Organiser un événement national et local une fois peut s’avérer très compliqué, le confirmer l’année suivante peut, parfois, apparaître comme un exploit et surtout pour cette jeune association « Nous Toutes ». Dans cette optique, vendredi dernier, Betty Rygielski, référente « Nous Toutes 59 » sur le Valenciennois, avait organisé une réunion de préparation à cet événement du 23 novembre 2019.

Betty Rygielski : « très unitaire… pour un poids politique fort »

102 femmes tuées depuis janvier 2019 ne constitue pas une nouvelle autorisant la moindre faiblesse dans la communication vers le grand public et les décideurs politiques. Fort de ce postulat, l’utilité de poursuivre une communication sur cette thématique ne se pose même pas, la lassitude de l’auditeur n’a pas le droit de cité sur ce sujet devenu sociétal, soyons franc… depuis assez peu de temps !

Le temps de la chanson emblématique « My Name is Luka » n’est plus, place à l’affichage des plaies et des bosses, à l’exposition des souffrances morales et psychiques, les bleus de la violence sur le terrain.

« Nous devons poursuivre la sensibilisation de toutes et tous. Par contre, Il faut demeurer très unitaire afin de ne pas s’éparpiller et conserver, voire accentuer, un poids politique fort », explique Betty Rygielski.

A Paris ou en local

Au sein de la Maison de Quartier de Valenciennes Centre, une quarantaine d’auditrices, et quelques auditeurs également, étaient venus s’enquérir des informations sur le prochain 23 novembre.

Betty Rygielski, avocate au Barreau de Valenciennes

Tout d’abord, un état des lieux sur la cause, extraits choisis :  » Bien sûr, certaines choses vont mieux sur le plan de l’égalité hommes-femmes »… » Mais surtout, le féminisme ne doit pas exclure les hommes »… « Pour autant, nous n’avons pas besoin d’un audit pour savoir comment cela se passe pour une femme victime de violence dans un Commissariat de Police », assène Betty Rygielski. L’attente des résultats de ce « Grenelle des violences conjugales » est palpable ! Que va-t-il en ressortir ? Cette concertation nationale sera-t-elle à la hauteur, wait and see !

Comme l’a témoigné une auditrice, libérer la parole peut-être salvateur. «  Si j’avais pu parler plus tôt, je ne serai pas partie à l’hôpital suite…. ».

Après un exposé engagé sur l’état de lieux par Betty Rygielski, la question posée fut celle de savoir où l’action porterait le plus, à Paris ou sur Valenciennes ? La salle a plutôt penché vers un défilé sur Valenciennes, pour une action sur le terrain, près de chez nous, afin que les consciences bougent au coin de la rue. Evidemment, l’atout de Paris est l’effet masse très psychologique vis à vis d’un gouvernement, une petite manifestation n’aura jamais le même impact qu’un raz de marée, c’est gravé dans le marbre de notre 5ème République, sans remonter plus loin dans l’histoire.

Si ce sondage interne a permis de dégager une majorité pour une nouvelle organisation d’une marche locale sur le Valenciennois, le tracé et les modalités seront à définir durant des réunions ultérieures. « Toutefois, je vais lancer une collecte de dons, via leetchi, pour récolter des fonds et financer certaines actions, voire le voyage à Paris pour ceux souhaitant manifester sur la capitale », commente Betty Rygielski.

Voici le lien, n’hésitez pas https://www.leetchi.com/c/noustoutes-59-valenciennois

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 26 septembre 2019
Betty Rygielski Grenelle contre les violences conjugales Nous Toutes 59 violences conjugales
« Nous Toutes 59 » le 23 novembre 2019 en quelques maux !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email