Après la tristesse, le temps de la campagne politique pour la majorité sortante est (enfin) venue sur Marly. Le moment des petites phases est arrivée autour d’un programme, selon le candidat, en phase avec la réalité budgétaire de cette commune de plus de 10 000 habitants.

Jerome Leman : « Annoncer une baisse des impôts (Foncier bâti) n’est pas responsable »

Sur Marly, le paysage politique s’est chamboulé en quelques semaines avec une nouvelle tête de liste de fait pour la majorité sortante, mais également avec une rupture de plus dans la majorité sortante avec le départ de Laurence Morel. « Au début, il y a eu un temps de sidération, mais aujourd’hui les fidèles de Fabien Thiémé ont rejoint notre majorité. Bien sûr, je ne serai jamais Fabien Thiémé, mais nous n’avons jamais eu (avec Fabien) de différents sur la politique locale. De plus, comme je suis d’une sensibilité plus centriste, certains électeurs de Jean-Noël Verfaillie reviennent vers nous. D’ailleurs, Jean-Noël Verfaillie est-il à l’aise avec le 49/3 ? Sur sa liste, vous avez le responsable de la section LREM sur Marly, Laurent Jeannas. Par contre, sur l’échiquier politique, sa candidature est légitime », tance Jerome Leman.

« J’ai déposé plainte contre Laurence Morel au nom de la commune », Jérome Leman

Ensuite, il évoque les deux autres listes. « Isabelle Jalain rêvait d’un poste adjoint, elle n’a jamais été adjointe. Elle est donc très frustrée ». Enfin, la rupture avec Laurence Morel fut un moment politique compliqué. Sans remettre l’investissement et le travail de fond de Laurence Morel sur le volet culturel, « nous avions une divergence sur le sujet de la culture. Je la vois plus dans la participation et l’apprentissage. Laurence Morel voit cette thématique plus sur la consommation », indique Jerome Leman. Enfin, la polémique s’est amplifiée dès lors que Mme Morel a su constituer dans un temps record une liste. « Elle a demandé la salle Oscar Carpentier qu’elle a obtenu sans délai. Par contre, le même soir, Jean-Noël Verfaillie avait la Salle des Fêtes (comme Isabelle Jalain par ailleurs). Elle m’a demandé cette salle. Aucune date n’était libre, je devais déplacer des répétitions d’associations. Elle est venue nous voir, moi et d’autres élus avec des propos insultants. J’ai déposé plainte contre Laurence Morel au nom de la commune. Ne pas le faire était faillir à mon mandat de maire », conclut-il sur le sujet.

D’abord, le sujet fiscal avec des annonces tangibles, par deux candidats, est prégnant sur Marly. « Comment voulez-vous annoncer une baisse des impôts locaux, alors que nous ne connaissons même pas la compensation de l’Etat après la suppression totale de la taxe d’habitation en 2022. Dans ces conditions, annoncer une baisse des impôts (Foncier bâti) n’est pas responsable ! », assène Jérome Leman.

Dans la suite logique de l’argent public, l’aménagement de la zone des Dix Muids par Valenciennes Métropole (sa compétence) constitue « un dossier très important pour Marly. C’est une zone d’activité de 43 hectares. Par contre, la commune pourrait récupérer des nouvelles recettes fiscales. Seulement à cet instant, je pourrai proposer des baisses d’impôts locaux », explique Jérome Leman.

Ensuite, il s’amuse d’un pan programmatique…: « Nos opposants disaient que Marly s’était vendue à l’agglo, et la 1ère chose que je constate par les autres candidats est qu’ils portent un ou des dossiers à l’agglo ».

Les grands projets

Deux projets communaux sortent du document programmatique de la liste sortante. « Nous envisageons la rénovation du stade Denayer, la salle Dumont, la piste, et un site de Fitness, l’étude est déjà réalisée », précise-t-il.

Ensuite, la voie urbaine reliant (le Pont des Imbéciles et le Stade du Hainaut) ces axes routiers devrait se transformer « en voie verte. Nous allons planter des milliers de plants d’arbres sur les 1,2 km de route avec une voie piétonne et cyclable. Autour de cette voie paysagère, nous avons un espace foncier important. C’est un dès plus gros potentiel sur Valenciennes Métropole », commente Jérome Leman.

Bien sûr, le programme de logements de l’ANRU 2, ou plutôt NPRU, va transformer le quartier de la Briquette. Une polémique est naissante sur le déplacement potentiel d’habitants de leur quartier. « On ne peut pas aller dans ce quartier pour rencontrer des habitants et leur dire qu’ils vont quitter leur quartier. Au maximum, certains iront dans d’autres quartiers de Marly, mais avec l’accord des résidents », explique Jerome Leman. Sur le plan légal, l’ANRU 2, version Manuel Valls, n’autorise pas le relogement à 100% des habitants sur le même quartier. Après, tout est une histoire de négociation avec les habitants.

« Proposer une nouvelle salle culturelle n’est pas raisonnable », Jérome Leman

Au niveau culturel, il propose « une extension du Moulin Souverain, mais c’est la seule possible. Proposer une nouvelle salle culturelle n’est pas absolument raisonnable au niveau budgétaire », explique Jérome Leman.

Voilà, la campagne de la majorité sortante est véritablement lancée depuis début février.

La liste de la majorité sortante sur Marly :

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 7 mars 2020
Jerome Leman Marly
Jerome Leman en campagne à Marly
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email