1. Accueil
  2. Accueil
  3. Rencontre à domicile avec l’artiste Damien Gette
AccueilValenciennois

Rencontre à domicile avec l’artiste Damien Gette

Une classe de sixième du collège Saint Jean Baptiste de la salle à Valenciennes a clôturé son année scolaire par une visite de la galerie l’H du siège à Valenciennes, et plus précisément, a rencontré l’artiste Damien Gette dans son atelier.

Fermer la porte de la classe en ouvrant celle de l’atelier : rencontre dans l’atelier de l’artiste Damien Gette.

Alors que le collège s’apprêtait à fermer ses portes à l’année 2021, la galerie a ouvert les siennes. Damien Gette, artiste en résidence coup de pouce, a répondu aux questions des élèves qui portaient autant sur le métier d’artiste que sur son travail plastique.

L’atelier de Damien Gette nous fait entrer dans un espace temporel indéfini. Une architecture de fragments au milieu de l’atelier, composé de plâtre, de cire… Une sensation d’inachevé. A la question d’un élève de savoir quand l’artiste pense avoir terminé son travail, Damien Gette réfléchit, mais ne sait pas forcement répondre. Par contre, il sait qu’il s’adapte au lieu. Ses sculptures sont ici très hautes, elles s’élèvent vers le plafond, l’atelier étant vaste et lumineux, nous sommes obligés de parcourir complètement l’espace du regard.

Même ses croquis sont de grandes dimensions : il les accroche au mur telles des affiches. Il sort du croquis, ses brouillons sont à l’échelle du corps.

Dans son traité des corps et dans leurs assemblages, on semble reconnaitre les naufragés du radeau de la méduse, mais sans être dans un scène dramatique, bien au contraire ! Les fragments de corps semblent libres, prêt à s’échapper ! D’ailleurs, on sent fortement la présence du corps de l’artiste dans ses pièces. D’ailleurs, il se sert de son propre corps pour mouler ses sculptures.

Damien Gette est un artiste en mouvement : « La sculpture est un lieu de passage, un document d’action, un artefact. J’éprouve la nécessité d’engager le monde dans un corps à corps physique et brutal. J’ai recours à la marche pour endurer les paysages, traverser les villes et les villages, gravir ou contourner les montagnes. Elle est une méthode de terrain pour s’approprier les lieux et les territoires. Errer, arpenter les rues, traverser les bois, les terrains vagues et les rivières sont autant de façons de provoquer les récits pour en incarner les formes… »

Actuellement, l’artiste essaye de créer sa propre matière, une sorte d’argile qui peut prendre des teintes très différentes. Les élèves ont pu manipuler sa matière, ressentir le travail de l’artiste par des sensations plus profondes.

A voir l’intérêt de ces élèves, leur attention particulière, leur envie de rester un peu plus longtemps encore dans l’intimité de l’atelier, un dernier jour d’école, montre bien l’importance de la culture et de la rencontre.

Cette rencontre fut riche autant pour l’artiste que pour les enfants. La galerie a pu ouvrir ses portes au public quelques jours avant la fermeture estivale. Le temps de quelques échanges entre l’art et les gens. Vivement septembre, pour d’autres rencontres !

Cette résidence s’inscrit dans le cadre de Watch This Space 11-programme dédié à la création émergente coordonné par 50°Nord, réseau transfrontalier d’art contemporain.

Partenariats culturels
le Collège Paul Eluard à Beuvrages, le Collège Paul Duez à Cambrai, le Collège Turgot et Collège Villars à Denain, le Lycée Mansart à Marly, le Foyer Bethsaïde, le Collège Chasse Royale, le Collège Saint Jean-Baptiste de la Salle, le Lycée Notre Dame à Valenciennes, l’École Supérieure d’Art et Design, la Maison d’Arrêt et la Bibliothèque à Valenciennes, l’Association du Printemps Culturel à Douchy-les-Mines.

Jane Huvelle

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu