Toujours au sein de la salle Baudin pour raison sanitaire, et à huis clos, le Conseil municipal de Denain s’est déroulé fin de semaine dernière. Un temps démocratique pour évoquer l’avenir incertain du Sacré Coeur, ex église, mais également pour défendre bec et ongles sa position en faveur de la mise en place en 2021 de la TEOM (Taxe Enlèvement Ordures Ménagères) au sein de la Porte du Hainaut.

Anne-Lise Dufour : « Denain n’est pas une ville isolée »

En début de cet exercice, le Conseil municipal a voté la mise en place d’une 9ème adjointe comme la loi le permet. Ainsi, Elisabeth Thurotte a été élue comme 9ème adjoint sur la ville de Denain avec 28 voix sur 33. « Nous pensions que nous étions en fin de crise sanitaire. Ce n’est pas le cas. C’est pourquoi, nous nommons une nouvelle adjointe en charge de la gestion des risques pandémiques, mais également des risques naturels, (et du handicap dans la délibération). Il est annoncé que dans les années à venir nous serions de plus en plus impacté par les catastrophes naturelles », commente l’édile de Demain.

« L’agglo n’est plus en mesure de faire un cadeau fiscal annuel de 20 millions d’euros », Anne-Lise Dufour

Anne-Lise Dufour

Dans le questions diverses (en début de Conseil), l’élu de l’opposition Joshua Hochart fait part de sa grande hostilité à la mise en oeuvre d’une TEOM à 15,62%. « En pleine crise sanitaire, n’y avait-il pas autre chose à faire ? Vous avez refusé une proposition de motion contre cette TEOM. Ensuite, vous n’êtes plus la présidente du SIMOUV ! Denain, 1ère commune de la CAPH, est une ville isolée ! ».

La réponse ne tarde pas : « Nous avons une 2ème vice-présidence à la CAPH, une présence dans des commissions stratégiques au sein de l’EPCI, je suis également vice-présidente au sein du SIAVED (syndicat des déchets auquel la CAPH est membre) au moment où un projet de récupération de chaleur fatale pour la création d’un réseau de chaleur sur Denain se concrétise. Non, Denain n’est pas une ville isolée ! ».

Ensuite, elle confirme son choix : « Oui, j’ai voté cette TEOM.  L’agglo n’est plus en mesure de faire un cadeau fiscal annuel de 20 millions d’euros, elle a pu le faire, mais plus depuis la fin de la Taxe Professionnelle. Par contre, c’est la dernière fois que je vote une délibération, comme en septembre, afin de réduire le FPIC (Fonds de Péréquation d’Intérêt Communautaire), nous ne voulons pas moins de solidarité communautaire. De plus, ces recettes de la TEOM servent à la collecte des Ordures Ménagères, aux déchetteries gratuites sur tout le territoire, à un nouveau service de collecte de déchets verts, au paiement en lieu et place des communes de la taxe sur les eaux pluviales. Si j’aoute un FPIC (revu et corrigé) avec 150 000 € de plus par an, et un moins coûtant de 260 000 € de taxe sur les eaux pluviales, c’est une bouffée d’oxygène pour notre commune. C’est pourquoi je défends cette taxe ! ».

Quel est l’avenir bâtimentaire du Sacré-Coeur ?

Bâtiment municipal du Sacré-Coeur à Denain

Ce Conseil municipal ne pouvait pas se dérouler sans aborder un reportage de La Voix du Nord, non invitée à une visite de l’ex église du Sacré-Coeur par des élus « mais nous avons pris l’initiative de venir sans invitation », se défend Valérie Aubert, journaliste à La Voix du Nord, face aux propos de Joshua Hochart tendancieux sur la Liberté de la Presse.

Les visiteurs du jour ont pu constater l’état très dégradé de l’intérieur de l’ex église du Sacré-Coeur, racheté en mode express au franc symbolique à une association, durant l’été 2019, à la surprise (partielle) de sa propre majorité : « Nous avons déjà injecté 500 000 € à travers une étude et des travaux de sécurisation. Tout ne peut être sauvé sur le Sacré-Coeur. A priori, nous pourrons conserver le fronton de l’’ex église. Pour la majorité municipale, il est clair que nous ne pourrons pas supporter des travaux à hauteur de 7,8, voire 10 millions d’euros. Nous avons pu sauver l’intégralité de la salle Baudin, mais nous avons dû détruire à contre-coeur le Château Lebret. Nous attendons les conclusions pour voir ce qu’il est possible de faire sur cet édifice », indique Anne-Lise Dufour.

En bref :

La police municipale va bénéficier de taser « avec une formation associée pour chaque agent de la Police Municipale », précise la maire. La question est de savoir si un agent déjà armé d’une arme à feu pourra en plus utiliser un taser ?

L’extension du marché de plein vent a été validée durant ce Conseil municipal. « Il manque des professionnels de l’alimentaire. Cette extension va nous permettre de proposer de nouveaux emplacements aux commerçants non sédentaires. Ce marché de plein vent connaît un grand succès », souligne Annie Denis.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 19 octobre 2020
Anne Lise Dufour Denain
Anne-Lise Dufour : « Tout ne peut être sauvé (Sacré Coeur à Denain) »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email