En place depuis 2015, le Parti Egalité Justice arrive sur le Valenciennois à travers une candidature dans la 21ème circonscription. Yazid Amara, titulaire et Ifakat Yuna, suppléante, constituent ce nouveau ticket du PEJ, sur un territoire pertinent, pour cette première, compte tenu du brassage des populations historique durant ce 20ème siècle.

Yazid Amara : « Dans les partis politiques classiques, on fait juste appel à nos cotisations »

Parmi 14 candidats dans la 21ème circonscription, le micro parti politique Parti Egalité Justice fait son apparition sur le Valenciennois. Toutefois, ce candidat à la députation n’est pas un nouveau né en politique. « J’étais un militant du Parti Socialiste depuis 2002, section d’Anzin, jusqu’en 2015, on ne m’a jamais intégré au sein du Parti Socialiste, puis de l’UDI où je suis toujours carté. On est étouffé, enfoncé dans les grandes formations politiques. On ne m’a jamais donné une chance de me lancer. Dans les partis politiques classiques, on fait juste appel à nos cotisations. Par contre, au PEJ, on m’a ouvert toutes les portes en 2016 », explique Yazid Amara.

Rendez-vous fixé devant le centre social « Beauregard » du Faubourg de Lille à Valenciennes « car c’est un concentré de tous les paramètres de notre société. Précarité, diversité, chômage des jeunes…, et heureusement que vous avez un centre social, c’est un lieu de vie, un peu de bonheur », précise Yazid Amara. Natif de Valenciennes, il connaît parfaitement ce territoire, ses quartiers en souffrance, ses problématiques, et veut militer pour une action sociale plus accrue.

Ce sujet, le candidat titulaire le maîtrise parfaitement. Diplômé universitaire, spécialisé dans l’éducation des jeunes en difficulté, enseignant en Belgique également, versé en réflexologie il a travaillé régulièrement avec les Centres sociaux dans le Valenciennois.

Pour sa part, Ifakat Yuna, originaire de Quiévrechain, puis revenue sur Valenciennes, est sa suppléante de proximité. Elle est adhérente depuis l’origine de ce parti politique, au 1er trimestre 2015. « Le PEJ est un parti très éclectique, nous ne faisons pas de promesses, nous sommes dans la réalité. Nous réalisons une campagne de terrain avec nos petits moyens », explique Ifakat Yuna.

Yazid Amara : «  Avec cette candidature, je hausse la voix »

En premier lieu, le titulaire indique clairement « je n’aurai qu’une casquette, j’arrête toutes mes autres activités ». « Un candidat ni de droite, ni de gauche« , précise Ifakat Yuna , dont le micro parti politique a investi 52 candidats (sur 577) à ces législatives 2017, dans l’axe nord/sud globalement. L’échiquier politique français ne permet pas, ou très peu, aux français issus de l’immigration de trouver la concrétisation d’un engagement politique. La diversité est, presque, absente de l’Assemblée nationale voire du Sénat. « Avec cette candidature, je hausse la voix », souligne Yazid Amara. C’est un véritable sujet de fond, et de démocratie représentative en France.

Cette candidature n’est visiblement qu’un début « ce n’est que le commencement, on ne lâchera rien », conclut Yazid Amara ! Une candidature pour les municipales de 2020 semble très probable.

Plus d’infos sur le PEJ sur http://parti-egalite-justice.fr

Publié par Daniel Carlier le 4 juin 2017
21ème circonscription Ifakat Yuna Yazid Amara
Yazid Amara « le Parti Egalité Justice m’a ouvert toutes les portes »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email