Durant ce Conseil municipal de la deuxième ville du Hainaut, trois sujets sont sortis du lot. Sans surprise le Compte administratif âprement commenté, le détail financier du futur Centre aquatique de Denain, et les « Cités Educatives ».

Le Conseil municipal, la tribune de la prochaine municipale

Evidemment, la hausse de 3,7% de la masse salariale constitue un sujet de tension. « La ville de Denain comprend 385 agents, soit 16,35 agents pour 1 000 habitants moins que pour les villes de même strate. Pourquoi, car nous avons lancé de nouveaux projets, cette augmentation répond à un besoin municipal », explique Daniel Cotton, 1er adjoint de la commune.

Autre chiffre très important, celui de 10,2 millions d’euros d’investissement en 2018 « soit 512 euros par habitant », ajoute Daniel Cotton. Nous verrons ci-après que le financement 2019 du prochain Centre aquatique profite d’un report de 5 millions d’excédent de fonctionnement vers la section investissement.

Le niveau de la dette au 31 décembre 2018 se situe 18 513 043 euros auquel s’ajoute 17,6 millions d’euros à l’EPF (Etablissement Public Foncier) « un partenaire indispensable. Notre capacité de remboursement de notre dette globale (Dette financière + EPF) est de 7,2 années. Les communes en danger sont celles avec une capacité de 10 ans. D’ailleurs, en 2019, nous avons contracté un emprunt sur 5 ans à un taux fixe de 0,67%. Je ne pense pas que si nous étions dans une situation financière difficile qu’un tel taux soit proposé », poursuit-il.

Même s’il faut mentionner que la dette financière est contenue, la dette de l’EPF demeure conséquente. La sortie de la dette EPF et le calendrier associé constitue un enjeu capital pour la commune de Denain. « Nous ne pourrions pas agir en faveur de l’habitat sans l’EPF », conclut sur ce point le 1er adjoint. Assurément, peu de commune française ont connu une telle chute de population après un accident industriel, l’habitat dégradé n’est que le reflet d’une plaie sociale non refermée.

Réactions de l’opposition

Pour l’opposition, Véronique Lehut (sans étiquette politique), pointe du doigt « une zone d’ombre de votre gestion. Le passage de 55,3 % en 2014 à 57,2% en 2018 de la masse salariale a un coût, plus 1 638 000 €. C’est une masse salariale trop lourde pour cette commune sans oublier le prochain facteur piscine payé par les Denaisiens. Ensuite, c’est l’opacité concernant les indemnités des élus ». Puis, elle s’en prend « à l’explosion de la communication et des frais de réception ».

Le 1er adjoint précise « qu’aucun élu n’a de frais de bouche. De plus, les indemnités des élus ont été votées en début de mandat, mais nous avons choisi la fourchette basse pour tous les élus ».

Pour sa part Michèle Dandois, évoque « un véritable dérapage budgétaire. Si durant les premières années, une certaine rigueur était affichée, aujourd’hui nous revenons à l’époque communiste, la communication explose, peu importe pour les suivants (élus) ».

Ensuite, elle enchaîne sur « le recrutement de la cellule familiale de Mme le Maire dans une commune avec près de 35% de chômage ». Sujet très présent sur les réseaux sociaux auquel Anne-Lise Dufour, non présente comme le veut la loi au débat du compte administratif, n’a pas répondu aux allégations de Michèle Dandois.

Toutefois, le 1er adjoint souligne « vous nous reprochez d’investir trop pour les Denaisiens ».

Plainte en diffamation

Dans un climat tendu, le DGS de la commune prend la parole, il assène à Michèle Dandois « envoyez moi les preuves »… « vous me reprochez d’avoir embauché les témoins de mon mariage », brandissant l’acte officiel ! « En l’absence de réponse, je considère que c’est une diffamation en public (réseaux sociaux), et je déposera plainte avec constitution de partie civile », explique le DGS de Denain,

« Vous n’êtes pas les héros de cet hémicycle », Djemaï Drici

Sur ce compte administratif, l’élu de l’opposition lance une prose singulière « vous n’êtes pas les héros de cet hémicycle. J’ai soutenu des projets, mais votre attitude pousse notre ville vers le Rassemblement National », explique  Djemaï Drici… phrase à méditer ! Il n’existe pas de héros solitaires en démocratie, juste des démocrates solidaires parfois exceptionnels… !

Le Centre aquatique de Denain

Le budget final de la construction du futur Centre aquatique a été exposé. Il s’élève à 22 211 265 euros. « Cet équipement bénéficie de 76 % de subventions. Pour sa part, la commune contribue à hauteur de 5 436 000 euros. Cette délibération vise à nous autoriser à solliciter 2 millions d’euros à l’Etat dans le cadre de la politique de la ville », précise Anne-Lise Dufour.

Ensuite, elle répond à une question de Sabine Hebbar sur le choix du futur constructeur de la piscine. « Personne ne nous oblige à prendre le mois cher. Denain mérite du beau », ajoute-t-elle. Ensuite, ce financement « fut particulièrement négocié avec les différents partenaires au point que la Porte du Hainaut avait prévu une subvention à hauteur de 6,2 millions d’euros, elle a été mobilisée avec 800 000 euros en moins », ajoute-t-elle.

Les cités éducatives

Le gouvernement a lancé le dispositif des « Cités éducatives » où le principe des petits déjeuners gratuits s’installe dans des écoles primaires. « Nous avons activé ce dispositif en 24h grâce à nos services. A ce jour, nous avons distribué 2221 petits déjeuners. De plus, je reçois sur les réseaux sociaux des retours positifs voire même des parents qui n’avaient pas inscrits leurs enfants », indique Yamina Mohamed.

Toujours dans cette ligne, le repas dans les cantines à 1 euros. « Nous devrions recevoir une nouvelle positive. Il faut donc anticiper son application dès la rentrée 2019. Je rappelle que le coût de production d’un repas est de 7 euros. Cela coûtait aux familles 1,65 €, et demain 1€ avec une subvention de l’Etat de 2 euros », commente Anne-Lise Dufour.

Enfin, Sabine Hebbar (LREM) rappelle que l’outil des « Cités éducatives » est inspiré par « le rapport de Jean-Louis Borloo ».

En conclusion, comme l’a souligné Michèle Dandois sur Denain, avec un électorat participant conséquent en faveur du Rassemblement National pour les européennes (45%), le rapport de force a changé sur Denain. L’assistance au Conseil municipal s’est étoffée… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 21 juin 2019
Conseil municipal de Denain Denain
Malgré les critiques, Denain ville très convoitée !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email