Après la publication d’un article de presse dans le magazine Marianne, mais également victime d’une campagne sur les réseaux sociaux délétère, notamment par le député et porte-parole du RN Sébastien Chenu, la première magistrate de la commune de Denain décide de sortir de son silence. Elle passe à l’offensive !

Anne-Lise Dufour : « J’ai quelque chose à vous dire »

La presse locale était invitée pour un long échange avec Anne-Lise Dufour, car de toute évidence son exaspération était palpable : « Le débat est à un tel niveau que je veux vous exprimer mon raz-le-bol ».

En propos liminaire à une réponse détaillée point par point, elle réfute en bloc toutes les allégations du magazine de presse comme celles du député Sébastien Chenu. Concernent ce dernier « j’ai interpellé le CSA, car Sébastien Chenu dispose, en tant que porte-parole du Rassemblement National, d’un accès aux médias nationaux que je n’ai pas. Et à chaque interview, il place un commentaire sur Denain. Il veut démolir la femme que je suis. Le CSA m’a répondu que les comptes de campagne débute bien depuis le 01 septembre, mais par contre le décompte du temps d’antenne n’est effectif qu’à compter du 15 décembre 2019 (soit trois mois avant). J’ai même vu (avec capture d’écran) des commentaires sur Facebook où il était dit – balle entre les deux yeux, c’est la solution- ! ».

Enfin, elle conclut ce préambule : «  J’attaque en justice le magazine Marianne et le député de la 19ème circonscription Sébastien Chenu ».

Les emplois familiaux

Le premier envoie est sans ambiguïté. « Aucun membre de ma famille n’est employé (comme fonctionnaire ou contractuel) par la commune de Denain ! ».

Par contre, deux emplois temporaires sont effectifs et pointés du doigt par Sébastien Chenu en particulier. Il s’agit d’un contrat de 15 jours, durant les vacances de Pâques 2019, effectué par Sarah Schabaillie comme animatrice. Elle est titulaire du BAFA. Elle a passé un entretien comme tous les autres candidats. Au final, elle a été prise après toute autre candidature d’un(e) denaisienne. Sauf que le contexte privé interfère dans ce contrat, certes très court, car Sarah est la fille de Manuel Schabaillie, le DGS de la commune « et mon compagnon depuis une année. A ce titre, Sarah a-t-elle moins de droit qu’une autre Denaisienne. Elle est en garde partagée à Denain etc. ». Ensuite, sur le volet rémunération où les rumeurs vont bon train. « Pour ces 15 jours, elle a touché la somme de 560€ (fiche de salaire à l’appui). De plus, je souligne que la commune de Denain paye moins les titulaires d’un BAFA que dans de nombreuses communes. C’est pourquoi, nous manquons parfois de compétences. En l’occurence, il aurait fallu supprimer cette cession du Centre de loisirs aux vacances de Pâques 2019 faute d’un titulaire du BAFA pour l’encadrement », explique Anne-Lise Dufour.

Ensuite, même contexte pour la fille de la maire de Denain, Charlotte est titulaire d’un BAFA avec une compétence d’aide soignante. « Elle a occupé un poste durant huit jours aux vacances de Pâques 2019. Elle a touché la somme de 300 euros », ajoute-t-elle.

D’un point de vue plus global, l’édile de la commune met en exergue « nous avons embauché pas moins de 1 000 animateurs (jobs d’été) depuis 2014 ».

Ces deux emplois sont la cible du Rassemblement National dans un contexte tout à fait défavorable aux élu(e)s politiques de toutes les obédiences politiques. Visiblement, Anne-Lise Dufour ne pensait pas à cet effet blast sur les réseaux sociaux, voire une distribution de tracts etc., dans le cadre de deux emplois de très courte durée « attribués après tous les autres candidats, c’est de fait à défaut de compétences pour ce poste que Sarah et Charlotte ont travaillé pour la commune de Denain », conclut-elle sur ce point.

En conclusion sur cet item, force est de constater que ces contrats « familiaux » ciblés sont très courts, rémunérés sans excès, occupés faute de candidats diplômés du BAFA selon la 1ère magistrate. Par contre, en toute état de cause… sur le terrain purement politique, différents élus du territoire (qui ne sont pas du tout RN) n’hésitent pas à critiquer sans concession ces contrats qu’ils qualifient d’erreur politique notamment avec un député du Rassemblement National dans sa circonscription impliqué ô combien dans les prochaines municipales. Evidemment, cette pratique est courante dans les communes de France, mais aucune n’a le porte parole du RN pour les commenter. En effet, sachant l’exploitation potentielle derrière par le Rassemblement National, c’est un choix maladroit en terme de gouvernance locale d’autant plus depuis l’élection de Sébastien Chenu date de juin 2017. Toutefois, l’escalade des commentaires sur la durée longue des contrats, le montant pharaonique payé par la commune de Denain, etc. relève de la pure affabulation.

Le soupçon d’entrisme à Denain

Autre point volcanique dans l’actualité locale, l’article du magazine Marianne évoque un entrisme rampant au sein de la municipalité de Denain. La réponse d’Anne-Lise Dufour fuse « je suis très attachée aux valeurs de la République, il n’y a rien au dessus de la laïcité. D’ailleurs, j’ai participé sous le Gouvernement de François Hollande à la rédaction de la Charte de la laïcité avec Vincent Peillon. Par contre, comme laïcarde, je respecte tous les cultes. Ces allégations sont une honte, je réfute en bloc ».

Pour autant, plusieurs faits sont à l’affichage sujets à interprétation. En premier lieu, l’article de Marianne sous-entend un achat pour 160 000 € en septembre par Hassan Iquioussen grâce à des SCI. Sur ce point Anne-Lise Dufour montre les relevés des cessions validés ou en cours. En effet, en septembre 2015, Hassan Iquioussen propose l’achat de plusieurs biens, en terme cadastral, pour un montant de 160 000 €. Par contre, cette proposition d’achat n’a pas été suivie d’une régularisation. Il n’y a de fait aucune recette au profit de la commune. « Il n’y a donc aucune vente enregistrée sur la commune de Denain au profit de Hassan Iquioussen (ou tout autre SCI)», lance-t-elle en montrant ce listening des cessions publiques de la commune de Denain.

Concernant l’hommage au Père Hamel, le 30 juillet 2016, la présence à cette cérémonie de Hassan Iquioussen, prédicateur reconnu avec des propos homophobes, aux cotés d’Anne-Lise Dufour interpelle. Elle se défend par le manque d’informations sur cette personne. « A cette cérémonie, je ne le connaissais pas du tout, je ne l’avais jamais vu auparavant. Ensuite, son discours fut très républicain à cette occasion. Je n’avais rien à commenter. Dès la première polémique, j’ai regardé sur google… Bien sûr, je condamne ses différentes prises de position », explique l’édile de la commune.

Sur ce registre, elle appuie son propos par des actes tangibles. « Il n’y a jamais eu le choix de proposer de la viande Halal dans les cantines communales. De même, il n’y a jamais eu de créneaux horaires pour les femmes et surveillés par les femmes. Par contre, il existe un aménagement suite à des demandes de femmes connaissant un phénomène d’obésité, mais elles sont surveillées par des hommes. Enfin, j’ai même eu des demandes pour des Burkinis pour Denain Plage, j’ai toujours refusée », précise-t-elle.

« Je ne vais pas demander à Sofiane Iquioussen de démissionner son emploi au sein de la commune », Anne-Lise Dufour.

Après le père de la famille Iquioussen, le rapport entre le fils, Sofiane, et Anne-Lise Dufour est au coeur de la polémique. Sofiane Iquioussen est apparu dans le paysage communal fin 2012 au sein d’une association (Action Citoyenne). Ensuite, il a sollicité la maire de Denain pour un projet social. « Quand un jeune vient me solliciter avec un projet social répondant à des besoins, je soutiens celui-ci  pour cette belle idée ! Néanmoins, ce Garage Solidaire n’a jamais reçu une subvention de la commune de Denain, mais de l’intercommunalité la Porte du Hainaut, le Conseil départemental du Nord et l’Etat », commente Anne-Lise Dufour.

Dans le cadre de cette aventure ESS (Economie Sociale et Solidaire), Sofiane Iquioussen a reçu une distinction très prisée (Talents des Cités) au Sénat. Durant cette manifestation, il effectue le signe de la Quenelle. Evidemment, ce geste fut la source d’une polémique féroce. « Il a reconnu avoir fait une connerie », souligne Anne-Lise Dufour.

Concernant son implication dans l’octroi des subventions, elle souligne sa fonction antérieure : « J’étais Vice-présidente en charge du SCOT à l’époque au sein de la Porte du Hainaut ». Après cet échec très relaté dans la presse locale du « Garage Solidaire », pour lequel une instruction est en cours par les autorités compétentes (dont l’issue sera très probablement après les élections municipales), Sofiane Iquioussen, présumé innocent, a bénéficié d’un emploi au sein de la commune dans le service de la politique sociale.

Sans compétence fléchée sur cette thématique « mais détenteur du BAC, Sofiane Iquioussen exerce son activité dans l’ingénierie sociale au sein du CCAS (depuis 18 mois). C’est un agent de catégorie C. Jamais Sofiane Iquioussen n’a émis un mot contraire à mes valeurs républicaines. C’est pourquoi, je ne vais pas demander à Sofiane Iquioussen de démissionner de son emploi au sein de la commune, voire de quitter l’association dont il est membre depuis 2012 », précise la maire.

Droite dans ses bottes, Anne-Lise Dufour ne lâche pas un centimètre sur une altération présumée de ses valeurs républicaines dont la laïcité est son coeur battant, et même constitutionnel…, un paramètre trop souvent oublié.

Les marchés publics

Sur le sujet des marchés publics et des soupçons de clientélisme à l’endroit d’Anne-Lise Dufour, elle balaye également toute allégation :  » Nous avons eu un contrôle de la Chambre Régionale des Comptes en 2017 avec le commentaire suivant- Aucune anomalie détectée- c’est consultable par le grand public ! Il n’existe pas de clientélisme dans les marchés publics de la ville de Denain « .

Concernant le signalement auprès du Procureur de République, la Brigade financière de Lille « est venue collecter les éléments en juin 2019. Les procédures du Code des marchés publics sont suivies à la lettre. En l’espèce, cela concernerait également la Porte du Hainaut, son président Alain Bocquet, puisque cet équipement est construit avec le soutien de la CAPH… », tance la maire de Demain.

Globalement, l’édile de la commune refuse « de se mettre au niveau (délétère) de Sébastien Chenu ». Par contre, la candidate politique refait surface politiquement après un silence mal perçu et parfaitement utilisé par les oppositions.

« Pas de convention cachée avec Megarama », Anne-Lise Dufour

Cette fois, le Rassemblement National parle de convention cachée entre la mairie et la société d’exploitation MEGARAMA du futur cinema de centre-ville à Denain. « Le chantier a connu un aléa technique. Il s’achèvera avec 3 à 4 mois de retard. Par contre, cette entreprise privée a obtenu une subvention financière de 400 000 €, dont 100 000 € par la ville de Denain, 100 000 € par la Porte du Hainaut, et 200 000 € par le Conseil régional, sur un investissement global de 7 millions d’euros. Enfin, toute convention passe obligatoirement par une validation par le Conseil municipal », indique Anne-Lise Dufour.

« Le P.S d’Anne-Lise Dufour, c’est la méthode Anne-Lise Dufour ! », Anne-Lise Dufour

Même si l’annonce était déjà officielle, seule l’opposition était en ordre de marche depuis quelques semaines, réseaux sociaux à l’appui, Anne-Lise Dufour passe de facto à l’offensive. «  Je suis socialiste, voire plutôt sociale démocrate, et ce n’était pas toujours facile d’être au Parti socialiste. Je ne renie rien, mais mon mandat de coeur est celui de maire, c’est celui de la proximité. Si on n’aime pas les gens, on ne brigue pas ce mandat », explique-t-elle.

L’édile de la commune rappelle la vertu d’une élection communale afin de balayer toute hypothèse d’un nouveau revers politique après la douloureuse défaite en juin 2017, elle se rassure forte d’un bilan solide. Pour se situer sur l’échiquier politique du P.S, pas toujours simple, elle cadre son engagement : « Je suis une maire socialiste denaisienne. Le P.S d’Anne-Lise Dufour, c’est la méthode Anne-Lise Dufour ! Notre présenterons notre bilan prochainement, mais nous avons réalisé 98% de notre programme 2014/2020 », conclut-elle.

Fort d’un éclairage politique national, la seule certitude est qu’il faut s’attendre à tout à Denain !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 7 novembre 2019
Anne Lise Dufour Sébastien Chenu
La maire de Denain attaque en justice le magazine Marianne et le député Sébastien Chenu
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email