Focus sur une entreprise dont l’excellence perpétue le savoir-faire de la Dentelle, un art bien connu dans le Valenciennois maintenu en vie par le tissu associatif local. En effet, l’entreprise Jean Bracq est une signature mondialement reconnue dans la fabrication de la dentelle de Calais-Caudry ; un témoignage entrepreneurial éclairant sur les clés d’un marché, ses exigences, et son avenir !

(Visuel Julien Bracq)

L’artisanat industriel, c’est possible

Jeudi 08 novembre 2018, jour où le Président de la République va prononcer un discours sur la politique industrielle de l’Etat au sein de MCA à Maubeuge, arrêtons nous sur une industrie de l’excellence, celle de la dentelle. Sur le Hainaut, la dentelle a fait les beaux jours de la ville de Valenciennes, au plus fort de cette activité, des milliers de dentellières oeuvraient chaque jour. Aujourd’hui, seule une association méritante perpétue la tradition de « La Valenciennes », un napperon, un mouchoir, chaque Valenciennois a entendu parler ou vu cette dentelle emblématique. Ça c’était avant, aujourd’hui, la fabrication industrielle de la dentelle demande de l’imagination, de l’investissement et de l’anticipation dans le monde économique du XXIème siècle.

Certes, ce n’est plus la technique du fuseau de la dentelle de Valenciennes, le fait main intégral, mais pour autant la production machine de la dentelle de Calais-Caudry nécessite un présentiel humain permanent, sans oublier les multiples missions associées où la main experte est irremplaçable !

Siège de l’entreprise Jean Bracq à Caudry

Dans cette optique, nous avons rencontré Julien Bracq, responsable commercial et administratif de l’entreprise Jean Bracq, basée sur Caudry. Son coeur de métier est la production mécanique d’une dentelle de grande qualité. Cette entreprise est inconsciemment connue par le grand public. Miss France 2015, et 2016, voire Miss Univers, les créateurs de mode de ses robes d’exception ont utilisé de la Dentelle Jean Bracq. Cet affichage médiatique positionne l’entreprise sur son segment d’activité historique, celui de l’habillement, et des créateurs de prêt-à-porter voire de haute couture.

Son secteur industriel est clair, la mode avec son lot d’aléas, et de tendances de l’année. « Nous travaillons en amont avec des bureaux de style comme Carlin et Nellyrodie. Il faut anticiper la tendance à 6 mois voire un an », souligne le dirigeant d’entreprise.

Julien Bracq : « Notre entreprise familiale conjugue la tradition et la modernité »

Ensuite, fort de ces enseignements en amont sur les tendances de la mode, le dessinateur prend la main. En effet, avant un seul centimètre de dentelle, un coup de crayon et une maîtrise parfaite des logiciels dédiés sont essentiels. Sur le site de Caudry, 2 dessinateurs sont à la manoeuvre. Chacun a sa sensibilité, son imagination créative, toujours à la recherche du mouvement dans le dessin final. « Cela représente entre 15 et 40 créations par an », commente l’un des dessinateurs. Pour autant, cette entreprise possède un atout de taille ! « Les archives des Dentelles Jean Bracq sont d’une très grande richesse », souligne l’autre main imaginative.

Machine Leavers

Cette première étape créative est suivie par la production de la dentelle sur le site de Caudry comprenant 75 salariés (hors représentants commerciaux). C’est à cet instant que la touche patrimoine prend toute sa dimension, presque savoureux… « nos 37 machines sont des Leavers, la plus récente date de 1920 et chacune a sa caractéristique de production », souligne Julien Bracq. Ces machines à fabriquer de la dentelle sont cajolés, surveillés à chaque instant.  « Une personne, une machine, la présence humaine est permanente afin de surveiller, intervenir, stopper la machine si une fibre casse etc., ce sont des tullistes », précise Julien Bracq. Bien sûr, les fameux cartons jaunes à trous ont été remplacés par un système électronique. «  Les nouvelles technologies viennent sublimer le métier ancien, il ne le remplace pas. Nous sommes entre tradition et modernité », ajoute-t-il.

Un expert de ces machines, à bichonner au jour le jour, est présent près de ces bijoux industriels,  c’est Laurent Bracq. « Il est revenu aux bases du métier, la technique de fabrication de la dentelle mécanique », souligne Julien, son fils, qui a pris le pilotage administratif et commercial de l’entreprise Jean Bracq, le grand-père fondateur.

« Nous sommes la seule entreprise au monde à produire de la Dentelle de Lyon », Julien Bracq

Julien Bracq avec 2 tullistes

Sauf que le challenge d’entreprise ne s’arrête pas là. Depuis 2015, 3 nouvelles machines, en sus des 37 Leavers, sont arrivées sur le site de Caudry. En effet, ces pépites produisent de la dentelle de Lyon. « Cette entreprise reconnue a cessé son activité sur Lyon. Nous avons racheté les 3 machines de fabrication, les 3 dernières dans le monde. Elles sont installées ici, et nous avons formé des salariés pour ces outils spécifiques. C’est une dentelle d’une exceptionnelle qualité », souligne le responsable d’entreprise. Un patrimoine de l’industrie française a été sauvé, « les créateurs de la mode n’avaient plus vu cette dentelle depuis un moment », précise Julien Bracq.

En terme de production de la Dentelle de Lyon, le rythme est éloquent sur la rareté du produit, 28 cm par heure …  ! 

L’oeil et la main

La dentelle produite est d’une grande qualité, mais la main experte est indispensable pour réparer les anomalies, un fil cassé etc. (visuel en accueil). De même, le raccommodage fait l’objet également d’un passage manuel faisant dire au dirigeant «  c’est une production machine d’une qualité main ».

Le volet fait main est tellement indispensable qu’une autre phase de la création est à l’international. « Pour certaines dentelles où nous devons réaliser un ennoblissement, nous traitons cette tâche en Tunisie sur un site employant 80 personnes. Même les grands créateurs de mode n’ont que quelques personnes dans ce domaine spécifique. C’est impossible en France, c’est même un atout d’être dans un pays proche vis à vis d’autres professionnels qui fabriquent en Asie », précise-t-il.

L’économie de la dentelle

Dans les siècles précédents, le marché de la dentelle était autosuffisant, la production des milliers de familles s’écoulait à travers un réseau bien huilé. Cette époque est révolue. « Nous avons connu une grave perturbation dans la filière. Un grand nombre d’entreprises ont disparu suite à cette crise. Aujourd’hui, notre marché ne pourrait plus supporter une telle situation. Les entreprises sur le marché sont dans un éco-système, il n’y a pas de concurrence », ajoute Julien Bracq.

Preuve à l’appui car plusieurs acteurs du marché de la dentelle se sont regroupés pour mettre en place « Teinturerie Color Biotech» sur la ville de Calais. Cette structure colorise la dentelle de ces professionnels du secteur. « Nous devions diviser ces coûts de colorisation », précise Julien Bracq.

Caudry en propre, Calais en coproduction, la Tunisie pour compléter cette capacité de création en interne, la Dentelle Jean Bracq se façonne pour répondre à un marché mondial exigeant.

« Nous proposons du luxe accessible », Julien Bracq

L’ensemble de ce processus de fabrication a tous les standards d’une production très haute gamme. « Nous proposons du luxe accessible », lance Julien Bracq, c’est digne d’un slogan marketing.

Ce qui nous amène à la vente de ces produits uniques. «  Une vingtaine de commerciaux, des multi-cartes spécialisés dans ces produits vendent la dentelle Jean Brack de par le monde, celle de Calais-Caudry, mais également celle de Lyon. Nous vendons depuis peu en Chine », souligne-t-il. Hors France, la liste des pays clients est éclairante, Angleterre, Australie, Espagne, Italie, Japon, Russe, Roumanie, Turquie, Thaïlande, et USA.

Le « disponible » en pièces de dentelle est conséquent. Les dessins, les classiques peuvent être fournis dans un délai raisonnable. Voilà tout l’intérêt d’un fond de créations qui ont fait, hier, et feront demain encore la signature Jean Bracq. « Nous avons une vingtaine de dessins permanents avec les réalisations disponibles« , précise Julien Bracq.

Le duo gagnant de la vente au détail

La Boutique Atelier Dentelle

Et ceci nous conduit à la récente création d’une boutique physique, à quelques dizaines de mètres du siège sur Caudry. Le particulier, le curieux, l’entreprise… peuvent venir découvrir et acheter des produits de dentelle Jean Bracq. La boutique « Atelier Dentelle » permet la vente au détail de pièces de dentelle au mètre, de la rubanerie, des accessoires, du prêt-à-porter, des idées cadeaux, d’objets recyclés aussi. Une vitrine accueillante où Pascale Bracq, mère de Julien, vous accueille…, une famille impliquée jusqu’au bout !

Pour autant, Julien Bracq a souhaité coupler ce point de vente physique avec un site E-Commerce. « Il fonctionne mieux, nous réalisons plus de vente que sur le magasin physique », précise Julien Bracq. Cela donne un accès virtuel à tous les produits « disponibles » de l’entreprise Jean Bracq.

Lancée en 1889 à Caudry, cette dentelle d’exception apporte un peu d’éternité à la mode, car ce savoir-faire ne vieillit pas ! Au quotidien, l’entreprise Jean Bracq avec 40 machines de rêve construit un patrimoine dont la valeur ne se côte pas en bourse, le CAC 40 de l’excellence vaut bien plus que ses murs, ses produits, c’est un mariage élégant entre le produit et l’Homme !

Plus d’infos sur //atelierdentelles.com/fr

Daniel Carlier

 

Publié par Daniel Carlier le 7 novembre 2018
dentelle Dentelle Calais-Caudry Entreprise Bracq Julien Bracq
La dentelle, une industrie en mouvement
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email