A l’issue de la rencontre disputée samedi soir salle Maurice Hugot, la déception est bien présente. Certaines Amandinoises, des larmes plein les yeux, restent assises sur leurs chaises comme sonnées…Alors qu’elles étaient bien parties (8-7), elles ont vu Toulon prendre les commandes (10-16). Malgré un sursaut en fin de match, les joueuses de Florence Sauval s’inclinent…Assurées de disputer les play-downs, elles doivent néanmoins grappiller quelques points…Est-ce encore possible ?

Un 9-2 rédhibitoire

Lors du premier quart d’heure les deux équipes sont au coude à coude (2-2 puis 6-6). Toulon, qui évolue sans la capitaine de l’équipe de France Siraba Dembélé, place alors un 9-2 (8-7 puis 10-16) sous l’impulsion de la puissante Sajka. Les Amandinoises gâchent des munitions en ratant le dernier geste (marcher ou mauvaise passe).
Au retour des vestiaires, les mines sont déconfites…Florence Sauval a du exposer sa façon de penser…Eden Julien sur l’aile court comme une mobylette en contre-attaque, Toulon gère (12-18). La capitaine amandinoise Marion Malina écope pour la 3e fois de la sanction 2 minute, elle sort sur carton rouge à la 36’. C’est un coup dur, les Amandinoises sont-elles touchées psychologiquement ? En tout cas elles sont toujours aussi maladroites. Ivana Filipovic qui a déjà marqué 3 penalties, se présente à nouveau face à Jankovic. L’arrière gauche tire et le ballon touche le visage de la gardienne. Les arbitres sortent à nouveau un carton rouge…La meilleure marqueuse rejoint la capitaine dans la tribune…Comme révoltées par cette décision, les Amandinoises grattent des ballons en défense et filent en contre-attaque. Aliénor Surmely ramènent les siennes (22-26 puis 24-28). L’arrière Sajka poursuit son festival (11 buts) et met à l’abri définitivement les Varoises. Les Amandinoises sauront-elles se remettre de cette 8e défaite consécutive ?

«  Dans la tête c’est difficile »

Enorme déception pour l’entraîneur amandinois Florence Sauval, « nous faisons 15 premières minutes correctes puis je fais des rotations et nous prenons un 9-2. Nous perdons notre handball et nous remettons en selle Toulon qui a su exploiter nos faiblesses. Tant que les joueuses ne seront pas prêtes à partir à la guerre, ce n’est pas la peine. Il faut vouloir marcher sur l’adversaire. C’est une question d’état d’esprit, c’est ce qui nous manque. Tous les jours il faut se remettre en question, moi la première. J’attends mieux que ça de tout le monde. Nous sommes toujours proches mais nous sommes loin. Le plus c’est le supplément d’âme, ce n’est plus une question de handball. Je suis déçue oui, j’attends un vrai état d’esprit…».

Ivana Filipovic était elle aussi énormément déçue, « depuis le début de saison, les arbitres ne sont pas justes avec nous. Je ne l’ai pas fait exprès et je n’ai pas tiré fort le penalty. C’est frustrant, ça fait mal, j’ai puni l’équipe à cause de ça, ce n’était pas mon intention. Ça devient dur psychologiquement. Je me demande si nous pouvons gagner encore un match. Je suis vraiment énervée. Nous n’avons pas bien géré la fin de la première mi-temps. A cause de la fatigue nous avons perdu de la lucidité, nous l’avons payé cher. Dans la tête c’est difficile, nous avons pourtant bien préparé ce match. C’est sûr qu’il y a un problème, il faut le régler avant les play-downs  ».

L’entraîneur varois Sandor Rac étais soulagé, « tant que nous avions 8 buts d’avance ça allait. Après nous avons commis des erreurs, et c’était moins tranquille. L’essentiel était de gagner même d’un but, c’était un match décisif pour essayer d’accrocher les play-offs».

HBCSA – Toulon Saint-Cyr : 26-31 (10-16).

– HBCSA : Martins (8 arrêts) Saibou (0 arrêt), Vautier 4, Danshina 3, Dias Minto 1, Dias 3, Malina, Filipovic 7 dont 3 penalties., Le Bihan, Ngo Leyi 3, Surmely 5.

– Toulon Saint-Cyr : Jankovic (7 arrêts), Catani 2, Filipovic 1, Julien 7, Kramer 4, Landre 2, Sajka 11 dont 2 pen., Zazai 4 dont 1 pen.

Anne Seigner

 

Publié par Anne Seigner le 16 février 2019
Florence Sauval Ivana Filipovic Sandor Rac
(HBCSA) Battues par Toulon (26-31), les Amandinoises n’y arrivent toujours pas
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email