1. Accueil
  2. Accueil
  3. (CEV) Le club dans le flou sur le nombre d’adhérents pour la saison prochaine
AccueilValenciennois

(CEV) Le club dans le flou sur le nombre d’adhérents pour la saison prochaine

Lors du retour des adhérents dans la salle d’escrime, rue de la longue chasse, il y a eu des sourires et de la joie. Ils s’étaient tous manqués. Les reprises en février à l’extérieur pour les jeunes puis le 19 juin pour les adultes marquent la saison tronquée du Cercle d’Escrime de Valenciennes. La Présidente Laurence Ledru, comme ses homologues d’autres disciplines, s’interroge sur la saison prochaine, « tous les sports sont dans le même bateau ». Le maître d’armes Sébastien Congos et un escrimeur Antoine Nival partagent leur ressenti sur la période « sans sport ».

La Présidente Laurence Ledru

Même si elle porte un masque, ses yeux sourient. La Présidente savoure de voir ses protégés s’entraîner. « Le noyau dur est revenu, ils sont heureux, ça fait plaisir à voir », glisse t’elle.
Quel bilan peut-elle tirer de ces deux saisons coupées par les arrêts ? « Nous étions 155 adhérents avant la crise. Après le premier confinement, il y avait la crainte d’une baisse des adhérents à la reprise. Finalement ce n’était pas trop mal. Au deuxième confinement nous étions plus aguerris, nous avons gardé le contact comme nous avons pu, nous sommes tous des bénévoles. Nous sommes aujourd’hui 114 adhérents. Les aides de l’Etat ont été précieuses, sans ça nous nous serions posés la question de conserver ou pas notre maître d’armes. Ce qui m’a manqué c’est de se voir, l’ambiance est familiale, c’est une bulle qui se trouve en dehors du contexte professionnel et scolaire, nous aimons accueillir les adhérents, échanger, entendre le bruit des épées. Je n’ai pas pu voir progresser les plus jeunes mais en quelques mois je me rends compte qu’ils ont changé, ils ont grandi. D’ici trois quatre ans il y aura une génération plus creuse à cause de cette parenthèse dans leur vie de sportif ».
La Fédération d’escrime a décidé de maintenir les championnats de France, une formule différente par rapport aux saisons « normales », « c’est une bonne idée », affirme la pratiquante d’escrime fitness, « ça remotive les troupes ». Pierre Nival, sélectionné d’office en M17, se classe 6e à Nîmes. En M15, Alexandre Steimer se classe 64e et Sophie sa sœur surclassée prend la 40e place. D’autres échéances sont à venir le 26 et 27 juin, trois minimes sont sélectionnés pour la fête des jeunes à Paris, les 3et 4 juillet un escrimeur de -23 ans est sélectionné pour les championnats de France à Colmar et les 10 et 11 juillet deux escrimeurs M20 sont sélectionnés pour les championnats de France à Dax. « Cinq sélections nous sommes contents ».
Cet été, suivez les résultats d’Alexandre Bardenet formé à Valenciennes et sélectionné en Equipe de France pour les JO ! « Les gamins du club vont le suivre, ça va les motiver ». Y aura-t-il un effet JO grâce à l’exposition médiatique ? ça dépendra en partie des résultats des Bleu(e)s.  « Nous nous attendons à une reprise difficile, comment les mentalités vont évoluer ? Personne n’a la réponse ».
Les inscriptions au CEV débuteront en septembre. L’AG est prévue en septembre, tout comme une semaine portes-ouvertes. « L’objectif est de bien faire fonctionner le club, d’attirer de nouveaux adhérents mais quelles seront les perspectives ? A quel scénario pourrions-nous être confrontésAu sein du comité directeur nous nous entendons bien, nous nous donnons des challenges. Nous avons fait des visios mais nous sommes contents d’avoir fait la dernière réunion en présentiel, se revoir ça rebooste ».
Le CEV se projette et s’est positionné pour organiser une compétition la saison prochaine, « pour rendre la pareil à ceux qui nous reçoivent » mais aussi parce que « l’équipe est rodée à l’exercice ». Le comité est partant, « nous espérons accueillir une compétition de zone », précise la Présidente.

Le maître d’armes Sébastien Congos

Comme sa Présidente, il a le sourire, il a échauffé les escrimeurs avec des jeux d’adresse avec une petite balle, il s’est amusé au moins autant qu’eux. Sébastien Congos est ravi de reprendre son rythme d’avant. « Forcément lors de la crise, je m’interrogeais sur la suite, ça changeait tout le temps. En prenant du recul, nous savons pourquoi. Les décisions nous dépassaient, il a fallu s’adapter. Je souhaitais que ça reprenne mais si nous reprenions trop vite, le Covid repartait à la hausse. Ne pas faire de sport ça me manquait, c’est long, j’en fais 1h30 en moyenne par jour. En février, nous avons pu reprendre les activités extérieures pour travailler la prépa physique mais il y a moins de monde qui vient par rapport à un cours. En avril avec le beau temps, il y a eu plus de monde. Oui des regrets nous en avons par rapport aux objectifs sportifs ». Il le concède volontiers, « ça me fait plaisir de voir les adhérents ». Pour la suite, il s’interroge « sur la motivation des jeunes. Ils ont besoin d’objectifs à court terme. Or cette saison il y a eu peu de compétitions. Repousser ses limites, se dépasser, ça s’apprend à la salle. La saison prochaine il y aura des objectifs de résultats, il nous faut aussi un groupe varié, tout est lié ».

L’escrimeur Antoine Nival

Il a sept ans d’escrime derrière lui et pourtant il n’a que dix ans. Antoine Nival était « un peu triste de ne pas pouvoir venir à la salle ». Il n’a pas pratiqué de sport pendant la période Covid. « Ne pas voir mes copains Marc-Antoine, Joseph et Augustin m’a manqué. Je n’ai pas pu faire de compétition régionale non plus, je suis déçu, je voulais faire de l’escrime », résume celui qui s’entraîne quatre fois par semaine mais n’est pas un adepte des pompes.

Le retour d’une équipe senior filles

Formée à Valenciennes, Margaux Ledru fait son retour au club à double titre. Elle est monitrice d’escrime 8 h par semaine mais aussi escrimeuse. Elle a convaincu deux copines à rejoindre le club, Ingrid Ursulet (N°10) et Margaux Bonnet (N°30), ça lui tenait à cœur, « toutes les trois nous sommes soudées, c’est un beau pari, un challenge qui anime l’équipe  ». Comme il s’agit de la création d’une équipe à Valenciennes, le trio évoluera en régionale puis vise la N3, N2 puis N1. Cette équipe a déjà évolué au plus haut niveau sous les couleurs d’un autre club. « Nous allons bien nous entraîner, prendre les équipes régionales au sérieux. Personne n’est invincible, il faudra rester concentrées, être prudentes et faire le job ».

Le sabre laser

Margaux Ledru, intarissable sur l’escrime, met en lumière une activité créée avec sa sœur Pauline il y a un peu plus de deux ans : le sabre laser sur chorégraphie. « c’est de l’escrime artistique, pour les fans de l’univers de Stars Wars. Au début nous étions quinze, maintenant nous sommes trente. Nous faisons des spectacles à l’extérieur, pour des carnavals, des entreprises, nous créons des personnages avec une histoire. Il faut travailler le physique, la posture, le gainage pour tenir la choré  ». Attention seuls les plus de 14 ans peuvent s’inscrire.

Facebook/escrimevalenciennes
instagram @escrimeval

Anne Seigner

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires