Dimanche 22 janvier prochain, c’est le 1er tour de la primaire de la belle Alliance populaire, un moment que tous les militants de ces partis politiques attendent, voire redoutent. Dans cette optique, les organisateurs de cette respiration démocratique ont exposé leurs attentes et leurs objectifs sur ce territoire.

La primaire de gauche 2017, renaissance ou résistance !

Sur le Valenciennois, ce n’est pas moins de 18 organisateurs qui seront à la baguette de cette primaire de gauche. Marcel Lourel, candidat P.S aux législatives sur la 20ème, avec Michel Domin comme suppléant, Christine Laurent, candidate P.S aux législatives sur la 21ème, et Sandrine Gombert, sa suppléante, mais également Yves Floquez, en charge du Bureau sur Marly, ont présenté le dispositif sur le Valenciennois.

En octobre 2011, le Parti Socialiste a eu l’excellente idée de lancer un vote, une primaire ouverte plus largement qu’aux simple militants. L’habitude très ancrée, dans tous les partis, étaient pourtant de ne faire voter que ses militants, à jour de leur cotisation ; une véritable culture de l’entre-soi totalement désuète. Une pratique qui n’est plus du tout en phase avec la perception et les habitudes de vote d’un électorat plus volatile, plus incertain, plus influençable… Ce fut un succès incontestable avec 2,6 millions de votants à l’époque, propulsant François Hollande sur la route du succès en mai 2012. Toutefois, la rudesse des combats, entre Martine Aubry et François Hollande, a laissé des traces, des clivages de courants politiques durant tout le quinquennat.

Néanmoins, la droite s’est inspirée totalement de cette heureuse initiative en 2011 et a réussi, avec un score de participation inespéré, sa primaire à l’automne 2016. «Nous ne sommes pas du tout dans le même contexte qu’en 2011», précise Christine Laurent. «Nous étions conquérants en 2011», souligne Marcel Lourel. Toutefois, l’intérêt, cette incertitude latente rend «cette élection passionnante», ajoute Christine Laurent. Les organisateurs sont très lucides également «les courants politiques ont pesé sur le quinquennat » , indique Sandrine Gombert ; « il ne faut pas le cacher, nous avons connu une baisse des adhérents. Par contre, ceux qui sont là sont ultra motivés« , commente Michel Domin.

En effet, rien n’est comparable, aux responsabilités depuis 5 ans, une situation inédite sous la 5ème République où le Président ne se représente pas, des candidats solides « de gauche » hors primaires, il n’y a pas de point de repère pour l’électeur, c’est le saut dans l’inconnu !

Un fauteuil pour 7

Premier point clair dans tous les esprits de l’organisation : «Nous ne sommes pas là pour indiquer une consigne de vote», souligne Marcel Lourel. «Nous mettons un point d’honneur à ne pas indiquer notre choix de candidat. Cela reste une démarche personnelle», confirme Sandrine Gombert. Contrairement à la primaire 2011, dynamique mais clivante, les différents courants du Valenciennois, Pro-Aubry et Pro-Kanner, se sont rassemblés pour tendre vers un objectif clair ; mobiliser les électeurs pour cette primaire.

Bien sûr, cela n’occulte pas un dialogue interne «chacun défend son point de vue, mais nous avons une volonté affichée d’informer la population, de mobiliser et d’inciter à voter aux primaires», ajoute Marcel Lourel. Christine Laurent poursuit «nous ne pouvons pas parler pour d’autres militants (voire participants)».

Sur la campagne en cours, les deux débats sont différemment commentés : «Le premier était assez terne, pas suffisamment d’échanges. Le deuxième était plus punchy et plus précis sur les programmes des différents candidats», déclare Christine Laurent.

Une démarche démocratique qui ne perd pas de vue l’objectif final «face au programme de François Fillon, il faut que le peuple de gauche se réveille», ajoute Sandrine Gombert. Pour peser et mettre sur orbite le candidat choisi, ce vote doit fédérer à minima 2 millions d’électeurs, le suspense est total.

Concrètement

Sur le Valenciennois, 26 bureaux de vote (Primaires citoyennes – Bureau de vote et communes rattachées du valenciennois) seront en place, sur environ 35 sections socialistes. «près d’une centaine de militants seront présents pour ces 2 dimanches d’élection», précise Christine Laurent.

Ensuite, toute personne inscrite sur les listes électorales peut voter. Les participants doivent s’acquitter d’un montant de 1€ chaque dimanche, puis signer une charte. Les bureaux sont ouverts de 9H à 19H.

empacemeh

Publié par Daniel Carlier le 17 janvier 2017
Primaire de gauche
La primaire ouverte du Parti Socialiste veut mobiliser le Valenciennois
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email