Dans le tiercé condéen du second tour de cette élection de proximité, vous avez la liste « Condé, Notre Priorité » où Paolino Manganaro poursuit sa route sans compromis, fidèle à une équipe, et à certaines valeurs. Face au maire sortant, et à une liste d’opposition unifiée, il revendique une vision à long terme pour Condé-sur-l’Escaut autour d’un programme, « Le Contrat municipal », et d’une volonté politique de l’appliquer… !

Paolino Manganaro : « Un mandat débuté sans charisme, achevé sans charisme »

Parti très tôt dans cette campagne municipale, dès le 15 septembre 2019, la liste « Condé, Notre priorité » a misé sur un programme « structuré, un projet de fond à long terme pour la ville de Condé-sur-l’Escaut », entame Paolino Manganaro (retour sur le programme https://www.va-infos.fr/2019/12/13/paolino-manganaro-lance-sa-campagne-equipe-a-conde/)

Ensuite, il répond à des critiques du maire sortant « je n’ai soi-disant rien fait durant 5 ans, et bien je remercie Grégory Lelong pour ce propos. Cela me décharge complètement du bilan du maire sortant. Pour autant, de la même manière, j’aimerai obtenir les bilans des autres adjoints comme celui du commerce, des travaux, etc. », poursuit-il.

Durant l’entre-deux tours d’une longueur inédite, et certainement inégalable, un rapprochement global de toutes les d’oppositions fut-il envisagé ? La candidat répond avec un propos très affirmé « dès le soir du 15 mars, toute l’équipe était favorable à repartir avec la même liste. Une alliance avec l’opposition ou avec le maire était hors de question ».

Sur ses chances de remporter ce scrutin, Paolino Manganaro joue la gagne, car « avec une abstention aussi forte au 1er tour, tout est remis sur la table au second, nous y allons pour gagner ! D’ailleurs, en 2014, nous n’étions pas dans une meilleure position avant le second tour », précise-t-il.

« La ville de Condé-sur-l’Escaut a deux DGS », Paolino Manganaro

Après une campagne partagée avec Grégory Lelong entre 2012 et 2014, la tête de liste constate… « dès son élection, il s’est jeté dans les bras de son DGS. L’administratif a pris le pas sur le politique. Pourtant, dans une commune, ce n’est pas le DGS qui décide, et le maire qui exécute ! », assène-t-il.

Ensuite, le candidat précise également que « la ville de Condé-sur-l’Escaut a deux DGS. En fait, un autre DGS est arrivé, et l’autre a pris le poste de Secrétaire général, mais avec un maintien de salaire. Condé n’a pas les moyens financiers de le faire », ajoute-t-il.

« Un maire ne peut diriger sa ville uniquement sur Facebook », Paolino Manganaro

Paolino Manganaro poursuit sa critique à l’endroit du maire/candidat. Très présent sur sa page personnelle Facebook, il attire les foudres du candidat « un maire ne peut diriger sa ville uniquement sur Facebook. Il n’arrête pas de pleurnicher, de se justifier. En fait, il se culpabilise. Non, un édile doit convaincre ! C’est un mandat débuté sans charisme, achevé sans charisme ».

Pour autant, le premier magistrat a dû faire face à la crise sanitaire comme partout ailleurs. L’approvisionnement en masques fut complexe, comme dans beaucoup de communes, mais ce temps de distribution fut un prolongement de la campagne municipale du second tour, certes involontairement.

Pour autant, cette crise Covid-19 annule toutes les festivités prévues cet été. « Les économies réalisées ne pouvaient-elles pas (avec les frais liés au Covid-19) aboutir à la création d’un fonds pour les commerces. Plusieurs professionnels de proximité vont fermer. L’adjoint au commerce a-t-il pris des initiatives dans le domaine ? », demande la candidat.

Revue des troupes électorales

En premier lieu, Paolino Manganaro expose une réalité électorale indiscutable : « Nous savons pertinemment que l’ensemble des colistiers des 3 listes en soutien à Joel Bois ne voteront pas pour ce dernier. Comment Roland Bouvart, avec des colistiers ex FN, et la famille Bois peuvent-ils s’unir à Condé ? », s’interroge Paolino Manganaro.

Ensuite, il précise son propos sur cette union des oppositions : « Concrètement, cette union électorale rassemble l’extrême droite et l’extrême gauche. Ensuite, comment pourrions-nous s’associer à la dynastie Bois qui a plombé les finances de la commune ? ».

Concernant le programme du maire sortant, il est « affligeant. Il n’y a aucune proposition propre à la commune. Ensuite, affirmer que son cumul de 5 casquettes constitue un atout pour les habitants, c’est une blague ! Les subventions sont ouvertes à tout le monde, et pas seulement aux élus régionaux par exemple ».

Pas d’audit financier

Contrairement à beaucoup de candidats en lice, au 1er comme au second tour sur le Valenciennois, Paolino Manganaro ne souhaite pas lancer un audit financier : « Cela sert à quoi en plus d’être payant. Dès lors que vos comptes sont équilibrés. Nous avons déjà eu récemment celui de la CRC, qui d’ailleurs est gratuit ».

Pour autant, le candidat reste objectif sur un point clé dans l’attribution des subventions. « Nous attendons le résultat du recensement de 2020 (résultat courant 2020), nous verrons bien si cette commune est sur une dynamique, et passe les 10 000 habitants ».

Manifestation du samedi 20 juin…

Comme commentaire sur le fond de cette manifestation des agents CGT de la commune, Paolino Manganaro s’appuie sur le rapport de la Chambre Régionale des Comptes en 2015/2016 soulignant un surabsentéisme massif sur Condé-sur-l’Escaut. « Quel fut le choix du maire face à cette critique de la CRC ? Il a pris un prestataire extérieur pour les risques psycho-sociaux pour un coût de 40 000 €, alors que sur Condé, vous aviez un cabinet compétent nettement moins onéreux. Je rappelle que le maire est garant du bien-être physique et moral de ses agents. Une commune a besoin d’un leader ! Il faut revenir à l’humain dans le projet municipal ».

Dimanche vers 18H15, grâce au vote électronique sur une terre imprévisible, les résultats de cette campagne municipale étrange seront connus. Alors, stop ou encore dans l’univers impitoyable condéen… où la politique ne meurt jamais !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 25 juin 2020
Condé-sur-l'Escaut Paolino Manganaro
Paolino Manganaro : « Ce n’est pas le DGS qui décide, et le maire qui exécute !»
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email