1. Accueil
  2. Pays de Condé
  3. Grégory Lelong répond à la CGT
Pays de Condé

Grégory Lelong répond à la CGT

Droit de réponse de Grégory Lelong suite à l’article publié sur le quotidien de presse numérique va-infos.fr, le mercredi 02 décembre, « Rififi autour d’un protocole syndical à Condé-sur-l’Escaut ».

(Visuel de la Médiathèque de Condé-sur-l’Escaut réouverte)

Je n’ai pas pour habitude d’user de mon droit de réponse pour des articles de presse mettant en cause ma responsabilité d’élu, mais là, il s’agit de rétablir quelques vérités.

NON, à aucun moment je n’ai remis en question le protocole d’accord syndical de 2002.

OUI, j’ai souhaité que la CGT locale respecte le cadre réglementaire en ce qui concerne les absences sur le temps de travail de ses représentants pour leurs activités syndicales.

La CGT locale présentait mensuellement des décharges d’activité de centaine d’heures pour quelques représentants syndicaux. Pour exemple en juin 2020, il s’agissait d’une demande de 316 heures pour 4 représentants, soit une moyenne de 79 heures pour chacun d’eux, donc plus de deux semaines d’absences sur le mois.

Dans cette période difficile, alors que de nombreux de nos concitoyens vont se retrouver sans emploi et que les agents de la fonction publique se doivent de se montrer exemplaires, j’ai effectivement décidé d’arrêter des pratiques, datant de mon prédécesseur, dans l’unique objectif de respecter les règles juridiques et l’équité entre les différentes organisations syndicales. Un courrier argumenté juridiquement a été adressé, le 25 août dernier, à la responsable locale de la CGT ainsi que la coordination départementale de la CGT des services publics.

Je respecte profondément le droit syndical, les femmes et les hommes qui s’investissent pour défendre des droits collectifs, mais je constate que les représentants de la CGT locale n’ont jamais saisi ni le directeur général des services, ni moi-même à propos de revendications collectives. A contrario, le second syndicat de la collectivité, la CFDT, par un dialogue constant a été en mesure de faire évoluer nos positionnements sur certains points, récemment sur la question de la prime forfaitaire pour le télétravail lors du 1er confinement.

Il est vrai que je m’interroge sur les réelles motivations de certains représentants actuels de la CGT locale quand je constate la démission du responsable historique et respecté peu avant le second tour des élections municipales ; les accusations de harcèlement moral à l’encontre du directeur général des services, sans fondement, quelques semaines avant ces élections ; une manifestation avec de nombreux de mes opposants 8 jours avant le second tour ; les huées de certains représentants syndicaux lors de la proclamation des résultats et enfin la première question écrite de ce mandat à propos « des relations plutôt compliquées allant même jusqu’à un non-respect des droits syndicaux » par Monsieur Joël BOIS lors du conseil municipal du 20 novembre.

Durant mon mandat, je serai toujours ouvert à un dialogue constructif, progressiste et respectueux dans l’intérêt de tous les agents communaux, mais je m’opposerai fermement à l’instrumentalisation des droits syndicaux.”

Grégory LELONG,

Maire de Condé-sur-l’Escaut

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu