Samedi dernier, la commune de Rosult a bénéficié de la 19ème halle couverte. Cette réalisation conforte la volonté de la Porte du Hainaut d’un déploiement de ces équipements en ruralité.

Alain Bocquet : « Chaque halle est unique, aucune n’est semblable »

Petit à petit, le déploiement des halles couvertes sur l’EPCI de la Porte du Hainaut arrive à ses fins, un maillage complet des communes rurales sur ce territoire. Samedi dernier, la commune de Rosult, sous un soleil de plomb, a inauguré sa halle.

Une idée née sous le précédent mandat grâce à Claudine Glorieux « afin de favoriser les circuits-courts, mais également pour améliorer l’animation des villages. Chaque halle est unique, aucune n’est semblable, en bois, en partie en métal, les communes ont décidé avec l’architecte de l’esthétique et de la localisation », expose Alain Bocquet.

Pour le maire de la commune, Alain Boeraeve, cette réalisation est une opportunité. Les artisans étaient au rendez-vous : « Je remercie tous les producteurs venus ce jour pour cette inauguration ».

Retrocession

Le dernier Conseil communautaire de la Porte du Hainaut a validé le retour dans le giron communal de ces équipements. « Pour l’euro symbolique, les communes rurales après 5 ans d’existence récupéreront leur halle couverte. Nous ferons les réparations nécessaires notamment pour les premières ouvertures de halles (2011/2012) », souligne le président. Néanmoins, il avertit « après cette rétrocession, cette halle est à la charge de la commune, entretien, réparation etc. ».

1ère salve de halles

La première série de halles comptait 16 halles, la première à Millonfosse en 2011. L’enveloppe financière nécessaire fut de 8 millions d’euros, dont 6 millions à la charge de la CAPH.

Ensuite, une deuxième vague s’est opérée pour 4 nouvelles, Lecelles, Sars et Rosières, Rosult, et Mastaing (décembre 2018) pour un montant de 2 millions d’euros.

Enfin, une dernière vague en 2019/2020 sera mise en oeuvre avec Thun-St-Amand, Brillon, puis dans l’Ostrevant sur Marquette-en-Ostrevant et Wavrechain-sous-Denain, et enfin sur Helesmes, Rumegies, et Bousignies.

« Je remarque que sur les communes de l’ex CCRVS, 5 halles seront réalisées sur 7 communes, c’est un bon ratio. Ensuite, pour l’ensemble de ces réalisations, nous avons veillé à faire travailler les entreprises locales, voire régionales », souligne Alain Bocquet.

Une halle dans le vent

La halle de Rosult est particulièrement réussie en terme d’esthétisme, large espace, stationnement facile, mais attenant à des champs agricoles, sauf « qu’il paraît qu’elle est très exposée au vent. Je suggère, car vous n’allez pas construire un mur, de planter des arbres. Profitez de l’action « 100 000 arbres » pour planter une barrière végétale », commente Alain Bocquet.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 2 juillet 2018
Alain Bocquet halle couverte La Porte du Hainaut
(Rosult) Une halle unique comme les autres
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email