. Rien ne doit surprendre dans le monde connecté, seul le produit peut encore vous époustoufler !

Toutefois, Didier Rizzo prévient sans langue de bois «  j’appuie sur le bouton (en cas d’élection) si cette plate forme a au moins 50 adhérents pour démarrer car on a qu’une seule chance sur internet. Nous commençons sur le Pôle du Valenciennois, puis nous déclinerons sur les autres territoires ce Market Place Local« .

Pour sa part Bruno Fontaine rappelle la problématique du centre-ville « des infrastructures commerciales ont été construites en périphérie aspirant la clientèle. D’un autre coté, il faut imaginer un nouveau centre-ville, plus ludique« . A 70%, les Français aiment leur centre-ville mais pour sa balader, flâner, il est de facto impératif que l’offre urbaine commerciale soit attractive.

Enfin, pour cette analyse globale du commerce de proximité « nous pouvons nous appuyer sur le Livre Blanc réactualisé« .

… pour la logistique

Présent à cette conférence, au sein du nouveau siège du MEDEF, Sébastien Delquignies, entrepreneur d’un port privé, évoque l’incontournable Canal Seine Nord  Europe voire en traduction locale  « le Canal Seine Escaut« .

Effectivement, le logisticien a parfaitement raison car l’Escaut est omniprésent dans ce chantier du siècle. Liée sur la réflexion globale du CSNE, le curage du canal Condé Pommeroeul est indépendant dans sa phase travaux et surtout financière. « Le chantier a démarré, il est lancé. La problématique des boues est résolue et ces travaux vont durer 2 ans« , ajoute Sebastien Delquignies. Pour mémoire, ce curage va faire économiser une journée pour un transporteur en voie d’eau sur l’Escaut en route vers le Nord de l’Europe par exemple, c’est énorme et acquis quel que soit le délai de réalisation du Canal Seine Nord Europe.

Ensuite, la fameuse liaison Valenciennes-Mons est de retour sur les tablettes. La petite ligne habituelle, depuis des temps immémoriaux, sur les grand projets du territoire figurant sur les programmes politiques serait en voie de résolution. On se demandait si la ligne Maginot ne s’était pas édifiée entre la France et la Belgique. Que nenni, Sebastien Delquignies affirme que « ce chantier est inscrit budgétairement dans le plan Etat/Région 2015/2020 pour un coût de 13 millions d’euros« . Clairement, en terme de fret cette absence de ferroutage pose un problème parfaitement identifié. »Une entreprise du Valenciennois utilisant le transport ferré doit passer par Lille avant de revenir sur la Belgique. c’est pourtant seulement 1,5km ! », ajoute-t-il et la résultante « en terme de transport, c’est une journée de perdue, c’est un coût réel, un stock qui dort« , précise-t-il.

Gageons que Philippe Vasseur, nouveau Haut-Commissaire, informera les entreprises du Valenciennois sous peu…

Enfin, il faut mettre en exergue la réussite du Port de Saint-Saulve, parti de rien avec un objectif de 80 000 containers presque déjà rempli avec « 70 000 déjà au compteur. Il faut anticiper en amont ce dépassement. Nous allons doubler la capacité de ce port public« , ajoute Sébastien Delquignies. Avec 5 ports publics, dont celui de Denain avec un potentiel évident, et des ports privés performants, le Hainaut a une carte majeure à jouer sur la voie fluviale.

… Pour l’industrie

Bruno Fontaine dont la carrière est très éprouvée à l’international dans les grands groupes souhaite « enrichir l’offre de sous-traitance, elle est fragile actuellement« . Il rappelle également les outils à disposition pour les entreprises en difficulté « il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard« .

La pesée économique par territoire est la suivante, 59 % pour le Valenciennois dont 53% pour Valenciennes, 24% pour la Sambre-Avesnois dont 28% pour Avesnes/Maubeuge et 17% pour le Cambrésis dont 19% pour Cambrai. A travers ces chiffres, il est limpide que le secteur industriel territorial a une portée économique significative dans cette nouvelle CCI régionale, l’automobile et le ferroviaire notamment. En clair, le Valenciennois pèse plus de 5% économiquement dans une région de 6 millions d’habitants.

… pour le Tourisme

Certainement, le tourisme est le sujet touche à tout et le plus transversal. Alexia Baudoux veut mettre en place une plate-forme internet centralisatrice avec tous les événements touristiques sur les 3 territoires, un défi de taille. « Ensuite, nous voulons mettre en lumière des grands événements déjà existants. La Course des Terrils, le nouveau Musée du Verre etc. » En résumé, les élus consulaires pensent qu’il serait nécessaire d’apporter une plus grande visibilité à ces événements culturels, sportifs ou autres.

Enfin, le très attendu Palais des Congrès sur Anzin en janvier 2017 « nous allons accompagner ce nouvel équipement« , conclut Alexia Baudoux.

Voilà un court résumé des actions pour lesquelles les futurs élus du la CCI Locale vont devoir réfléchir, agir efficacement, passer du temps et se battre pour défendre les dossiers en région… pas de la dentelle mais le choix d’un élu consulaire qui donne de son temps !

Liste des 14 titulaires au sein de la CCI régionale, parmi les 42 membres locaux, sur cette liste unique : Hélène Cattelot, Jacques Morel, Anny-Claude Morisaux, Jean-François Bedu, Jean-Marie Gros, Marc Krzemianowski, Christophe Fehring, Jean-François Sailly, Béatrice Bertin, Didier Rizzo, Cécile Masson, Marc Posak, Sébastien Delquignies et Bruno Fontaine.

Publié par Daniel Carlier le 12 octobre 2016
Alexia Baudoux Bruno Fontaine CCI Didier Rizzo Sébastien Delquignies
Bruno Fontaine « Une liste issue de la concertation »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email