1. Accueil
  2. Accueil
  3. L’opposition municipale ne lâche rien sur l’Affaire sécuritaire à Beuvrages
AccueilValenciennois

L’opposition municipale ne lâche rien sur l’Affaire sécuritaire à Beuvrages

L’impéritie (présumée) du maire sur la sécurité agace l’opposition municipale de Beuvrages. Réunie, elle ne décolère pas suite au vote d’une délibération marquant le retrait de la ville dans le dispositif de la Police pluricommunale. Un revirement sécuritaire surprenant au regard de sa promotion même… dans le dernier bulletin municipal, mais une élection est passée par là (visuel José Fosse, Christine Lecompte, Michel Domin, et Dominique Mary).

Déjà la temporalité du Conseil municipal, le 19 juillet, fut diversement appréciée. « Depuis 1995, je n’ai jamais vu une date si tardive durant la période estivale, sans doute une volonté de passer cette délibération en catimini. D’ailleurs, le quorum fut tout juste atteint ! », explique Dominique Mary, chef de file de la liste « Beuvrages unie et Solidaire ». Christine Lecompte s’est exprimée au nom de cette liste durant le dit Conseil municipal.

Un constat territorial, les incivilités tout comme la petite délinquance, voire délits plus graves, explosent sur le Valenciennois comme ailleurs en France comme le confirme les gros titres de la presse nationale. Fin de confinement, contraintes sanitaires, trop plein de frustrations, les causes sont multiples, mais l’impact est concret sur le quotidien des administrés. A cet égard, le maire de Beuvrages souligne dans l’édito de son bulletin municipal de juillet 2021 « vous pouvez compter sur mon intransigeance ».

Comme tous les maires soucieux de conserver précieusement son pouvoir de Police, la réflexion durant 5 ans (depuis 2015) sur la faisabilité juridique de cette police pluricommunale a permis de concevoir une pépite administrative. « Il y avait un vide juridique, les services des 4 communes ont travaillé longtemps sur ce dossier. Au final, chaque maire sur sa commune conserve son pouvoir de Police sur cette équipe pluricommunale », explique Dominique Mary.

Concrètement opérationnelle depuis le 01 janvier 2021, sous l’autorité de l’expérimenté Philippe Goujet, le maire a vu toute l’utilité de « cette Police pluricommunale à la réouverture de la déchetterie de Beuvrages. C’était ingérable par la Police locale. Ensuite, sur un fait divers récent, la Police pluricommunale est intervenue également avec efficacité », ajoute Michel Domin, chef de file de la liste « De la vie dans la ville ».

« C’est une décision très grave », Dominique Mary

La thématique sécuritaire est centrale dans le quotidien des communes, chaque maire doit montrer  son aptitude à gérer ce sujet. « C’est une décision très grave, elle touche à la sécurité publique au moment où nous vivons une période difficile sur ce sujet. Le maire n’a pas les moyens d’assurer cette amplitude horaire pour la sécurité des Beuvrageois.  Toutefois, la fin de participation interviendra au terme des accords, à minima dans trois mois voire en fin d’année 2021 », poursuit Dominique Mary.

Comme ancien adjoint aux finances, il démonte les solutions de rechange face à cette sortie. « Le maire n’a pas les moyens financiers d’embaucher 4 nouveaux agents pour la Police municipale. En effet, très endettée suite aux engagements de l’ANRU, une situation dont n’est pas responsable Ali Benyahia, la ville a très peu de marge de manoeuvre financière », précise-t-il.

Michel Domin enfonce le clou…« Beuvrages vit des subsides de l’Etat, elle n’a que 25% de recettes fiscales propres ! » ce qui en creux rendait judicieux la mutualisation d’une force sécuritaire.

« Le fait du Prince », Michel Domin

Michel Domin met en avant les propos élogieux du maire de Beuvrages dans son dernier bulletin municipal (retrouvez le bulletin municipal de juillet 2021) . Le changement de pied au lendemain de l’élection cantonale, perdue par le candidat/maire, interpelle : « C’est le fait du Prince pour un motif futile. Je connais la défaite en matière électorale. Ça fait mal, mais il faut l’accepter ! Il y a un temps pour les tréteaux et un temps pour le travail. Là, cette décision est uniquement la résultante de son ressenti personnel, mais pas dans l’intérêt des Beuvrageoises et Beuvrageois », déclare Michel Domin.

Concrètement, la commune de Beuvrages doit se retirer courant 2021 de ce nouveau dispositif de Police Pluricommunale. Les solutions pour répondre à cette réalité quotidienne sont minces. « Avec 4 agents et compte tenu de leur temps de repos, la Police municipale ne pourra même plus réaliser des opérations de contrôle », commente Dominique Mary.

Le maire d’Anzin a confirmé des études en cours sur la création d’une Police intercommunale au sein de Valenciennes Métropole. Pour autant, la réalité de ce projet se compte en années et que « fait-on durant ces quelques années ? », s’interroge Michel Domin.

Juridiquement parlant, la loi a évolué récemment comme le confirme le site d’informations www.maire-info.com signifiant qu’un nouveau texte supprime le seuil minimum de population (80 000 avant) dès lors que les communes sont « limitrophes ou appartenant à une même agglomération ». C’est pourquoi, le sujet d’une Police intercommunale n’est pas une incongruité et pourrait être une porte de sortie politiquement parlant, début 2022, pour le nouvel élu communautaire délégué à Valenciennes Métropole. Le débat risque d’être animé, car Ali Benyhia offre sur un plateau, dans sa commune et au sein de l’intercommunalité de Valenciennes Métropole, un sujet… politique en or massif à tous les détracteurs du nouvel édile de Beuvrages !

Le mot de la fin sur une note d’espoir « on espère un revirement du maire de Beuvrages sur ce sujet », conclut Dominique Mary.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu