Pour cette dernière semaine des voeux, le député de la 20ème circonscription était de nouveau en terre d’accueil anzinoise. Fabien Roussel a retracé une année 2018 étonnante, surprenante, consternante par moment, une année qui comptera dans l’histoire de la 5ème République française !

2019, une sortie de crise par le haut ?

Alain Bocquet et Pierre-Michel Bernard

L’hôte de cette manifestation à Anzin, Pierre-Michel Bernard, a souhaité mettre en avant le terrain. « Par moment, je me demandais si Fabien Roussel n’avait pas un 2ème domicile sur Anzin. Ensuite, je suis très heureux de l’aboutissement du dossier ASCOVAL. Je remercie Fabien pour son soutien aux salariés. Ensuite, l’évasion fiscale coûte à la France 80 milliards d’euros, je comprends que cela dégoûte les citoyens ! Enfin, sur la commune, je remercie également Fabien Roussel pour son initiative dans le cadre du centenaire d’Henri Durre.  A cette occasion, nous avons eu la visite du Président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand ; c’était un moment important pour notre commune. »

Pour sa part Alain Bocquet, le président de la CAPH, évoque sa succession à la fonction de député de la République. « Une circonscription toujours avec la même couleur politique depuis plus de 70 ans, et maintenant avec Fabien. Il fait le job. D’ailleurs, il a été choisi par son parti politique comme Secrétaire national du Parti Communiste Français».

« Il faut répondre rapidement aux voeux des français », Fabien Roussel

Salle des fêtes d’Anzin copieusement garnie

Le député de la 20ème circonscription revient sur cette année 2018 singulière à plus d’un titre. Bien sûr, le réchauffement climatique est palpable « avec une année 2018 exceptionnellement chaude, 296 jours avec des coups de foudre etc. », entame Fabien Roussel. Par décence, on ne commentera pas le dernier tweet de Donal Trump, commentant la vague de froid exceptionnelle au Etats-Unis, pathétique confusion entre le climat et la météo.

Evidemment, le fait social de cette fin d’année fut le mouvement des Gilets Jaunes, mais cette colère vient de loin. « C’est une colère de toutes les professions. Dès le début de l’année, la CSG concernant les retraités, les enseignants, les agents dans les EPHAD, les salariés dans la pénitentiaire, les robes noires, les agriculteurs avec 250 suicides chaque année, etc. », lance Fabien Roussel.

Et des signaux furent pourtant envoyés… ! « Je suis intervenu le 06 juin à l’Assemblée nationale sur le pouvoir d’achat, le 12 septembre sur la pauvreté, le 27 septembre sur la hausse du SMIG, etc., il faut répondre rapidement aux voeux des français », tance le député. Et en même temps, les milliardaires sont passés de 1125 en 2008 à 2 208 en 2018 … ! « Je fais mien ce slogan des Gilets Jaunes, que le gros payent gros, que les petits payent petits », ajoute-t-il.

Au niveau fiscalité, le Crédit impôt recherche est toujours source de questionnement pour les grands groupes internationaux bénéficiaires de cette mesure fiscale. Enfin, en 2019, rappelons que se percute la poursuite de la baisse des cotisations initiée depuis le 01 octobre par ce gouvernement, avec une hausse du net salarié, et la fin du CICE de François Hollande en 2018 dont l’usine à gaz déclarative verse l’année N+1 cette baisse des charges. « Certains grandes entreprises n’ont pas besoin de ce CICE, ils le disent eux-mêmes », indique avec justesse le député. En 2020, cette double casquette fiscale ne sera plus en vigueur avec la fin du CICE de François Hollande dont les effets sur l’emploi furent nuls, poussant ce dernier à ne pas se représenter à la Présidentielle 2017.

« Mise en place d’un comité de suivi de la production sur Alstom et Bombardier », Fabien Roussel

Si « l’année 2018 fut celle des colères,  2019 sera peut-être l’année des solutions », poursuit Fabien Roussel. Néanmoins, en 2018, il y a eu des victoires comme celle d’ASCOVAL. « Cette victoire fut acquise grâce à la mobilisation de tous. Ici, je veux souligner l’attitude des salariés qui ont voulu préserver leur travail, et ceci malgré des ponts d’or proposés par Vallourec pour cesser cette activité. Comme pour Sevelnord, combat mené en son temps par Alain Bocquet, cette unité nous a permis de remporter une victoire importante », déclare Fabien Roussel.

Toujours sur la filière industrielle, il rappelle une commande, dit contrat du siècle, de RER pour le Grand Paris au bénéfice des usines de Crespin (Bombardier) et Alstom (Petite-Fôret). Toutefois, le parlementaire s’inquiète sur le lieu de production : « Par contre, il faut impérativement que ces commandes soient fabriquées chez nous, et pas ailleurs en Europe. C’est pourquoi, nous lançons un comité de suivi de cette production ».

Les autres combats de terrain

La dernière mauvaise nouvelle est évidemment le projet de suppression du passage de la ligne TGV Paris/Arras par Valenciennes. « J’ai reçu la réponse de Guillaume Pépy il y a 48 heures. Il m’indique clairement que cette décision s’inscrivait dans la prochaine ouverture à la concurrence, et effective fin 2020 », commente le député de la 20ème circonscription (ci-joint lettre réponse de la SNCF SNCF – FR dessertes TGV Douai et VA

La baisse annoncée, et confirmée, des fonctionnaires (d’Etat comme territoriaux) en France va impacter les services publics, notamment dans l’administration. « Il manque des agents au sein de La MDPH (Handicap), la CAF, la CARSAT, Pôle Emploi, mais également des tensions pour les associations, notamment sur le nombre de places disponibles, pour les personnes en situation de handicap intellectuel, etc. », ajoute-t-il.

Par contre, au chapitre des satisfactions « nous avons obtenu une enveloppe de 1,5 millions d’euros de l’ARS pour un village sénior innovant sur la cité thermale, sur 5 millions de budget sur les Hauts-de-France. Ensuite, l’enveloppe de dix millions d’euros consacrée à la rénovation des logements dans le Bassin minier est reconduite en 2019, comme en 2018. Enfin, pour la ruralié, le maintien de la Poste à Millonfosse/Hasnon est très important pour ces communes », conclut Fabien Roussel.

Voilà un bref bilan d’une année chargée, mais 2019 pourrait être sans commune mesure avec l’année précédente, elle sera charnière dans la 5ème République indubitablement.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 30 janvier 2019
Fabien Roussel
Fabien Roussel « une colère de toutes les professions »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email