Le nom de Bécourt est étroitement associé à la vie politique locale. C’est pourquoi, l’arrivée à Bruay-sur-l’Escaut comme tête de liste de Julien Bécourt, le fils de Daniel, constitue un événement local très critiqué par la majorité sortante. Pour autant, il est sur la ligne de départ avec une équipe déterminée, la tension ambiante sur ces municipales à Bruay-sur-l’Escaut sera intense jusqu’au dernier bulletin de vote dépouillé !

(Cendrine Roussy, Julien Bécourt, et Anne Dytrych)

Julien Bécourt, une candidature qui vient de loin !

Si pour certains candidats dans le Valenciennois, la décision fut tardive. A Bruay-sur-l’Escaut, le moins que l’on puisse dire est que les choses s’anticipent un peu. « Dès le soir des élections en 2014, on m’a sollicité pour les élections 2020. Ensuite, je me suis investi sur plusieurs dossiers de proximité, rue renan, rue des francs tireurs… où j’ai obtenu des résultats concrets ». Cette prise de température indirecte a poussé Julien Bécourt vers une candidature pour les municipales 2020. Chose faite avec une équipe composée de nouveaux visages, mais bien sûr la question inévitable était la présence ou pas de Daniel Bécourt !

Le doute a plané longtemps sur la présence de Daniel Bécourt sur la liste suscitant de nombreuses critiques des opposants. « Suite à des démissions dans le Conseil, mon père fut le seul opposant durant ce mandat face à Mme Duhamel. Ce fut rude. Aujourd’hui, il est en retrait et ne figure pas sur la liste. C’est une équipe nouvelle avec des citoyens de gauche, de droite, des verts, mais une liste sans étiquette baptisée « Demain Bruay vous appartient ». Je ne suis pas carté politique », explique-t-il.

Enfin, une consultation a été opérée sur l’ensemble de la commune « avec près de 1 500 réponses où 11 questions furent posées », indique Julien Bécourt. Très logiquement, cette base de données en or massif fut à l’origine du programme que nous verrons ci-après.

« L’Hôtel de Ville, c’est le 49/3 de Bruay », Cendrine Roussy

Concernant le bilan de la maire sortante, il n’est pas tendre sur le duo Hôtel de Ville/ Place des Farineau. « Mme Duhamel indique qu’elle n’a pas diminué les places de stationnement Place des Farineau , mais quand vous concentrez tous les services sociaux sur un seul lieu, vous devez aménager plus de places de parking… », assène le candidat.

Sa colistière sort une diatribe toute en actualité « l’Hôtel de Ville, c’est le 49/3 de Bruay », commente Cendrine Roussy. Dans ses documents tractés, l’équipe de Julien Bécourt a réalisé un « contre-bilan » très corrosif. Toujours sur ce sujet du centre-ville « coté budget 1 980 000 € annoncé, budget revu 2 500 000 € avec une communication entre les services difficile ».

Evidemment, l’insécurité prend une place prépondérante dans ce contre-bilan « entre 2018 et 2019, augmentation de 35% des infractions contre les personnes, et record battu hausse de 125% des escroqueries »

La baisse drastique de l’activité économique de proximité avec à la clé des fermetures, des CAHT des commerces en berne dans le centre ville suite à ce nouvel aménagement Place des Farineau « sans indemnisation de la commune, mais également les marchés de plein vent en forte baisse ».

Enfin, le contre-bilan constate « une baisse de la population de 1 000 habitants sur le mandat ».

Le programme de « Demain Bruay vous appartient » sur 11 axes :

La sécurité 

Actuellement, la Police Municipale (armée) de Bruay-sur-l’Escaut compte 8 agents de terrains. Pour autant, la volonté de Julien Bécourt est de monter en effectif avec « des patrouilles pédestres et en deux roues » importantes pour la visibilité. Il veut également « créer un CSU (Centre de Surveillance Urbain) pour la prévention et la délinquance urbaine », précise-t-il. Ce dernier pourra s’inspirer des CSU efficaces sur le territoire comme celui du tramway voire d’autres communes. « En plus, il serait nécessaire que toutes les caméras soient opérationnelles », ajoute Julien Bécourt.

Sur cette liste figure Patrick Beaudoin, militant Vert historique, mais surtout président de l’association AJAR. Cette dernière à travers le SAVU (Service d’Aide aux Victimes) pourra inspirer l’ambition de cette équipe « pour la mise en place d’un accueil d’aide aux victimes ».

La violence routière est intégrée dans tous les programmes des listes sur le Valenciennois, c’est très symptomatique d’un rapport à ce climat d’insécurité généralisé. « Il faut revoir complètement le plan de circulation, une meilleure signalétique avec un meilleur éclairage, et lutter contre les rodéos en 2 et 4 roues ».

Les finances

Des mesures rationnelles sont envisagées en cas d’élection le 22 mars prochain. « Il faut d’abord rediscuter tous les contrats des prestataires. Ensuite, cesser toutes les procédures au Prud’hommes contre les agents de la commune, et une meilleure maîtrise des dépenses de fonctionnement », explique Julien Bécourt.

Ensuite, Anne Dytrych, sur la liste, évoque une carence dans le domaine des subventions. « On ne va pas chercher des dossiers à la région, l’Etat, voire aussi la Commission européenne. Certes, ces derniers sont complexes, mais nous sommes en capacité de le faire ».

Dans les mesures phares, vous avez « la diminution de l’impôt foncier bâti. Bruay est la 38ème ville la plus taxée en France (sur 34 500 environ) », comment Julien Bécourt.

Développement économique

Bien sûr, le premier engagement est « de repenser l’accessibilité et créer des places de stationnement à proximité des commerces, tout comme la redynamisation des marchés », précise Julien Bécourt.

L’environnement

Cet item prend une large place dans ce programme. « Nous voulons mettre en place une commission environnement et écologie. Chaque projet communal doit intégrer une action écologique et développement », explique le candidat.

Les mesures dans le domaine sont pléthoriques : plantation d’un milliers d’arbres dans une ville de fait très minérale, développement des toits-terrasse végétalisés sur les bâtiments publics, des colonnes enterrées, parc automobile électrique, pistes cyclables sécurisées, etc., voire jusque la dématérialisation générale des services vers le zéro papier (très ambitieux).

Urbanisme cadre de vie

En premier lieu, un meilleur cadre de vie est complexe dans une ville traversée sur 4,5 km par un tramway en site propre. Pour autant, le réseau de bus est fondamental : « Nous avions des arrêts de bus judicieux avant le tramway, il ont disparu avec l’arrivée du tramway. Nous voulons renégocier avec le SIMOUV le réseau bu sur Bruay-sur-l’Escaut », explique Julien Bécourt.

Ensuite, un autre point apparaît comme central à travers « un parc privé à l’abandon. Nous devons agir pour remettre sur le marché ces fonciers à l’abandon », explique-t-il. Enfin, une clarification des critères d’attribution des logements sociaux s’avère nécessaire selon le programme.

Jeunesse

En terme de cadre de vie, l’équipe de Julien Bécourt fustige « l’arrêt du bus scolaire pour la cantine. Vous avez les écoliers de Leo Lagrange et de Zola qui vont se rendre à la cantine à pied quel que soit la météo. En file indienne le long de la rue Jean Jaurès, nous les voyons passer, c’est un vrai problème. Il ne faut pas faire des économies sur le dos des enfants », dixit Julien Bécourt.

Plus globalement, cette équipe souhaite une restructuration des modes et lieux d’accueil des enfants et des jeunes de 0 à 18 ans « autour d’un véritable projet éducatif », ajoute Julien Bécourt.

Les séniors

Le défi durant ce XXIème siècle pour toutes les collectivités locale sera de gérer une population de plus en plus vieillissante avec à la fois des séniors actifs, mais aussi le grand âge avec une perte d’autonomie, et par suite des besoins très différents.

 » Nous voulons la création d’une Maison des Séniors où seront regroupées toutes les actions et activités proposées aux Seniors : Aide aux transports, aide au maintien à domicile, prévention de la perte d’autonomie, lutte contre l’isolement et accompagnement personnalisé « , précise-t-il.

Culture

Là également, cette équipe veut lancer « Maison de la Culture » où les arts divers et variés pourront se développer.

Sport

Là, le sujet polémique du regroupement de toutes les associations sur le stade Gatien fait causer. « Oui, il est nécessaire de rénover le stade Gatien, mais il ne faut pas regrouper toutes les associations sur ce site. Ensuite, nous voulons proposer une Organisation Municipale aux Sports (type OVJS à Valenciennes) et un Pass Sports », déclare Julien Bécourt.

Action sociale

Plusieurs initiatives avec le financement du permis de conduite « en contrepartie d’un engagement citoyen bénévole pour la ville », précise Anne Dytrych. Plus globalement, un bilan social serait prévu afin de mener des actions en adéquation avec les besoins réels de la population.

Au niveau du paysage politique, Julien Bécourt pense « qu’il y aura, à Bruay, comme ailleurs une prime au sortant, mais que les résultats seront très indécis ». Tous les scénarios sont possibles à Bruay-sur-l’Escaut le dimanche 15 mars en fin de soirée… !

La liste « Demain Bruay vous appartient » :

Publié par Daniel Carlier le 5 mars 2020
Bruay-sur-l'Escaut Julien Bécourt
Julien Bécourt trace son chemin à Bruay
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email