Pour l’anniversaire des 3 ans du club BNI (Business Network International) du Hainaut, ce réseau d’affaires avait convié un grand nombre d’invités extérieurs afin de présenter leur tissu d’entreprises de proximité.

Jérôme Bruet, président BNI du Hainaut : « Nous ne perdons jamais de vue que nous faisons des affaires »

Porté sur les fonts baptismaux en 1985 aux U.S.A, ce réseau d’affaires s’est développé sur l’ensemble du globe. En effet,  plus de 70 pays ont un réseau national BNI en 2019. Sur le département du Nord, c’est en 2011 que le réseau BNI s’est imposé, et depuis 2012 dans le Valenciennois à travers 3 structures distinctes.

Parmi ces trois entités, le BNI du Hainaut fêtait ses trois ans au Pasino ce mardi 29 janvier 2019. Fort de 24 membres permanents, ce réseau d’affaires avait mis les petits plats dans les grands afin de recevoir une cinquantaine d’invités. 

Même si le tempérament latin répugne à parler d’argent, le tabou des revenus perçus, le BNI évoque sans filtre le montant, semaine après semaine, des interactions en CAHT entre les membres d’un BNI, voire dans le tissu relationnel. Son président actuel, chef d’entreprise dans la signalétique sur Valenciennes, Jérôme Bruet, tord le cou de suite à l’idée des grands patrons dans l’entre-soi. « Nous accueillons toutes tailles d’entreprises, artisans, commerçants, professions libérales, auto-entrepreneurs, chefs d’entreprise de toutes les tailles, un BNI ouvert sur toutes les activités, il n’y a aucun interdit. Nous touchons beaucoup de monde, mais nous ne perdons jamais de vue que nous faisons des affaires ». Par contre, le point fort de ce réseau est l’engagement d’une non concurrence, sur le même périmètre d’activité, au sein d’un BNI local.

« Mon adhésion au BNI était un choix stratégique de développement », Jérôme Bruet

Nous ne sommes à aucun moment dans la philanthropie. « L’adhésion à un BNI est un engagement personnel fort. Pour ma part, c’était un choix stratégique de développement d’entreprises. Depuis le début de ma présidence, en mars 2018, j’ai augmenté mon chiffre d’affaires de 10 % », ajoute Jérôme Bruet.

Concrètement, outre une participation financière, le membre d’un BNI doit s’impliquer dans ce réseau d’affaires, tête à tête, recommandations, contributions, invitations de futurs membres, business en interne comme en externe, présence obligatoire sauf impondérable chaque mardi de 7H30 à 9H00 (au Pasino), un BNI n’est pas une réunion amicale autour d’un bon repas. Toutefois, au fil du temps, des affinités se tissent. « Il y a une véritable bienveillance entre nous, voire des relations d’amitiés », ajoute le président. En tout cas, de manière ostensible, les membres du BNI à cette dernière réunion ont mis en avant une responsable commerciale en quête d’un nouveau poste compte tenu de la défaillance de son employeur, c’est une preuve de solidarité dans l’épreuve et pas seulement du business pur et dur.

Au niveau de ce BNI local, l’ambition est de grossir. « Nous sommes 24 membres, et nous espérons rapidement passé à trente. A cet effet, je lance un appel à des catégories professionnelles qui ne sont pas représentées dans notre structure, les concessionnaires automobiles, les différents métiers du BTP, mais aussi dans la filière RH et Formation », précise Jérôme Bruet.

« Participer aux BNI est incontournable pour notre cabinet (BDL) », Florence Leroy-Caron

Florence Leroy-Caron du cabinet d’expertise-comptable BDL

Présente à ce petit-déjeuner anniversaire, une collaboratrice du cabinet d’expert-comptable BDL, témoignait sur l’importance de sa participation. L’entreprise BDL est installée sur Valenciennes, Cambrai, La Bassée, Arras, Tourcoing, mais également Saint-Amand-les-Eaux, lieu de travail de l’interlocutrice. « Le réseau BNI est devenu incontournable pour notre cabinet. Nous sommes membres de plusieurs BNI. Outre l’aspect affaires, on découvre des métiers, c’est très enrichissant à titre personnel. De plus, nous avons des rencontres amicales en dehors de ces petits-déjeuners », poursuit-elle.

Si les réseaux sociaux, le site web, etc., sont devenus des outils indispensables dans le développement d’une entreprise, l’échange direct d’une carte de visite, les rencontres d’affaires… demeurent un vecteur plus discret, mais très performant compte tenu d’un climat de confiance ô combien nécessaire pour faire du Business… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 29 janvier 2019
BNI du Hainaut Florence Leroy-Caron Jérome Bruet.
BNI du Hainaut, un réseau business solidaire
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email