1. Accueil
  2. Accueil
  3. Vers un ticket Valérie Létard/Laurent Degallaix aux départementales ???
AccueilValenciennois

Vers un ticket Valérie Létard/Laurent Degallaix aux départementales ???

Les grandes manoeuvres politiques n’ont cure de la crise sanitaire passant les 100 000 morts en France. En effet, depuis la fin de l’année 2020, et suite à l’échec de Geneviève Mannarino à la candidature comme tête de liste de la majorité sortante (Union Pour le Nord) aux prochaines départementales, une guerre intestine de pouvoir ronge la droite valenciennoise, et même nordiste.

Une candidature comme une bombe à fragmentation

Sous le quinquennat de François Hollande, ce dernier a autorisé un redécoupage des cantons. Dans cette optique, il a taillé ex nihilo un nouveau canton sur le Valenciennois, celui où la droite serait intouchable par la gauche, en l’occurrence celui de Valenciennes-Saint-Saulve, histoire de se laisser plus de marge dans les autres cantons limitrophes. C’était malin politiquement !

Le canton de Valenciennes-Saint-Saulve fut remporté brillamment par le duo Geneviève Mannarino et Yves Dusart en mars 2015. Geneviève Mannarino fut nommée 6ème Vice-Présidente en charges de l’autonomie, des personnes en situation de handicap, et des personnes âgées. Pour sa part suite à un départ pour d’autres fonctions d’un vice-président, Yves Dusart est passé vice-Président en charge de l’enfance, famille, jeunesse. Au crépuscule de ce mandat, les interlocuteurs sur le terrain de ces vice-présidences lourdes soulignent « qu’ils ont fait le boulot », un compliment compte tenu de la difficulté des thématiques.

Sauf que des enjeux politiques ne s’arrêtent pas au canton de Valenciennes-Saint-Saulve, l’objet est la succession de Jean René Lecerf. En effet, Valérie Létard briguerait la Présidence du Conseil départemental du  Nord, une femme pour la 1ère fois dans l’histoire à la tête de cette historique administration française, rien de choquant en soi compte tenu des racines nordistes de la sénatrice. Pour sa part, le Président sortant a choisi de ne pas y revenir. C’est pourquoi dès l’automne 2020, il a entamé un processus de candidatures ouvertes au sein de l’UPN pour introniser une tête de liste de la majorité sortante aux prochaines départementales (20 et 27 juin 2021). Suite à cette mini campagne, Christian Poiret, l’homme fort du Douaisis a remporté largement les suffrages comme tête de liste de l’UPN. Un résultat pas franchement du goût au sein de la droite Valenciennoise même si paradoxalement Geneviève Mannarino, candidate à cette tête de liste UPN, n’aurait pas été soutenue par le maire de Valenciennes.

Vice-président au Sénat, Valérie Létard essaye donc de revenir en force dans le jeu territorial après une 1ère tentative en soutenant la candidature d’Anne-Lise Dufour à la Présidence de la Porte du Hainaut, appuyée par de nombreux maires proches de la vice-présidente au sénat, recevant les maires, les entreprises, avec au final une défaite au cours d’un scrutin démocratique inédit au sein de la Porte du Hainaut, un vote remporté par Aymeric Robin soutenu par Alain Bocquet, Président de l’EPCI 2001/2020.

2ème tentative d’un retour dans le Nord pour Valérie Létard avec un soutien à la liste emmenée par Salvatore Castiglione aux élections de l’association des maires du Nord, là également, cet essai fut infructueux avec une défaite contre Joffrey Zbierski, maire de Provin.

Et donc 3ème tentative, la plus spectaculaire indéniablement serait une candidature aux départementales, en compagnie du maire de Valenciennes, élu au 1er tour en mars 2020 avec tout juste un peu plus de 17% des inscrits, mais très bankable avec des visites du Ministre de l’intérieur, du 1er Ministre, du Garde des Sceaux, et du Président de la République. Une candidature sans risques sur un canton imperdable par la droite… ! La ligne d’horizon est évidemment le 3ème tour au sein d’un vote au couteau dans le nouvel hémicycle départemental ! La question de taille est qu’elle sera l’attitude des sortants, le ticket Mannarino/Dusart dont la candidature sur leur canton de Valenciennes-Saint-Saulve pour une réélection était annoncée en octobre 2020 en présence de Jean-René Lecerf, le Président sortant du Conseil départemental du Nord.

Quels sont les scénarios possibles ?

A une question en 2021 à Geneviève Mannarino, elle confirmait qu’elle est toujours candidate malgré les rumeurs plus que persistantes, et Yves Dusart durant le Conseil municipal sur le Budget Primitif 2021 disait « c’est toujours bien d’avoir un Conseiller départemental/maire ! ».

Donc, sur l’intention politique, il n’y a pas photo sur l’envie de ce duo d’y retourner. Maintenant, sur sa faisabilité, il y a très peu de moyens de pression sur Geneviève Mannarino, simple élue au Conseil municipal de Valenciennes. Par contre, Yves Dusart est une cible avec une vice-présidence à la culture au sein de Valenciennes Métropole, que le Président de l’agglo peut lui retirer comme lui confère ses prérogatives. Néanmoins, dans une agglo de projets avec des soutiens à droite…, l’explication officielle pourrait devenir un moment politique légendaire. Ensuite, et surtout, les nombreux projets de la commune de Saint-Saulve, dans une spirale compliquée au niveau des dotations de l’Etat, dépendent complètement de la collaboration de Valenciennes Métropole. Le mandat de la majorité Saint-Saulvienne serait très compliqué sans l’appui de la CAVM et donc de son président Laurent Degallaix, sacré moyen de pression.

On se souvient, sans faire injure à sa mémoire, que Fabien Thiémé avait très peu goûté la déambulation de Laurent Degallaix, Président de l’agglo en exercice, aux cotés de Jean-Noël Verfaillie pour la partielle municipale. Mais la réalité des dossiers de Marly, avec de gros soucis de fonds propres, fut que les projets liés à la prise en charge totale ou partielle de Valenciennes Métropole étaient bloqués sur le bord de la route communautaire. Ensuite, tout le monde connaît l’histoire du deal « boulevard urbain… devenu Fabien Thiémé » contre le projet d’extension du Golf de Valenciennes, rebaptisé Grand Cavin, dont la dead line est prévue en 2025 pour le parcours de golf. En clair, le pouvoir de Valenciennes Métropole sur le destin d’une commune membre est considérable. Yves Dusart pourrait y penser à chaque minute, mais en même temps l’intercommunalité aurait-elle le droit de s’immiscer dans une élection départementale en évinçant des candidats putatifs avec une monnaie d’échange ? Les Saint-Saulviens seront-ils sur le « trottoir d’en face »…, méritent-ils d’être au centre d’un combat politique sans prisonniers ?

En résumé, le mal est déjà palpable au sein de l’UPN départementale, reste à savoir si le ticket sortant va renoncer face aux pressions politiques ou si les deux candidats ont décidé de porter leur bilan face aux électrices et électeurs de ce canton Valenciennes-Saint-Saulve. La 2ème hypothèse va déchirer, en plus du niveau départemental, l’étage territorial pour des électeurs à droite complètement perdus. Mettons-nous deux minutes à la place de l’électrice ou de l’électeur sur ce canton ? Pourquoi deux poids lourds de la politique locale débarquent sur une cantonale imperdable par la droite, alors que les sortants de droite n’ont pas démérité sur le terrain ?

Une explosion de l’UPN et des idées à gauche… !

Cette candidature potentielle engendre, qu’elle se concrétise ou pas, deux faits majeurs, voire détonnants. Evidemment, ce projet est venu aux oreilles du candidat désigné par l’UPN avec un effet blast assuré. Cette attaque politique en règle déchire déjà la droite départementale avant même le premier bulletin de vote dans l’urne, c’est un exploit avant l’heure dont seule la politique a le secret.

Et enfin, la gauche dans sa grande diversité, avec une ambition plus mesurée concernant les élections régionales, pense qu’un retour à la Maison départementale devient possible. Elle jubile face à ces combats de cadors politiques, et construit son chemin faisant des binômes surprenants et crédibles sur le terrain. C’est pourquoi, vous verrez prochainement fleurir sur d’autres cantons du Valenciennois des duo de gauche mettant en péril la droite (UPN) sortante, et poussant cette majorité à laisser parfois des binômes surprenants se mettre en place avec des soutiens improbables… ! On croyait cette élection départementale sans intérêt sur le Valenciennois, mais l’arrivée hypothétique de ce binôme de poids lourds de la politique sur le Valenciennois, rebat les cartes dans tous les cantons, c’est du grand art !

Ah la Popol (Politique Politicienne) comme disent les parlementaires est toujours d’une incroyable délicatesse !!!

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu