L’association ADACI est spécialisée dans les chantiers d’insertion professionnelle pour les personnes éloignées, voire très éloignées de l’emploi. Basée depuis 2 ans sur Le Quesnoy, cette structure fut victime en milieu de semaine d’un nouveau cambriolage, le 4ème, trop c’est trop !

(Christophe Ferrai, Jean Carli, et Christophe Delory)

ADACI s’est révélée depuis 4 ans dans le domaine de l’insertion professionnelle. Immédiatement, elle a rejoint l’association ADELI regroupant AGEVAl, Prim’Toit, et Entre’Aide. Basée d’abord sur Landrecies durant les 2 premières années, elle a bénéficié depuis deux ans « d’une mise à disposition avec un loyer modéré des anciens locaux techniques de la commune du Quesnoy », explique Jean Carli, le président d’ADACI.

Toutefois, l’insertion professionnelle ne sont que deux mots qui chantent plus qu’ils ne parlent, car il faut y mettre tous les ingrédients pour réussir, compétences, chantiers, encadrants, chômeurs de très longue durée…, un cocktail difficile à la base avec un résultat si structurant « Nous pourrions prendre des personnes un peu qualifiées pour ces chantiers. Mais non, notre mission est avant tout de fournir une activité à des personnes très éloignées de l’emploi », précise Christophe FerraÏ, le directeur général.

En effet, l’association ADACI propose à ce public validé par Pôle Emploi des CDDI ( Contrats à Durée Déterminée d’Insertion) pour 2 ans. « Nous sommes 79, 75 CDDI et 4 encadrants à la fois sur Caudry, mais également sur Le Quesnoy avec le chantier des remparts de la ville et celui dans la forêt de Mormal », précise Christophe Delory, coordinateur des équipes chez ADACI.

Ces acquisitions de compétences en situation réelle n’ont qu’un seul objectif, le retour dans un circuit plus classique. « Nous avons 35% de sorties positives au bout des contrats, dans une entreprise ou à travers une formation qualifiante », poursuit Christophe Delory.

Voilà le cadre complexe du quotidien d’ADACI, et comme si cette mission n’était pas assez difficile. Certains trouvent le moyen d’entraver cette démarche sociale en cambriolant le matériel de l’association… pathétique. « L’action de 2,3 personnes met en péril toute une structure, un arrêt d’activité pour des  personnes en insertion », lance Christophe Ferrai.

Christophe Ferraï : « Raz-le-bol des cambriolages ! »

Revenons sur le sordide factuel. En effet, dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 janvier, plusieurs individus sont venus cambrioler le bâtiment où était stocké le matériel en passant par le toit. Le bilan des courses est lourd, 5 souffleurs, 2 tailles haies, 4 tronçonneuses, 2 servantes (rangement d’outils), et du petit matériel ne sont plus là. « La valeur de remplacement est de 10 000 € environ », précise Christophe Ferraï.

C’est le 4ème cambriolage en 2 ans, deux sur Landrecies, et deux sur le Quesnoy avec une fréquence inquiétante, septembre 2017 et janvier 2018. Ces locaux magnifiquement restaurés par ADACI, à travers une opération en régie, sont attenants aux remparts de la commune. Ce cadre somptueux abrite tout le matériel utilisé par les salariés en insertion. « Le chantier dans la forêt de Mormal sera interrompu très prochainement faute de matériels, plus d’une vingtaine de personnes en insertion sans activité », précise le directeur général. En effet, les salariés sont en charge de déblayer les fossés, les chemins de randonnée etc. avec mécaniquement du matériel adéquat. En l’état, tout est volé !

Jean Carli, président d’ADACI : « On se pose des questions sur la poursuite de notre mission ! »

Le président Jean Carli est très amer face à ce geste. «  Vous êtes retraité bénévole, passez du temps pour la cause de l’insertion, et voilà le résultat. Je suis touché, j’ai mal au coeur.». Les conséquences sont dramatiques. «Notre budget est de 800 000 € avec 80% consacré aux salaires, il ne reste que 20% du budget pour tout le reste, matériel, équipement de protection individuelle voire collective etc. », précise Christophe Ferrai.

D’évidence, le rachat pour environ 10 000 € de matériels est clairement compromis. « Nous avons assumé les 3 premiers cambriolages sur nos fonds propres. Là, nous crions au secours ! Nous lançons un appel à nos partenaires, la commune du Quesnoy, la communauté de communes du « Pays de Mormal », comprenant 53 communes, et la DIRRECTE », s’exclame Christophe Ferraï.

Le coup est rude, et interpelle sur la finalité. Tout cela pour ça ! « On se pose des questions sur la poursuite de notre mission », commente Jean Carli.

Christophe Delory montre la voie de passage des cambrioleurs

Bien évidemment, de nouvelles mesures seront prises afin d’entreposer en sécurité, plus encore, si un éventuel matériel était racheté. « Le matériel est gravé. Les réparateurs sont alertés, et j’espère qu’ils signaleront à la Gendarmerie tout outil suspect », indique Christophe Delory.

Ce cambriolage pourrait avoir un effet domino pour cette association. ADACI attend un coup de pouce des institutionnels afin que cette association puisse poursuivre sa mission, celle de l’insertion professionnelle dans le sud du département du Nord, tout un programme !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 21 janvier 2018
ADACI Christophe Ferrai Jean Carli
L’insertion stoppée en plein « vol » chez ADACI !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email