Le Valenciennois continue de se diversifier avec une nouvelle implantation dans le domaine de l’aéronautique, notamment militaire. En effet, l’entreprise Rafaut a posé sa 1ère pierre d’un futur site industriel sur la zone d’activités basée en partie sur Rouvignies.

D’un appel d’offre du Ministère de la Défense a une implantation industrielle dans le Valenciennois

Le Valenciennois est une terre industrielle. Cela se sait partout grâce à ses étendards comme Toyota, PSA etc. dans l’automobile, Alstom, et Bombardier dans le ferroviaire, sans parler des multiples fournisseurs associés. Sur la face plus sombre, la filière de l’acier est en grande souffrance, le dossier ASCOVAL est en apnée jusqu’à la décision du Tribunal de Strasbourg le 24 octobre prochain.

« C’est une usine 4.0 », Bruno Berthet, PDG de Rafaut

A l’instar de Safran, SKF, l’entreprise Rafaut prend position sur le Valenciennois. « Nous sommes une entreprise implantée dans l’aéronautique civile, un secteur très concurrentiel, et sur le volet militaire se caractérisant comme un marché de niche », commente Bruno Berthet, le PDG de Rafaut.

L’entreprise Rafaut a connu un tournant industriel majeur en juin 2018. En effet, cette PME a connu un atterrissage chez le fonds d’investissement HLD, ce dernier devenant actionnaire à hauteur de 60%. Jacques Rafaut demeure néanmoins dans le tour de table, mais il est indéniable que ce nouvel acteur majoritaire vient imposer une croissance externe. Les clients principaux de Rafaut sont Airbus, Safran, et Dassault.

Très référencé dans le domaine de l’armement, Rafaut a donc répondu à un appel d’offre, en 2017, du Ministère de la Défense (aujourd’hui Ministère des Armées). L’heureuse nouvelle arrive en décembre 2017 où Raffaut est retenu par le Ministère des Armées. Bien sûr, durant l’année 2017, la volonté de répondre à cette demande, est l’impérieuse nécessité de concevoir un nouveau site industriel s’est faite jour.

Bruno Berthet, PDG de Rafaut

« Sur ce terrain, nous allons construire un équipement de 11 000 M2 extrêmement digitalisé. C’est une usine 4.0. Une usine du futur qui ouvrira ses portes d’ici 1 an.  Ce site sera le symbole de la croissance organique de Rafaut. Cette localisation est géographiquement très intéressante dans un bassin d’emplois reconnu», explique Bruno Berthet.

A son ouverture « nous embaucherons 20 emplois hautement qualifiés en 2019, puis 60 en 2021 », ajoute le PDG. Xavier Bertrand, président de la Région des Hauts-de-France, plébiscite de propos. « Je crois dans l’industrie. Sur 6 € d’investissement, 1€ est consacré à la digitalisation sur ce site. La région met un million d’euros sur cette implantation, car je n’oublie pas que la souveraineté d’un pays dépend également de ses entreprises dans le domaine de l’armement ».

Pour autant, le rôle politique est très important même « si ce sont les entreprises qui créent les emplois, pas les politiques. Toutefois, je remercie Jean-Yves Le Drian (ex Ministre de la Défense) et ses services pour la mise en connexion de tous les acteurs », ajoute Xavier Bertrand.

Cette usine Rafaut connectée « pour un montant de 20 millions d’euros est dotée également d’une forge numérique pouvant se reconvertir sur le ferroviaire et l’automobile si besoin était », souligne Bruno Berthet. Néanmoins, à l’évocation de ces chiffres en terme d’emplois, 11 000 M2 pour 20 emplois, l’industrie de masse avec des milliers d’emplois est un vague souvenir. Dire qu’il y a peu, les élus criaient haro sur les entreprises de logistique car le ratio M2/Emploi était beaucoup trop faible. Autre temps, autre vision stratégique de l’industrie ici et ailleurs.

Un projet local travaillé en amont

La première approche s’est construite entre la CCI Grand Hainaut, et son président Bruno Fontaine, et l’entreprise Rafaut. Depuis le printemps 2017, le premier contact s’est réalisé. « Je suis allé voir l’entreprise Rafaut sur son site de Villeneuve-la-Garenne. Puis, une équipe est venue au sein de la CCI Grand Hainaut afin de répondre à cet appel d’offres. Enfin, la bonne nouvelle en décembre 2017. Sur ce terrain (dont la CCI Grand Hainaut était propriétaire), nous avons fait tous les terrassements. Il était temps de signer la cession de ce foncier avec Rafaut ce lundi 01 octobre », commente Bruno Fontaine.

Pour sa part, Laurent Degallaix, le président de Valenciennes Métropole, souligne l’action précieuse « des services de la CAVM, et de son vice-président Dominique Deburges. Ce travail a facilité l’implantation de cette entreprise. Cette installation va conforter cette filière aéronautique dans le Valenciennois ».

Christian Rock, le Sous-Préfet de Valenciennes, a rappelé la trajectoire des moyens à disposition de l’Armée française. « Pour la 1ère fois, le budget de la Défense atteindra 2% du PIB d’ici 2025, soit 198 milliards sur 5 ans ».

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 3 octobre 2018
Bruno Berthet. Rafaut
Rafaut, l’aéronautique militaire prend date dans le Valenciennois
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email