1. Accueil
  2. Accueil
  3. (Canton d’Anzin) L’Union de la gauche tient la corde face aux sortants de la droite
AccueilValenciennois

(Canton d’Anzin) L’Union de la gauche tient la corde face aux sortants de la droite

Ce canton était fléché par l’Union de la Gauche, leur position favorable à l’issue de ce premier tour de scrutin n’est pas une surprise, mais les sortants de la majorité de l’Union Pour le Nord n’ont pas dit leurs derniers mots. Les premières déclarations à chaud sont un avant goût de la semaine… (visuel mairie d’Anzin) !

Les scores des listes sur le canton d’Anzin :

Sur Anzin, Fresnes-sur-Escaut, Escaupont, et Onnaing, le binôme Pierre-Michel Bernard et Michelle Greaume vire en tête « j’ai le meilleur score comme maire dans sa ville. Cela souligne notre travail pour les habitant.e.s », commente le maire d’Anzin. De leurs cotés, le maire de Beuvrages, Ali Benyahia, et l’édile de Bruay-sur-l’Escaut réalisent un score très large en leur faveur sur leurs villes respectives.

Pour sa part, Michelle Greaume, ex maire d’Onnaing et sénatrice, met en exergue « que la prime au sortant n’existe pas (sur ce canton). Ensuite, je suis satisfaite de voir la baisse du Rassemblement National ». Pierre-Michel Bernard précise la lecture du score final « 2/3 des habitants ne veulent plus des sortants ».

Sur le score, Ali Ben Yahia, le maire de Beuvrages, souligne le faible écart in fine « il y a moins de 300 voix d’écart. C’est un bras de fer Droite-Gauche pour ce second tour  ».

« Ne pas tomber dans le piège de l’excuse de gauche », Ali Ben Yahia

Seul titulaire présent au sein de la Salle des Fêtes d’Anzin, Bureau centralisateur, le maire de Beuvrages attaque bille en tête : « Celle qui a gagné ce soir est l’abstention. Nous avons deux projets l’un en face de l’autre. Celui fait sur je ne sais quelles promesses et de l’autre une relance économique sur le territoire basée sur la dynamique de Valenciennes Métropole, le Conseil départemental et la région des Hauts-de-France. Nous croyons dans les habitants du canton ».

Le duo avant ce premier tour soulignait son appartenance à la majorité tout en indiquant « une sensibilité de gauche ». Pour ce second tour, Ali Benyahi fend l’armure « il faut s’affranchir de l’assistanat. Nous voulons donner un véritable destin aux habitant.e.s de ce canton. Il ne faut surtout pas tomber dans le piège de l’excuse de gauche. Nous sommes des élu.e.s crédibles ».

Il tance l’agenda chargé de la sénatrice, Michelle Geaume « à Paris », comme celui du maire d’Anzin « maire, 1er vice-président de Valenciennes Métropole, et professionnel de santé. Comment pourra-t-il s’occuper de son mandat de Conseiller départemental ? ».

Ensuite, il s’interroge tout haut sur les communes d’Onnaing, Escaupont, Fresnes-sur-Escaut et Anzin « où de nouveaux moyens sont possibles avec une dynamique pour porter leurs projets ».

« A droite, c’est eux, à gauche, c’est nous », Pierre-Michel Bernard

Pour le maire d’Anzin, le temps de la clarté politique est arrivé. « C’est la droite du parti de Macron, du parti Les Républicains, la tête de liste de l’UPN, Christian Poiret, est bien un membre du Parti Les Républicains ! A droite, c’est eux, à gauche, c’est nous ! En 2015, nous étions éliminés dès le 1er tour. Nous sommes dans une bien meilleure situation ! ».

Bien sûr, l’abstention de ce 1er tour consacrant le peu d’appétence des citoyens vis à vis de ces élections est préoccupante « j’étais pour un report à l’automne au moment de la consultation par le Gouvernement. La période n’est pas favorable. Ensuite, face aux difficultés sociales accrues par cette crise sanitaire, les gens ne croient plus dans la politique. Pour ce second tour, nous allons toute la semaine mobiliser l’électorat sur les six communes », ajoute le maire d’Anzin.

Sur la réponse aux allégations du maire de Beuvrages sur un agenda chargé… « il me semble qu’il est toujours enseignant, maire de Beuvrages pour son 1er mandat, et croyez-moi un 1er mandat au bout d’un an, vous commencez seulement à constituer vos équipes etc.. Il est également vice-président au SIMOUV, et vice-président à la Mission Locale des Jeunes du Valenciennois. Son agenda n’est pas moins chargé que le mien ! », indique-t-il. Sur ce point précis, la maire de Fresnes-sur-Escaut ajoute « j’ai refusé en 2015 de partir aux cantonales, car c’était mon 1er mandat de maire ». Enfin, sur cette thématique, le maire d’Anzin conclut avec une pointe d’humour « comment pourra-t-il consacrer du temps à son mandat de Conseiller départemental, il passe la moitié de ses journées sur les réseaux sociaux ! ».

« C’est plus clair politiquement », Michelle Greaume

Pour l’ancienne maire d’Onnaing, et sénatrice, le contexte électoral est plus lisible pour les électrices et les électeurs : « Les gens rejettent la politique de Macron. Il faut arrêter de nous faire croire à une sensibilité de gauche des sortants du canton. C’est plus clair politiquement ! Ensuite, je suis contente que le Rassemblement National baisse ses scores sur ce canton ! ».

Pour les remplaçants, présents dans la salle des Fêtes, la maire de Fresnes-sur-Escaut est satisfaite « de la baisse des scores du Rassemblement National sur ma commune. Nous voulons amplifier ce bon résultat pour ce second tour. Je pensais à tort qu’avec un Conseiller départemental au sein de l’opposition municipale, Fabrice Zaremba remplaçant ( et remplacé comme titulaire par Ali Benyahia), nos projets seraient mieux pris en compte. Comment les sortants pouvaient-ils ignorer nos dossiers ? ».

Enfin, Nacim Bardi, le syndicaliste Bruaysien, lance un appel « à la mobilisation pour ce second tour. C’est très important pour les habitant.e.s. Cette équipe composée de Pierre-Michel Bernard, Michelle Greaume, Valérie Fornies, et moi même défend des valeurs de gauche ! ».

Une chose est certaine, la part de nouveaux électeurs/électrices, abstentionnisme au 1er tour, pour ce second tour totalement indécis fera clairement la différence entre ces deux équipes.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires