Ce samedi 18 janvier après-midi, le CRP/ a proposé une découverte de l’exposition et du centre d’art, un Artea, autour de l’exposition d’Isabelle Le Minh. Une quarantaine de personnes étaient présentes dans l’ancienne poste située sur la place de Douchy-les-Mines, notamment des groupes de passionnés de photographies, dont le Café photo Roubaix et Les amis du Fresnoy, autour d’un café et surtout en présence de l’artiste, pour une visite guidée de l’exposition. La directrice, Muriel Enjalran, a présenté le CRP ses différentes missions avant de laisser la parole à l’artiste Isabelle Le Minh.

Taumachrome par Isabelle Le Minh au CRP de Douchy-les-Mines

Ingénieur de formation et diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de Photographies d’Arles, l’artiste questionne essentiellement les évolutions techniques de la photographie. Dans son exposition, elle explique que c’est un « bug » qui a donné ce côté saturé à ses clichés.

Sa série s’intitule Taumachrome, qu’on pourrait traduire par le traumatisme vécu par le déclin de la ville et la couleur bien particulière de ses photographies. Des images de grand format sont encadrées à la manière de diapositives.

Les images, initialement analogiques et en noir et blanc, se sont chargées au cours de leur traitement numérique, d’une présence « spectrale ».

Pour cette série, Isabelle Le Minh s’est rendue à Rochester, siège historique de la firme Kodak fondée par George Eastman. La célèbre marque, concurrencée par les nouvelles technologies, à connue un déclin progressif jusqu’à sa fermeture définitive en 2012.  La désaffection de Rochester fait écho à la désindustrialisation qui a touché de nombreuses villes du Nord de laFrance, comme en atteste la fermeture d’Usinor à proximité de Douchy-les-Mines. À l’invitation du CRP/, l’artiste s’est saisi du fonds du centre d’art pour concevoir un nouveau travail qui fait référence au passé sidérurgique d’Usinor.

Isabelle Le Minh parle de « symptômes de la déchéances » dans ses photographies. Les diapositives qui s’altèrent et la présence de la trame qui parasite les images peut faire référence au vieillissement, à l’altération, à la fois du matériel photographique, mais aussi aux stigmates de la ville.

Dans ses images, on y trouve des bâtiments désaffectés, des avenues désertes, des slogans devenus caducs… !

Pour cette exposition, l’artiste a été invité à travailler sur deux fonds d’archives, dont l’un fut trouvé sur le site d’Usinor après sa fermeture. D’ailleurs, elle a installé ces images sur un rail métallique qui caractérise un chemin de fer.

Dans une tentative de reconstruction, Isabelle Le Minh fait revivre le passé et rend hommage l’inventeur et l’ouvrier.

L’exposition est visible jusqu’au 1ermars 2020. Le prochain temps fort aura lieu le week-end du 8 et 9 février pour une visite accompagnée à 15h.

L’année 2020 sera également marquée par l’arrivée prochaine d’une antenne pédagogique sur la Place des Nations en face du CRP/. Pensée comme un lieu de vie ouvert aux habitants et visiteurs du centre d’art, elle accueillera les ateliers de pratique autour de l’image, des rencontres et un espace de documentation. Elle sera aussi lieu de stockage et de projection vidéo.

L’espace sera ouvert, car il aura pour vocation d’accueillir du public scolaire et des habitants, mais également pour sa façade en verre qui laissera voir l’intérieur du bâtiment. Pour l’instant, ce futur lieu éphémère est appelé « Container » car son architecture et sa forme sont clairement reconnaissables comme tels.

Le CRP a également le projet de mettre en avant une classe ambassadeur, qui serait chargé de la scénographie du lieu. De nombreuses initiatives qui ont pour but d’ouvrir le lieu à l’extérieur et pour Manon Brassart, chargée d’accueil et de médiation, de « mieux identifier » le lieu, encore trop délaissé par les Douchynois.

La réalisation architecturale du futur espace a été confiée à l’agence Servais Engineering Architectural basée à Liège, un studio qui s’attache à la conception de projets de construction et à leur développement dans un esprit de collaboration avec tous les intervenants du secteur.

Un sondage sera mis en ligne prochainement pour que le public puisse proposer un nom à ce lieu. L’inauguration aura lieu le 4 avril 2020 avec l’exposition FluxCe projet est soutenu par la DRAC Hauts-de-France, le ministère de la culture et la Région Hauts-de-France, en partenariat avec la ville de Douchy-les-Mines.

Pour découvrir les nombreuses actions du CRP/, n’hésitez pas à parcourir leur site internet www.crp.photo

Ce centre est à (re)découvrir, autant pour le charme suranné de ses lieus, l’accueil chaleureux de l’équipe, la qualité de ses propositions et la richesse de sa collection.

Not the end, le CRP a encore de beaux jours devant lui.

Jane Huvelle

 

Publié par Jane Huvelle le 20 janvier 2020
CRP/ Douchy-les-Mines Douchy-les-Mines Isabelle-le-Minh photographies
Not the end au CRP/ de Douchy-les-Mines
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email