A l’initiative du collectif «  Couleur(s) Républiques »sur Denain, Marine Tondelier, élue d’opposition EELV sur Henin-Beaumont, est venue témoigner de son vécu depuis 3 ans au sein d’une commune dirigée par le Front National. Un message qu’elle a transcrit dans un livre intitulé « Nouvelles du Front », à lire, à décoder, et à méditer sur la méthode de gouvernance du Front National.

(Visuel de Anne-Emmanuelle Bonard, Patrick Soloch, Marine Tondelier, et Yannick  Andrzejczak)

Marine Tondelier : «  Le F.N est un parti caméléon »

L’exercice de la démocratie n’est jamais simple, et pourtant il peut s’avérer plus complexe dans certaines localités. Sur plus de 36 000 communes, la fonction d’élu de l’opposition peut devenir assez compliquée. En l’occurrence, le témoignage de Marine Tondelier est édifiant sur la méthode de gouvernance  du Front National à Henin-Beaumont.

Une question de climat

Patrick Soloch et Marine Tondelier

Patrick Soloch et Marine Tondelier

Une centaine d’adhérents ont déjà rejoint ce tout jeune collectif « Couleur(s) Républiques ».  Patrick Soloch insiste sur son volet transpolitique «  nous avons des profils de toutes les obédiences politiques, des métiers différents etc. qui ne veulent pas voir arriver un député Front National sur le Denaisis (19ème), voire un maire sur le long terme ».

Dans cette optique, Marine Tondelier retrace cette arrivée au pouvoir de Steve Briois, le nouveau maire d’Hénin Beaumont. « Le Front National rodait, comme un vautour, dans le Pas-de-Calais sur une commune à prendre », explique l’élue EELV. Presque servi sur un plateau, la situation politique catastrophique à Hénin-Beaumont, avec un ancien maire condamné pour 18 chefs d’accusation, à propulser un élu du F.N à la première magistrature en 2014.

«  Le F.N est un parti caméléon, porté sur la lutte contre l’immigration dans le sud de la France (avec Marion Marechal Le Pen) et avec un discours beaucoup plus social dans le Nord-Pas-de-Calais car elle sait que c’est une terre historiquement d’immigration. Ce parti s’adapte à la couleur locale », explique-t-elle. C’est partout dans le monde le propre d’un mouvement politique populiste, et par là même son extrême dangerosité !

Elle étaye la méthode : «  Alors que le F.N fustige les migrants etc. après les attentats.. ; à Henin Beamont, on agrandit la mosquée. Cette ville est devenue un laboratoire pour ce parti. Là, où cela se passe mal dans les autres communes dirigées par le F.N depuis 2014, tous les cadres les plus performants du F.N ont été redéployés sur cette commune. Dès son arrivée, il a baissé les impôts locaux, bénéficiant de la bonne gestion des années précédentes, réparé les trottoirs et aménagé les espaces paysagers…, et cela suffit aux habitants. Par contre, il n’y a aucun projet sur le moyen voire long terme », précise Marine Tondelier.

Du pain et des jeux, ce n’est pas une première, mais cette gouvernance locale s’inscrit «  dans les démarche de dédiabolisation du Front National. Hénin Beaumont est une ville de 27 000 habitants (Denain 21 000 H), c’est facile à contrôler car on connait plus ou moins tout le monde. L’ambiance est complètement parano dans les services de la mairie. Ou un responsable de service fonctionnaire (sympathisant F/N) est dans le bureau, ou on doit laisser la porte ouverte… On est filtré, suivi, voire bombardé sur Facebook si vous êtes dans l’opposition politique », précise-t-elle.

La presse, et notamment la Voix du Nord, n’est pas à la fête. « Depuis, la fameuse Une pour les régionales, les habitants ont pris cela pour une agression et sont encore plus hostiles à la presse. En fait, le F.N a un problème avec tout ce qui n’est pas eux ! », ajoute Marine Tondelier.

Pour arriver à communiquer, Steve Briois utilise «  la propagande mensongère. Par exemple, on m’a accusé d’être une cumularde… sauf que je ne suis que conseillère municipale d’opposition et assistante parlementaire de Cécile Duflot. Ensuite, avec les Affaires, on m’a accusé d’emploi fictif surtout quand je fais les marchés, comme le F.N, pour rencontrer les habitants et tracter. Sauf que j’ai réduit mon poste à 4/5 de temps de travail, me laissant de fait une journée afin de pouvoir être sur le terrain », précise-t-elle.

Il est certain que le métier d’assistant parlementaire ne sera plus le même, en terme de perception, et également de transparence, avant et après l’affaire Pénélopegate.

Ne pas accepter un avis contraire…

Parfois, le F.N se prend les pieds dans le tapis, malgré toute leur habileté en matière de communication. « Ils ont été condamné par le Conseil d’Etat pour leur choix d’installer une crèche dans l’hôtel de ville d’Hénin Beaumont, mais ils m’ont indiqué vouloir continuer… », souligne-t-elle. Ce n’est d’ailleurs pas le seul acteur politique avec cette intention en France, Laurent Wauquiez s’est illustré en la matière. Cette inclinaison s’est confirmée dans le débat télévisé où Marine Le Pen a indiqué sa foi catholique etc. Certes, mais cela partait en totale contradiction avec les discours pro-laics, très très engagés, par Florian Philippot, on n’y comprend plus rien ou trop bien… sauf que le fin du fin est plus révélateur encore.

En effet, le prêtre de l’église d’Hénin-beamont a été jugé trop engagé par Steve Briois, ce qui déclencha une lettre au diocèse concerné se plaignant de cet état de fait. Du coup, l’intimidation a fonctionné au point « où le prêtre m’a indiqué ne plus pouvoir s’engager sinon, il ne serait plus à Hénin Beaumont »… Le plus intéressant est que l’abbé à Denain, Joseph Nurchi, était présent à cette réunion du vendredi 21 avril. Il s’est engagé au sein de ce collectif «  Couleur(s) Républiques », et a lu durant la cérémonie fondatrice de ce collectif, devant le monument de la résistance, des paroles de l’évangile. Des morceaux choisis, bien sûr, faisant allusion à l’accueil de tous les migrants, immigrés etc. « ce ne sont que les paroles du Christ »… ; mais, elles n’ont pas plus du tout plu à Sébastien Chenu, le futur candidat F.N dans la 19ème circonscription. « Il a écrit à Monseigneur Garnier (diocèse de Cambrai), pour se plaindre de moi etc. Il a reçu une réponse diplomatique… », explique le père Joseph Nurchi.

En résumé, parfois, Marine Le Pen affiche sa croyance. C’est sa liberté, mais elle devrait être personnelle. Et puis de l’autre, par moment, le F.N se plaint des paroles du Christ. Une religion n’est pas un programme politique, la foi ne se fragmente pas au gré des arrangements électoraux. C’est de l’anecdote du quotidien mais reflète parfaitement la propagande en mode F.N….

Outre la présentation de son livre « Nouvelles du Front », Marine Tondelier est venue sur Denain suite à la sollicitation de Yannick  Andrzejczak et Anne-Emmanuelle Bonard, du collectif Couleur(s) Républiques, car « ils paraissaient très très inquiets sur le danger à Denain. C’est pourquoi, je suis venue, mais je ne viens pas du tout m’immiscer dans l’élection sur cette commune ».

L’avis contraire n’est pas un élément constructif, comme il le devrait, pour améliorer une politique locale ou nationale, il est par essence l’ennemi de la parole du F.N…. C’est très inquiétant car une majorité sans une opposition, c’est une dictature… oups, ne pas en dire plus, c’est déjà dangereux… !

Plus d’infos sur https://couleursrepublique.wixsite.com/monsite

Publié par Daniel Carlier le 24 avril 2017
Couleur(s) Républiques Marine Tondelier Sébastien Chenu
Le discours de la méthode… du F.N !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email