En pleine crise du Covid-19, la gestion de cette pandémie dans les EPHAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées et dépendantes) constitue un paramètre suivi de très près par les autorités territoriales. Sur ce sujet sensible, la député de la 21ème circonscription, Béatrice Descamps, a posé une question à l’Assemblée nationale mardi dernier au Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Veran.

Béatrice Descamps : « Je n’ai pas de retour catastrophique des EPHAD sur le Valenciennois »

Depuis le 28 mars 2020, le Professeur Salomon, directeur national du réseau des ARS (Agence Régional de Santé) communique sur le taux de mortalité dans les EPHAD en France. « Nous voyons des situations dramatiques dans des EPHAD, notamment du Grand-Est. Pour autant, je suis en contact régulier avec les établissements sur le territoire, je n’ai pas de retour catastrophique des EPHAD sur le Valenciennois », précise-t-elle. A savoir que le département du Nord, les EPHAD sont au nombre de 220, et de 54 résidences autonomie.

Présente à l’Assemblée nationale, Béatrice Descamps représentait le Groupe UDI et Agir mardi dernier. D’ailleurs, compte tenu du Covid-19, le contrôle du gouvernement ne s’exerce plus qu’une fois par semaine, le mardi, avec un seul député par Groupe politique. La voilure se réduit de plus en plus en terme d’exercice de la démocratie.

A cette occasion, Béatrice Descamps a posé une question sur la gestion des EPHAD pour le gouvernent. « Je voulais absolument commencer mon propos en saluant le travail des soignants et des accompagnants dans les EPHAD. Je constate une collaboration entre l’Etat, la région des Hauts-de-France, et le Conseil départemental du Nord en charge des EHPAD », commente Béatrice Descamps.

En terme d’impact dans la région des Hauts-de-France, l’impact est hétérogène suivant les départements. « Le nombre de personnes atteintes du Covid-19 est en progression chaque jour dans les EPHAD des Hauts-de-France. Toutefois, un département comme l’Oise est plus atteint que notre département « , précise-t-elle.

« Les masques commencent à arriver, mais lentement », Béatrice Descamps

Evidemment, la problématique des masques est devenu un fil rouge de cette gestion de crise. « Au début, l’Etat n’avait pas le nombre de masques suffisants, et nous pouvions entendre que ces derniers étaient réservés au Centre Hospitalier. C’est pourquoi, j’avais des retours des directions et personnes des EPHAD dans le Valenciennois avec un sentiment d’abandon et de peur de transmettre le virus à leur domicile, voire réciproquement », indique la député.

Aujourd’hui, la situation est en cours de déblocage grâce à des commandes croisées. « Le Conseil départemental du Nord a commandé 90 000 masques pour les EPHAD. 30 000 sont arrivés et en cours de distribution, les masques commencent à arriver, mais lentement. Cela complétera une livraison par les pouvoirs publics. Pour sa part, le Conseil régional a participé financièrement à cette commande. Sur le Valenciennois, le message des équipes des EPHAD est le nécessaire dévouement pour ses personnes âgées. Nous ne sommes pas comme dans d’autres régions où le personnel encadrant doit coucher sur site, mais le message est identique « on doit le faire » », poursuit Béatrice Descamps.

« Cette épidémie du Covid-19 laissera des traces psychologiques chez les personnes âgées confinées », Béatrice Descamps

Au niveau de la politique de confinement, il y a eu deux étapes. D’abord, l’interdiction des visites et des sorties pour les personnes âgées en EPHAD. « Un sentiment d’abandon a prévalu chez les personnes âgées, l’absence d’échange social », exprime la député. Ensuite, la seconde phase fut celle du confinement dans les chambres. « Là, c’est encore plus difficile. Je salue les équipes des EPHAD qui organisent des animations supplémentaires pour les résidents, mais il est évident que cette épidémie du Covid-19 laissera des traces psychologiques chez les personnes âgées confinées », poursuit Béatrice Descamps.

« Des tests dans chaque EPHAD en sortie de confinement », Béatrice Descamps

Indéniablement, les personnes âgées ont éprouvé le choc de s’être senties prises au piège. Cet état de fait va se prolonger, nous le savons, encore plusieurs semaines. La sortie de confinement sera de facto très importante pour toutes les familles.

Pour réussir cette étape cruciale, la problématique des tests doit être résolue. « Le gouvernement a validé le principe du test de tous les résidants et équipes soignantes et d’encadrement dans les EPHAD, mais pour reprendre les propos du Ministre de la Santé, cela ne « se fera pas du jour au lendemain », conclut Béatrice Descamps.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 10 avril 2020
21ème circonscription Béatrice Descamps EPHAD
Les EPHAD, gestion de crise du COVID-19
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email