Redynaminser le tissu commercial en centre ville constitue un défi pour tous les maires de France. Dans cette optique, sur Denain, la majorité municipale a choisi de soutenir l’installation de nouveaux commerces avec notamment l’arrivée de Choco’la’Thé, la surprise de la rue Villars dans la cité feumière.

Clélia, exploitante de Choco’la’Thé : « Pas de concurrence dans le Denaisis »

Le choix d’une activité commerciale est toujours crucial. Etude de marché, emplacement, concurrence locale et territoriale, charges fixes, etc., clientèle à proximité, tout doit se peser économiquement afin de lancer sous les meilleurs auspices une activité avec pignon sur rue.

Dans une autre vie, Clélia était éducatrice spécialisée. « J’adorais mon métier, mais j’en ai eu assez de cumuler des micro CDD. A un moment donné, j’ai choisi de faire une reconversion vers le monde commerçant », lance Clélia. D’autant plus qu’elle baignait dans la marmite à travers sa famille, les amis…, le monde du commerce n’était pas si éloigné ! Néanmoins, le choix d’une activité demeure complexe.

« J’ai observé qu’il n’y avait pas de concurrence sur le Denaisis ( 70 000 habitants) dans ce domaine. C’est pourquoi, j’ai lancé mon offre commerciale de vente de thés de qualité, de dragées, de chocolats (fin), vaisselle en lien avec le thé, et un salon de thé pour déguster tout ceci, mais également des glaces », mentionne Clélia. Cette palette répond-t-elle à une demande ?  Jugez plutôt… : « Pour chaque produit, nous travaillons avec une entreprise de produits de qualité, compagnie coloniale est la plus ancienne maison de thé thé en France,, le chocolat (fin) est fabriqué par un chocolatier reconnu, les dragées proviennent de  l’entreprise Pecou fabricant français, voire pour déguster une glace en cornée, il fallait se rendre sur Valenciennes avec toutes les problématiques de circulation et de stationnement à la clé ».

A noter que sur l’aspect développement durable, vous pouvez amener votre propre contenant pour acheter du thé. Enfin, sur l’aspect nutritionnel, une gamme de chocolat plus diététique est également disponible chez Choco’la’Thé, tout est donc prévu pour satisfaire le plus large éventail de clientèle.

« Moi je suis d’une génération qui n’a pas connu Usinor », Clélia

Thé à l’achat avec son contenant ou en vrac

Ensuite, le point fondamental de toute activité économique est sa situation géographique. Rue Villars comme le centre ville de Denain ne bénéficiait pas d’une aura économique… Sauf que l’action municipale se traduit concrètement (voir plus bas), mais surtout le 41 rue Villars se situe en face de Carrefour, à moins de 100 mètres du futur cinéma (Mégarama) prévu pour fin 2019, d’un complexe aquatique visible à une date plus lointaine…, un lieu favorable a un flux de chalands ! Toute cela impose une évidence pour Clélia : «  Denain, un choix évident avec un véritable potentiel, je n’ai même pas pensé une seconde à m’installer ailleurs. Plus jeune, je n’ai jamais eu de problèmes ici. Les anciens me parlent toujours d’Usinor. Moi je suis d’une génération qui n’a pas connu Usinor. A un moment donné, il faut savoir tourner la page ! ».

Soutenir le commerce de proximité

Que ce soit au degré local comme national, le commerce de proximité pose un réel problème. Son affaiblissement constaté détruit de l’emploi non délocalisable, une offre économique de proximité, une cohésion sociale tout court ! Un temps oublié, cet aspect sociétal redevient « tendance » dans toutes les formations politiques.

A Denain, depuis septembre 2017, la majorité municipale a choisi de s’attaquer à un volet crucial pour l’installation économique d’un commerçant, le coût du loyer ! « Depuis cette date, une délibération a validé la prise en charge du loyer à 75% de celui-ci en 1ère année, 50% en deuxième année, 25% en troisième année », commente Annie Denis. Bien sûr, afin d’éviter une hausse des loyers concomitante, un plafond de 900 € en 1ère année, 600 € en deuxième année, et 300 € en troisième année est prévu sans omettre que le loyer est évidemment dans le prix du marché à + ou – 10% selon les domaines.

Glace en été, voire gaufre en hiver…

« Grâce à cette mesure, sept nouveaux commerces se sont installés dans le centre ville, voire dans des quartiers prioritaires, mais également d’autres commerces sans demande de subventions. En tout, une dizaine de commerces sont venus s’installer sur Denain. Bien sûr, ces installations ne concurrencent en rien des commerces existants. Nous faisons très attention. Ensuite, pour que le dossier soit validé. Le « futur » exploitant doit être passé par la BGE ou justifié d’une expérience avérée dans le domaine. Enfin, le local devra être accessible aux PMR et aux normes dans tous les domaines », explique l’élue locale et communautaire de Denain. 

Enfin, au niveau national, le gouvernement a lancé le Plan Mézard à destination des villes moyennes afin de redynamiser le quartier centre-ville en France. Valenciennes et Denain sont les deux villes retenues dans le Hainaut…, et « nous devons boucler notre projet comprenant le périmètre, l’aménagement, le plan de circulation pour septembre 2018, date limite de remise de notre dossier », conclut Annie Denis.

Choco’la’Thé est de fait un exemple concret de cette résilience du centre-ville de Denain, à confirmer dans le temps bien sûr. « Je suis satisfaite de ce démarrage depuis 2 mois et demi, avec une forte demande en chocolat, voire des glaces par cette chaleur. Ensuite, dès le mois de septembre, nous préparons des propositions pour les comités d’entreprise », conclut Clélia avec toujours de la suite dans les idées.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 17 juillet 2018
Annie Denis Choco’la’Thé Cléa Denain
Clélia « Denain, un choix évident pour Choco’la’Thé avec un véritable potentiel »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email