1. Accueil
  2. Accueil
  3. La rencontre de l’offre et de la demande avec le CIE (Contrat d’initiative Emploi)
AccueilTerritoire

La rencontre de l’offre et de la demande avec le CIE (Contrat d’initiative Emploi)

Un sujet national prend de l’ampleur chaque jour avec le nombre d’offres d’emplois sans candidat.e.s, car la Relance passera immanquablement par la reprise du secteur marchand. Dans cette optique, l’aide de la puissance publique à l’embauche, quelle que soit son origine, enfile le costume du sauveur, ni plus ni moins. Aujourd’hui, 15 CIE ont été signés en Sous-Préfecture dans un secteur marchand chamarré avec des profils de jeunes embauchés très hétéroclites (Visuel Sous-Préfet de Valenciennes, Directeur du Pôle Emploi Valenciennes, et un bénéficiaire d’un CIE).

Michel Chpilevsky : « Le CIE répond à un besoin ! »

Mise en lumière à souhait, l’action des collectivités locales dans le secteur non marchand a coché beaucoup de cases dans le Valenciennois depuis quelques temps. Pour autant avec un taux de chômage très éloquent dans le Valenciennois, le compte n’y est pas, car le secteur marchand dont la reprise frémit depuis septembre cherche encore et encore des candidat.e.s !

C’est pourquoi, l’Etat de proximité met l’accent sur les dispositifs des Emplois Francs et des CIE. « Nous avons des objectifs importants dans le secteur marchand, pas moins de 922 embauches sur ces 2 dispositifs en 2021. A ce stade, nous sommes à 90,5% de cet objectif », commente le Sous-Préfet de Valenciennes. Bien sûr, compte tenu d’une reprise économique tardive dans l’année, le secteur marchand est dans la ligne de mire de la puissance publique comme le retour d’une évidence à l’embauche des jeunes. Pour rappel, l’Etat aide l’entreprise à hauteur de 47% du SMIC brut horaire.

« C’est un contrat de confiance », Michel Chpilevsky

Aujourd’hui, tous les bénéficiaires de ces CIE, via de contrats à durée déterminée, voire indéterminée, étaient éligibles au RSA et âgés de moins de 26 ans. « La diversité des activités signataires du jour et des profils de ces jeunes démontre que cela concerne toutes les entreprises », ajoute Michel Chpilevsky. En effet, plusieurs signataires avaient déjà un bagage pédagogique significatif comme M. Audin, signant un CDI comme conditionneur au sein de l’entreprise Fizzy et titulaire d’un BAC + 3. « J’ai une licence (BAC +3) en gestion d’entreprises au sein de l’IAE à Valenciennes », précise l’intéressé. « Cet emploi va vous permettre de rebondir », lance Michel Chpilevsky. « J’y compte bien », répond l’intéressé tout de go.

Toutefois, avec une formation initiale ou pas, déscolarisé ou en échec dans la recherche d’un sésame, ces CIE « sont un marchepied pour tous les bénéficiaires, un tremplin. C’est un contrat de confiance à travers une rencontre entre un emploi et une entreprise. Le CIE répond à un besoin !  », ajoute le Sous-Préfet.

Evidemment, ce public est ciblé et porté par les services de Pôle Emploi et de la Mission locale du Valenciennois. « 4 jeunes de la MLJV (sur 15) signent un contre aujourd’hui », précise Nicolas Dhordain, le Directeur de la MLJV.

Michaël Bestelle, le Directeur du Pôle Emploi Valenciennes, souligne « une belle dynamique sur le Valenciennois. Ensuite, le message du jour est aussi celui de jeunes motivés. On entend souvent des commentaires sur une jeunesse pas concernée, démotivée. Vous êtes la  preuve du contraire ».

« Derrières ces contrats, vous avez des familles », Jean-Michel Michalak

A cette cette cérémonie protocolaire, plusieurs élus étaient présents dont le maire de Sars-et-Rosières, conseiller régional, et vice-président à la ruralité au sein de la Porte du Hainaut. « Derrières ces contrats, vous avez des familles. Le Conseil régional (Hauts-de-France) s’investit également dans la bataille pour l’emploi », indique Jean-Michel Michalak.

Jean-Michel Michalak, maire de Sars-et-Rosières

Et oui, au bout de bout, la signature d’un CIE ou de tout autre dispositif n’a que faire de qui, quand, quoi, comment, peu importe l’origine de cette main tendue, elle permet potentiellement une sortie de la précarité, de regarder autrement la fin de mois. On est très très loin de la politique !

Didier Démarest, élu délégué à Petite-Forêt, était présent afin de représenter la maire. « Nous avons lancé le dispositif-1 jeune, 1 solution en mars 2021. Sur 10 jeunes retenus, 8 ont trouvé un emploi six mois après », explique l’élu.

Enfin, David Audin, pour la ville de Denain est venu à la fois pour féliciter cette action publique, mais également rappeler que « sur Denain, il y a beaucoup d’emplois à pourvoir ». Jamais perdre une occasion de faire son marché…, et à ce titre le Sous-Préfet a demandé publiquement un « rapport chiffré sur l’emploi dans le Denaisis, un territoire volontaire et ambitieux, soutenu et qui mérite d’être soutenu ».

La reprise économique est palpable dans une grande diversité de secteurs, comme la logistique, le  prêt à porter, sans oublier le service à la personne en souffrance totale de candidate.e.s, mais le rebond national, plus loin que les chiffres, sera ancré dans les esprits à travers une embauche quasi tous secteurs confondus. Le fameux ressenti et la réalité ne sont pas encore, sur le volet économique, sur la même ligne pour le grand public.

Voilà la liste des emplois et entreprises signataires du jour :

Les entreprises et les bénéficiaires des CIE

Mme LECAT, représentant les restaurants Burger King de Petite Forêt et Denain (signataires Messieurs Lacquemant et Drapier) : 1 CIE 12 mois et un CDI 24h d’employés polyvalents

2. Mme LOUNI et M. DERYCKE, représentant Hainaut Label Vie (signataire présents Mmes Ciccarelli et Provost + évocation de 3 autres CIE dont les signataires ne pouvaient pas être présents ce jour) : CDI d’employés à domicile dans le domaine de l’aide à la personne

3. M. COUSEIN, de la grande pharmacie de St Amand les Eaux (signataire Mme Barbieux) : CDI de mise en rayon

4. M TENEUR, du restaurant l’Escargot situé à Valenciennes (signataire M Clarist) : CDI de serveur

5. Mme CAMBRON, représentant la société Fizzy située à Sars-et-Rosières (signataire M. Audin) : CDD 6 mois de conditionneur de bonbons

6. M. DUPIRE, représentant l’entreprise Epicap située à Escaudain (signataire M Mordacq) : CDD 6 mois

7. Mme DUBOIS, représentant la crèche Bulle de Bon’heur située à Escaupont (signataire Mme Membre) : CDD 6 mois

8. Mme LINGENTI, représentant le magasin « le bar à styles » situé à Valenciennes (signataire Mme Remymanilcalco) : CDD 6 mois de vendeuse en prêt à porter.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu