Suite à la désignation par la Porte du Hainaut de ses délégués communautaires, le CCE s’est réuni afin de statuer sur une autorisation, ou pas, d’une nouvelle activité, en l’occurrence la voltige, dans le cadre de la formation des pilotes de ligne sur le Valenciennois. L’exposé des différentes parties posent une question simple, comme pour le film anglais (Much Ado About Nothing-Beaucoup de bruit pour rien), quelle est la réalité de la mise en cause de cette activité ?

Au niveau expérimental hier, la voltige devient réglementaire à l’aéroport Valenciennes-Denain

En prélude à une nouvelle présidence « j’attendais ces désignations pour convoquer les élus pour la prochaine réunion élective », précise Jacques Schneider, le président actuel du Syndicat mixte « Aéroport du Valenciennois-Charles Nungesser », un CCE (Comité Consultatif Environnement) s’est tenu ce jeudi 17 septembre sur le site  aéronautique de Valenciennes.

Trois points étaient au menu de cette réunion pilotée par Delphine Lemaire, Secrétaire générale de la Sous-Préfecture en poste depuis février 2020 : Le bilan de l’activité de l’aéroport en 2019, le bilan des réclamations des riverains, et l’activité de voltige. « C’est la première réunion de ce CCE depuis 2015, il faut reprendre le fil des sujets de l’aéroport. D’ailleurs, nous souhaitons que ce CCE se réunisse à minima une fois par an », commente la Secrétaire Générale de la Sous-Préfecture.

 « Nous ne sommes pas une ligne commerciale régulière », Jacques Schneider

Concernant le bilan de l’année 2019, le président du Syndicat tient à préciser plusieurs points afin de rassurer les associations de riverains parties prenantes (et légitimes) de ce CCE. « Nous ne sommes pas une ligne commerciale régulière, et nous ne le serons jamais. Premièrement, notre piste (rénovée en 2001) n’est pas suffisamment longue. Deuxièmement, nous voulons maintenir de bonnes relations de voisinage avec les associations de riverains, et les communes voisines (Trith-st-Léger, Rouvignies, et Prouvy) », indique le Président.

Donc, ce site est plus destiné à des vols commerciaux à la demande « comme pour le VAFC et le RC Lens, des vols sanitaires pour le transfert d’organes… », précise-t-il. Ensuite, vous avez un atelier de maintenance dont l’activité dépasse le site même « puisque certains avions sur Lesquin, et ailleurs, viennent se faire réparer sur notre atelier », poursuit-il.

Par contre, il déplore « ne plus être depuis 2011 un point de passage aux frontières. Cela détourne certains vols d’affaires pour dédouaner leurs marchandises. Nous essayons depuis cette date, et régulièrement, de récupérer cette possibilité importante pour l’aéroport de Valenciennes Denain, car c’est un outil de développement économique sur un territoire avec de grandes entreprises. Les vols hors espace Schengen doivent donc passer par un autre aéroport. Malheureusement, compte tenu des menaces terroristes, il n’est pas possible à cette heure d’obtenir un retour en arrière ».

Ensuite, vous avez la présence de l’école de pilotage privée pour les pilotes de ligne, évoquée ci-après, à travers sa nouvelle activité de voltige dans le cadre de la dite formation.

Enfin, il se réjouit « de l’adhésion de la Porte du Hainaut depuis 2016 à ce syndicat » tout en rappelant que ce nouveau mandat (2020/2026) doit aboutir à la mise en conformité de l’aéroport Valenciennes-Denain aux normes européennes.

L’aéroport de Valenciennes-Denain en chiffres :

En 2019, cela représente 20 434 mouvements de vols commerciaux pour 1494 passagers contre 15 376 mouvements pour environ 1 000 passagers en 2016.

Les vols d’affaires sont quantifiés à hauteur de 358 mouvements pour 75 passagers.

Enfin, l’année 2019 a connu une grosse baisse du Fret avec seulement 6 tonnes, contre 30 tonnes en 2015 « même si en terme de mouvements, nous avons effectué le même chiffre, mais avec des petits colis », précise un responsable de l’aviation civile.

La voltige, au coeur de débat

Rappelons que ce site aéronautique est opérationnelle 7/7j et 24h/24. Bien sûr, les mouvements de vols ne sont pas inopinés. Tout est planifié, programmé ! De 8h à 20h, vous pouvez évoluer sans restrictions. Par contre, de 20h à 8H du matin, « vous ne pouvez que décoller et atterrir sans autre circuit possible », précise Gilles Polome, représentant de la société Gilles Polome aviation.

« Une nouvelle formation obligatoire pour les pilotes de ligne », Gilles Polome

Après l’intervention des associations de riverains voire écologiques, notamment C.R.A.S.H.E, sur les passages, les horaires, les trajectoires des avions, le bruit occasionné, rien ne fut laissé de coté…, et d’ailleurs« nous avons signé le Charte de l’Environnement, et nous entendons bien qu’elle soit respectée », déclare un membre de C.R.A.S.H.E, le dirigeant d’entreprise s’est exprimé sur les tenants et les aboutissants.

Tout d’abord, la formation « voltige » est devenue inclusive dans le cursus d’apprentissage d’un pilote de ligne. « Les compagnies aériennes forment eux-mêmes leurs pilotes de ligne, ne me dîtes pas le contraire », assène un membre de l’association C.R.A.S.H.E. Sauf que la réponse est plus normée « les compagnies aériennes forment leurs pilotes sur leur fin de cursus, sur leurs propres avions. Pour arriver à cette qualification obligatoire de pilote de ligne, vous avez une école publique, et dix écoles privées en France comme nous. Nous formons 30 pilotes par an », précise-t-il.

Ensuite, le crash du Vol Rio-Paris a révélé des failles dans la maîtrise du pilotage. « Il est apparu que les pilotes n’ont pas bien réagi à un incident moteur. C’est pourquoi, il est imposé aujourd’hui une formation voltige à tous les pilotes de ligne. Par contre, entendons-nous, nous ne faisons pas de la voltige proprement dite, mais nous créons des situations où le futur pilote doit savoir réagir. C’est une nouvelle formation obligatoire pour les pilotes de ligne en France », ajoute Gilles Polome.

Sur la trajectoire très contestée de ces parcours de voltige, les référents de cette école de pilotage affirment « nous avons un GPS à bord. Je peux vous confirmer que jamais les circuits de Voltige ne passent au dessus des habitations, c’est une illusion d’optique ! En fait, les évolutions de voltige se réalisent toujours à la verticale de la piste de l’aéroport ».

Pour sa part, l’association C.R.A.S.H.E propose « un circuit au dessus de l’étang d’Amaury, là où vous ne gêneriez pas les riverains ! ». La réponse est également limpide « vous avez compris que cette suggestion n’est pas possible pour des raisons de sécurité », indique Delphine Lemaire.

Ensuite, le carburant transporté ne permet pas une autonomie dépassant « les 45 minutes. Cela comprend la phase de l’atterrissage/décollage. De facto, la période de voltige ne dépasse par les 15 à 20 minutes », précise-t-il.

Le voltige validée officiellement

Ce CCE devait donc valider, ou pas, la poursuite de cette activité de voltige dans le cadre de la formation obligatoire des pilotes de ligne. Les participants aux votes furent : 3 sur 4 concernant le collège des professions aéronautiques, 2 sur 4, dont la CAVM et la CAPH, concernant le collège des représentants des collectivités locales, et 3 sur 4 concernant les représentants des associations, sachant que les communes voisines, voire autres experts de l’ETAT (DREAL, DDTM, etc.) sont des membres consultatifs.

Le vote en faveur du passage de la « voltige » d’une phase expérimentale, initiée l’été 2019, à une autorisation règlementaire a été validée par six voix pour contre deux voix contre.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 18 septembre 2020

La voltige, beaucoup de bruit pour rien ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email