A quelques semaines de l’élection présidentielle, la visite d’Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports, sur la ville feumière démontre l’urgence d’une nouvelle donne économique sur cette commune. Aucun doute, l’inversion des indicateurs sociaux problématiques passe par des emplois et des entreprises nouvelles.

Anne-Lise Dufour : «  Denain fait toujours partie de la République »

Le déplacement du secrétaire d’Etat aux Transports pour une simple bretelle, une « amélioration de desserte », pourrait surprendre au premier chef. Et pourtant, Alain Vidalies est venu annoncer la participation financière de l’Etat afin d’améliorer la desserte autoroutière des zones d’activités du Denaisis !

Anne-Lise Dufour rappelle l’histoire de ce site des Pierres Blanches, ancien bastion de la sidérurgie et d’Usinor, dont la fermeture en 1978 a réduit la surface salariale de 10 000 à 200 emplois… ! «  Oui, ici, c’était la ville feumière, qui fume tout le temps avec une industrie mangeuse d’hommes. A cette époque, li y avait de multiples communautés sans aucun problème de coexistence car le ciment, c’était le travail ». Plus de 40 ans plus tard, la casse sociale est omnipotente sur ce secteur avec une moyenne de 33% de chômage et plus de 60% chez les jeunes sur certaines villes du Denaisis.

«  On nous a laissé un cimetière industriel », souligne Alain Bocquet, président de la Porte du Hainaut. « Je ne pense pas qu’un autre territoire ait connu un tel traumatisme », souligne le président de la commission des transports pour la région des Hauts-de-France, en lieu et place de Xavier Bartrand, absence remarquée dont l’origine est facile à subodorer… !

Accès à portée de route…

Site des Pierres Blanches

L’A21 sur la gauche et le site des Pierres Blanches

La difficulté sur ce site des Pierres Blanches réside dans la pollution forte des sols. De fait, cette friche industrielle, bord à canal de 80 hectares, coûtera cinq ou six fois plus chers à dépolluer qu’une réalisation ex nihilo «sur une terre agricole», souligne la député maire de Demain.

Néanmoins, malgré l’addition, l’intérêt logistique saute aux yeux « j’ai voulu voir sur place la réalité de ce projet routier », souligne le Secrétaire d’Etat. C’est pourquoi, la délégation est partie, en bus, sur le site des Pierres Blanches afin de visualiser cet axe autoroutier à porter de main, bord à canal de l’Escaut, un potentiel d’installation d’entreprises absolument évident. « J’ai reçu de nombreux chefs d’entreprises, mais cette absence de raccordement à l’autoroute A21 est rédhibitoire. Actuellement, les poids lourds doivent passer dans la ville pour accéder ou sortir de cette zone », précise Anne-Lise Dufour.

Le projet

Alain Vidalies

Alain Vidalies

Le plus fort est que cette réalisation ne va rien innover. En effet, Usinor avait déjà sa propre route, mais à la fermeture de cette usine, elle est tombée en désuétude. « Les services de l’Etat vont améliorer l’existant afin de se raccorder à l’A21. A terme, cette réalisation va desservir les trois zones d’activités du Denaisis », confirme Alain Vidalies.

En clair, le raccordement va s’effectuer sur la commune d’Escaudain, a coté du pont de Lourches, et va irriguer la zone des « Soufflantes« , et par suite celle des « Six Mariannes » et des « Pierres Blanches ». Le coût global est de 4,5 millions d’euros, et « l’Etat va abonder à hauteur de 2 millions d’euros », précise le Secrétaire d’Etat. Ensuite, Xavier Bertrand a confirmé par courrier à la maire de Denain le reste du financement, ça c’est fait !

La Porte du Hainaut sera aux manettes, comme maître d’ouvrage, ce qui pourrait être une sécurité si dans deux mois une nouvelle majorité prenait les commandes d’un gouvernement. « Personne n’osera remettre en cause, les 2 millions de l’Etat, tant son importance est stratégique pour le développement économique de la ville de Denain », conclut le Sectaire d’Etat, député qui comme Alain Bocquet va quitter sa fonction au printemps.  Avec un dossier géré par une intercommunalité, de fait par une représentation diverse d’élus, il serait très surprenant que les nouveaux gouvernants raye d’un trait de plume ce soutien à l’économie… privée ! «  Sur la Porte du Hainaut, nous avons 38 % d’emplois dans l’industrie », commente le président de la CAPH. Ce chiffre est très important comparativement à tous les territoires de France.

Cette manne financière de l’Etat, de 2 millions d’euros, sera intégrée au plan minier, présentée prochainement. Ce projet piloté par la Porte du Hainaut devrait aboutir « d’ici deux ans » , précise la maire de Demain. Mais, il faut être clair, tout ce qui est « gratté » avant les élections présidentielles avec un immense potentiel de réalisation, sans suppression rétroactive, c’est du bonus ! Beau cadeau d’anniversaire pour la député-maire de Denain qui fêtait ses 47 ans à cette occasion.

Plan de raccordement à l'A21

Plan de raccordement à l’A21

Publié par Daniel Carlier le 2 mars 2017
Alain Bocquet Alain Vidalies Anne Lise Dufour
Denain met des bretelles à son pantalon économique
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email