Sur la cité thermale, la campagne municipale commence à émerger véritablement avec l’annonce d’Eric Renaud, élu dans l’opposition et Conseiller départemental du Nord, une candidature réfléchie et venue de loin.

(Eric Renaud et Yvette Pigé)

Eric Renaud : « Il faut un temps pour tout et pour tout le monde »

Eric Renaud, 59 ans, est un élu depuis 1983. En effet, pour son 1er mandat, il occupait le poste de 1er adjoint aux cotés de Michel Lefebvre à Quiévrechain. « J’ai fait deux mandats comme 1er adjoint dans cette commune, puis Alain Bocquet m’a contacté, car il envisageait de se lancer dans les municipales à Saint-Amand-les-Eaux contre Georges Donnez. Moi, j’avais déjà une histoire forte sur l’Amandinois. J’étais le responsable syndical à l’entreprise Franco-Belge. Puis licencié, je suis devenu attaché parlementaire d’Alain Bocquet pendant 12 ans », explique Eric Renaud.

Ensuite, Eric Renaud prend part à toutes les campagnes d’Alain Bocquet depuis 1995. « Je veux passer d’auteur-producteur à interprète. Il y a eu une dérive dans le mode de gouvernance, une autocratie prégnante. Bien sûr, cela n’enlève rien à la transformation de la commune sous la dynamique d’Alain Bocquet à laquelle j’ai beaucoup participé depuis 1995. Durant ce mandat, le maire s’essouffle, il y a moins d’écoute. D’ailleurs, aucun des projets prévus dans le programme 2014 n’est totalement réalisé », commente Eric Renaud.

« Ce mandat ressemble au dernier de Georges Donnez », Eric Renaud

Concernant son parcours dans la majorité « dès l’élection cantonale en 2015, je fus mis à l’écart« . Puis en octobre 2017, sa fonction d’adjoint fut retirée en Conseil municipal après un vote assez serré.

Local de campagne d’Eric Renaud

Le moins que l’on puisse dire est que le candidature d’Eric Renaud ne souffre pas de la moindre improvisation. En propos liminaire à cette conférence de presse, il rappelle son attachement au regretté René Pigé. « Il m’a toujours soutenu dans mes campagnes électorales, notamment aux élections (chaudes) départementales en mars 2015, mais également aux législatives 2017. Je ne pouvais concevoir cette campagne municipale sans un rappel à René Pigé. C’est pourquoi cette permanence est baptisée Espace citoyen René Pigé », entame Eric Renaud.

Cet espace d’accueil n’est pas non plus choisi au hasard. Au bout de l’Avenue Henri Durre, juste avant le pont enjambant la Scarpe, ce local « est un carrefour de tous les points cardinaux de Saint-Amand-les-Eaux, vous êtes obligé de passer par là. Comme pour mes colistiers, ils sont issus de tous les quartiers de la commune », précise-t-il.

D’ailleurs, concernant la liste, le pseudo suspense sur la réussite du bouclage avec 33 colistiers est fini. « Elle est bouclée depuis Noël. J’ai privilégié les compétences afin que cette équipe soit la plus percutante possible. 48 ans de moyenne d’âge, de 22 à 74 ans. D’ailleurs, ce dernier sera le dernier de liste (le pousseur). Je ferai la présentation de cette dernière le dimanche 09 février au Théâtre des Sources », poursuit-il. Il lâche néanmoins deux noms, Monique Coullier comme présidente de son comité de soutien et Joël Cholet comme mandataire financier. Enfin, toujours sur la dite liste « 5 compagnons de route élus (dont Eric Renaud) sont issus de la majorité sortante et deux anciens élus du mandat précédent », conclut-il sur cet item.

Afin de commenter son esprit avant cette joute électorale très tendue, il lance : « Il faut un temps pour tout et pour tout le monde. Ce mandat ressemble au dernier de Georges Donnez ».

« Une volonté d’alternance », Eric Renaud

C’est dans cette optique que cette liste a trouvé son terreau. « Je suis très satisfait que 33 colistiers ont osé franchir le pas. J’ai eu très peu de refus. Je ne pars pas en guerre, mais tous ces colistiers ont manifesté une volonté d’alternance, crédible, sereine, fiable », commente Eric Renaud.

Saint-Amand-les-Eaux, pôle d’excellence thermal et bien plus… !

Ce n’est pas l’heure d’une présentation de programme, mais Eric Renaud évoque quelques traits. « Un axe fort sera développé sur les Thermes. Je souhaite que Saint-Amand-les-Eaux devienne un pôle d’excellence thermale. Je vais proposer des projets sortis des sentiers battus loin de ce pseudo contrat de station thermal. C’est une coquille vide. Il faut changer de paradigme, il faut bâtir une nouvelle impulsion », explique le candidat.

Sur cet item, il fustige l’abandon des travaux sur le « Grand Hôtel » par la Chaîne Thermale du Soleil.  » Ils devaient faire investir 21 millions d’euros, mais en fait il se contente des travaux « Secu ». Malheureusement, l’appel d’offres du Conseil départemental du Nord n’est pas contraignant, il n’y a pas de clause résolutoire « , poursuit Eric Renaud.

D’ailleurs, à ce titre, il évoque « une source municipale sur Saint-Blaise (parc de la Scarpe) afin de créer une émulation ».

Voir au delà d’un projet à Saint-Amand-les-Eaux

Sur une vision programmatique plus globale, Eric Renaud veut « redonner une ambition collective à Saint-Amand-les-Eaux. il y a un potentiel énorme, je veux développer l’activité économique et pas choisir un projet uniquement pour laisser une trace », assène le candidat.

Pour l’information transparente vis à vis de l’électeur, il précise qu’il présenterait très probablement de nouveau sa candidature pour un nouveau mandat de Conseiller départemental du Nord (pas visé par le cumul des mandats en l’espèce).

Enfin, sur sa philosophie de cette campagne de proximité, il n’a cure des autres candidats. « On s’occupe de nous, de notre ligne de conduite, le projet d’une équipe, on gagne ou on perd proprement », conclut Eric Renaud.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 14 janvier 2020
Eric Renaud Saint-Amand-les-Eaux
Eric Renaud : « Redonner une ambition collective à Saint-Amand-les-Eaux »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email