La communauté des professionnels du Droit et de l’Ordre public était au rendez-vous ce vendredi 12 avril 2019 afin de rendre hommage au nouveau Chevalier de l’Ordre national du Mérite, l’avocat du barreau de Valenciennes Hervé Delplanque.

(Visuel M. et Mme Delplanque)

Hervé Delplanque : « Je suis sensible à l’hommage que me rend la République »

En présence du Procureur de la République de Valenciennes, des magistrats du TGI de Valenciennes, du Commissaire divisionnaire, du Commandant de Gendarmerie, de la bâtonnière du barreau de Valenciennes, de la député de la 21ème circonscription, du député de la 19ème circonscription, de nombreux avocats et élus, amis, et famille, cette cérémonie protocolaire s’est déroulée dans le respect républicain, mais pas sans humour !

Avant une cérémonie protocolaire, il y a le long chemin du dossier déposé au Ministère de la Justice compte tenu de la profession du postulant, avocat au Barreau de Valenciennes depuis le milieu des années 90. Avant cette cérémonie très codifiée, Jean-Claude Halliez a expliqué les coulisses de cette distinction méritée. « J’ai déposé le dossier en juillet 2017, et nous avons reçu la réponse positive le 15 novembre 2018, puis publication au Journal Officiel le 16 novembre, c’est très très rapide, j’étais étonné. Personnellement, mon dossier a mis 4 ans (conciliateur de justice bénévole durant 24 ans). Ce dossier a été soutenu par l’ancien procureur de la République François Perain, l’ancienne Présidente du TGI de Valenciennes, Florence Peybernès, mais également Laurent Degallaix, Béatrice Descamps, et Valérie Létard, l’ancien bâtonnier et nouvelle bâtonnière, et de nombreux collègues avocats », commente Jean-Claude Halliez, Conciliateur de Justice, et Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

La genèse de cette proposition vient de loin. « Nous partageons une vieille amitié avec Hervé, il a poursuivi ses études de Droit avec ma fille. J’ai constaté au fil des années sa rigueur extraordinaire, c’est très révélateur sur sa personnalité », poursuit-il.

L’hôte de cette manifestation était bien sûr le maire de la commune d’Hérin, membre du comité d’honneur : « Hervé est un homme d’une grande générosité, je suis fier de toi ».

« Cette distinction récompense le métier d’avocat », Docteur Lapchin

Docteur Lapchin

Ensuite, le Docteur Lapchin, vice-président du Nord et Délégué de l’arrondissement de l’Ordre national du Mérite, et Chevalier de l’Ordre national du Mérite, évoqua la portée de cette distinction : « C’est en 1963 que le Général de Gaulle a lancé cet Ordre national du Mérite, c’est le 3ème ordre dans la hiérarchie après l’Ordre de la Libération, et en premier la légion d’Honneur. Le comité sur le Valenciennois existe depuis 1973, il existe 80 récipiendaires dans l’arrondissement de Valenciennes. Sur 1 500 dossiers présentés en 2018, 500 seulement ont été retenus. Emmanuel Macron a divisé par deux les distinctions tant pour la Légion d’Honneur que pour l’Ordre national du Mérite. Aujourd’hui, cette distinction récompense le métier d’avocat ».

« Hervé Delplanque est très respecté par ses pairs », Martine Trussant 

Martine Trussant, bâtonnier du Barreau de Valenciennes, est montée également à la tribune. « Hervé Delplanque est très respecté par ses pairs. Il ne déroge jamais au serment. Il s’est dirigé vers le Droit Pénal. C’est également un ardent défenseur du Droit des Victimes. D’ailleurs, il est l’initiateur d’une convention avec l’AJAR depuis 2008 avec un service d’aide aux victimes 24/24, unique en France ».

En parallèle de son activité d’avocat, Hervé Delpanque est très impliqué dans l’apprentissage du Droit. Enseignant à la FAC aux Tertiales, et Président du Conseil d’Administration de la faculté de Valenciennes depuis 8 ans « il donne de son temps », conclut Martine Trussant. Les apprenants du Droit dans le Valenciennois doivent le savoir, Hervé Delplalnque aime se sentir utile. D’ailleurs, dans son propos, Hervé Delplanque cite à juste titre René Descartes, tiré du Discours de la Méthode (1637) : « C’est proprement ne rien valoir que de n’être utile à personne ».

 » Tout ce qui ne le passionne pas l’ennuie« , Jean-Claude Halliez.

Pour sa part, Jean-Claude Halliez était en charge du discours sur la personnalité du récipiendaire, exercice toujours complexe. Parmi les nombreux propos élogieux, l’un est particulièrement remarqué. En effet, le Premier Président de Cour d’appel qui le connait bien a tenu récemment les propos suivants : « Maître DELPLANQUE est un avocat crédible qui manifeste un total respect envers ses clients et les magistrats. C’est un honnête homme qui traite ses dossiers avec beaucoup de précision et de conscience professionnelle. L’ambiguïté est un domaine qu’il ignore ».

« C’est un travailleur infatigable et passionné. A ce propos je pense pouvoir dire que : « Tout ce qui ne le passionne pas l’ennuie » », ajoute Jean-Claude Halliez.

Jean-Claude Halliez et Hervé Delplanque

« j’aime beaucoup mon métier d’avocat », Hervé Delplanque

Ce déluge de compliments pousse Hervé Delplanque à se poser le question : « Est-ce bien de moi dont on parlait ? ». Par contre, il est honoré et conscient de cet honneur : « Je suis sensible à l’hommage que me rend la République ».

Pour ce discours de Chevalier de l’Ordre national du mérite, il souligne sans détour « j’aime beaucoup mon métier d’avocat ». Il regrette de ne pas faire assez… « je n’ai pas fait grand chose ».

Il marque dans son discours son admiration pour sa famille, celle qui s’est imposée, comme celle de son choix. « Je n’ai jamais manqué de rien. J’ai une dette incommensurable envers mes parents ».

Point sensible de son intervention, l’avocat remercie les différents bâtonniers pour la liberté dans son combat « pour le droit des victimes ».

En conclusion d’une cérémonie protocolaire, il est difficile de tirer une phrase plus importante qu’une autre. Pour autant, le propos conclusif d’Hervé Delplanque, fut emprunt d’humour, de reconnaissance, et de sobriété, car quand on pense ne pas faire assez, on déteste s’entendre dire que l’on en fait énormément. Quitte à bousculer les codes, je cite un texte tiré du Coran : « L’homme modeste est celui qui veut se faire complimenter deux fois ». Hervé Delplanque n’est donc pas modeste, il sait qu’il fait beaucoup, tout en sachant que c’est si peu à l’échelle des combats qu’il l’anime, notamment celui en faveur des femmes victimes de violences conjugales. Pour tout cela, Herve Delplanque est un maillon indispensable de ce barreau de Valenciennes a bien des égards.

Enfin, compte tenu qu’une indiscrétion s’est faite jour durant le discours de Jean-Claude Halliez sur l’appétence du récipiendaire pour Louis de Funès…, ce vendredi 12 avril 2019 dans cette salle municipale de la commune d’Hérin, il n’y avait de fait que « Berlioz et Hervé Delplanque » !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 13 avril 2019
Chevalier de l'Ordre national du Mérite Hervé Delplanque
Hervé Delplanque, Chevalier de l’Ordre national du Mérite
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email