Dans le superbe théâtre à l’italienne de Denain, Anne-Lise Dufour a présenté ses voeux à la population samedi dernier. Un temps fort de ce début d’année tant la première magistrate fut tonique dans son discours devant un public tout acquis à sa cause… ou presque !

Denain à la croisée des chemins

En présence d’Alain Bocquet, ancien député, et président de la Porte du Hainaut, de Nicolas Lebas, président de l’association des maires du Nord, et de Sébastien Chenu, député de la 19ème circonscription, Anne-Lise Dufour a déroulé un discours combattif. Clairement, elle a démonté point par point les reproches multiples qui ont émaillé cette année 2017 si particulière. « Des rumeurs, fausses, ont débouché sur un climat délétère, démagogue, et populiste », souligne-t-elle. Sans jamais nommer le député du Front National, mais avec une allusion à maintes reprises, elle décocha des flèches vénéneuses à son encontre, l’élection législative de 2017 n’est pas digérée visiblement.

Fermeture avant travaux

Après un prélude dansé de belle facture, Daniel Coton, 1er adjoint, a pris la parole : « Cette ville bénéficie d’une bonne gestion, et ce n’est pas moi qui le dit, mais la Chambre Régionale des Comptes composée de magistrats indépendants. Une commune n’a pas besoin d’être riche pour être bien gérée ».

Daniel Coton

La fermeture en janvier du théâtre de Denain, d’intérêt communautaire, va permettre «  de refaire la toiture, les fauteuils, les fenêtres, et le fameux fumoir (classé à l’inventaire des monuments historiques) pour un coût de 2 millions d’euros pris en charge par la Porte du Hainaut », précise Daniel Coton. Dans la même lignée, le Musée de la commune va connaitre un ravalement de façade plus que nécessaire pour un montant de 900 000 €. Ensuite, la salle Baudin, après une rénovation lourde de 4 millions d’euros, s’engage dans une nouvelle phase pour 220 000 €.

Impossible pour l’élu d’occulter l’élection présidentielle, et notamment «  les traîtres, les renégats partis rejoindre le nouveau souverain pour quelques places », assène Daniel Coton. Par ricochet, on peut souligner l’initiative d’Anne-Lise Dufour de mettre en place un collectif de réflexion, hors parti politique, afin d’échanger sur les sujets concernant la ville de Denain, l’élection municipale de 2020 est déjà dans les esprits !

La voix de l’Eco

Alain Bocquet n’est plus député de la 20ème circonscription «  ce qui me laisse du temps pour répondre favorablement aux invitations de voeux dans les différentes communes », précise le président de la CAPH.

Son propos s’est principalement porté sur le volet économique, la compétence régalienne de l’intercommunalité. « En 17 ans, la Porte du Hainaut a investi 135 millions d’euros sur la commune de Denain, soit plus de 6 586 € par habitant », précise Alain Bocquet.

Alain Bocquet

Gros morceau du mandat, c’est la nouvelle réalisation d’un complexe aquatique à Denain soutenue financièrement (en partie) par la Porte du Hainaut. «  Je suis satisfait de voir les piscines rénovées, voire neuves, existantes sur Escaudain, sur Raismes, et sur St-Amand-les-Eaux, mais également bientôt à Denain, et à Trith-St-Léger prochainement », explique Alain Bocquet.

Enfin, il suggère une initiative « comme je préfère les maternités aux cimetières, celle de réaliser un Palais des Enfants où serait intégré, crèches, activités ludiques, ateliers, espace numérique adapté etc. ».

Anne-Lise Dufour : « Notre ville est en bonne santé financière »

Elle accueille pour la 1ère fois à cette cérémonie des voeux Alain Bocquet, ex député, et président de la Porte du Hainaut « un partenaire essentiel pour notre ville ».

En propos liminaire, Anne-Lise Dufour a voulu soutenir le monde hospitalier après le drame : « La ville de Denain est fière de son hôpital ».

L’année 2017 fut assez dense pour un retour sur images. «  D’habitude, cette cérémonie se déroule au sein de la salle Baudin. Aujourd’hui, avant sa fermeture pour travaux durant neuf mois de ce petit bijou de culture, réplique au 1/5 de l’Opéra Garnier, j’ai voulu organiser cette cérémonie dans notre magnifique théâtre », entame Anne-Lise Dufour.

Bien sûr, le rapport très positif de la CRC (Chambre Régionale des Comptes) sur la gestion de la commune tombe à pic. « Notre ville est en bonne santé financière. J’espère que cela fera taire toutes les critiques de l’opposition sur notre gestion », commente le maire de Denain.

Au coeur de beaucoup de polémiques, la sécurité des biens et des personnes constitue une préoccupation majeure pour la population. « Nous avons ramené la sécurité dans les rues de Denain », lance la première magistrate. Sans doute, la présence de la vidéo-surveillance, mais plus encore la montée en puissance d’une police municipale armée explique ce résultat.

Autre point de satisfaction tangible, la chasse aux marchands de sommeil conjuguée à la fraude aux prestations sociales. Un véritable aspirateur s’est peu à peu mis en place attirant une population dans la plus grande précarité. Des propriétaire sans scrupules ont profité de cet état de fait pour louer des logements insalubres, et récupérer des aides aux logements dans la foulée…

Pour contrer ce phénomène dans ce secteur, le dispositif du CODAF initié par l’ancien Sous-Préfet de Valenciennes Thierry Devimeux, et co-piloté par l’ancien procureur François Perain, a porté le fer sur les fraudes à la sécurité sociale, voire autres prestations, utilisées par les marchands de sommeil pour toucher des loyers. Dans son bilan de départ, Thierry Devimeux a mis en exergue l’éradication de ce type de fraude sur le Denaisis.

« Certains ont fait croire que j’avais fait venir ces populations. C’est faux, et cela a participé à la montée en puissance d’une vague populiste ne répondant pas à nos valeurs », assène Anne-Lise Dufour.

Sur le volet économique, l’ancienne friche industrielle d’Usinor, les fameuses Pierres Blanches, sont en cours de renaissance. « L’ancien propriétaire a juste déroulé des tapis de gazon à son départ. Aujourd’hui, pour l’installation d’une entreprise, nous devons dépolluer. Ensuite, il faut mettre en avant que cette plate-forme est tri-modale, fer, fluvial, et surtout l’arrivée d’une bretelle autoroutière grâce à une participation de l’Etat, de la région, et de la Porte du Hainaut », déclare Anne-Lise Dufour.

Elle a voulu également calmer l’impatience de la population sur l’arrivée du Cinéma. « Cela fait 40 ans que nous attendons un cinéma. Il arrivera dans les délais prévus, mais nous avons anticipé des démarches administratives pour le déclassement d’une voirie, la simplification de l’administration n’est toujours pas là », ajoute-t-elle.

Autre action, la mise en place de la « Navette Bleue » pour les plus de 60 ans. « Quel que soit votre condition sociale, vous pourrez profiter pour un euro d’un transport vers le Centre Hospitalier, la mairie, le centre commercial, etc. »

En 2017, 300 permis de conduire ont été financés par la commune à hauteur de 80% :  » Par contre, nous imposons dans cette aide à la mobilité 80 heures de bénévolat ».

Enfin, la Place Wilson et Gambetta seront rénovées en 2018, pas du luxe.

Et le SIMOUV

Présidente du SIMOUV, Anne-Lise Dufour annonce quelques nouveautés pour le transport public. « Le Wi-Fi sera bientôt disponible dans les tramways, et tous les arrêts de tramway seront rénovés. Par ailleurs, la flotte de bus va s’équiper au gaz, 80 véhicules au gaz, dont 35 très prochainement », conclut-elle.

Enfin, la maire de Denain a voulu rendre un hommage appuyé à Patrick Roy et Solange Tonini décédés suite à une longue maladie. Ils devaient probablement écouter cette émotion, blottis dans l’ombre du second étage au « Paradis « , comme dans le film mythique de Marcel Carné « les enfants du Paradis ».

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 21 janvier 2018
Alain Bocquet Anne Lise Dufour Denain
(Denain) Des voeux dans un nouveau décor politique
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email