1. Accueil
  2. Accueil
  3. (Législatives) Virginie Melki -Tettini et Grégory Spychala, le binôme du PCF dans la 21ème
AccueilValenciennois

(Législatives) Virginie Melki -Tettini et Grégory Spychala, le binôme du PCF dans la 21ème

A 23 jours du 1er tour de la Présidentielle, le Parti communiste français annonce la candidature officielle à l’élection législative dans la 21ème circonscription d’un duo de candidats, Virginie Melki- Tettini (titulaire) et Grégory Spychala (suppléant) ; un geste politique fort sur une circonscription où la députée sortante est Béatrice Descamps.

En surplomb de ce sujet politique, regardons en zoom ce Valenciennois politique. En effet, les 3 circonscriptions concernées seront d’un haut niveau d’intensité et surtout d’une portée nationale évidente ; la 20ème circonscription avec Fabien Roussel, 1er candidat à la Présidentielle dans l’histoire territoriale, la 19ème avec le sortant Sébastien Chenu, porte parole du Rassemblement National omniprésent, et bien sûr la 21 ème avec la ville-centre où le seul représentant de la majorité présidentielle, le maire Laurent Degallaix, en quête effrénée, une 3ème fois, d’un strapontin au sein du Gouvernement, cette fois via le micro-parti politique « Horizons ». Oui, ce territoire sera scruté par tous les observateurs politiques au niveau national et chaque candidature aura son poids, sa signification électorale.

Dans cette optique, Virginie Melki -Tettini et Grégory Spychala ont été choisi par les 5 sections du PCF sur la 21ème circonscription (Condé-sur-l’Escaut, Valenciennes, Marly, Onnaing, et Petite-Forêt), pas l’ombre d’un doute « leurs noms sont sortis de nos échanges entre militants. Virginie et Grégory n’ont pas sollicité cette candidature, mais cette dernière s’est imposée », explique Martine Dilberto, ancienne élue.

« Reconnue dans les valeurs de Fabien Thiémé », Virginie Melki -Tettini

Sur le terrain politique, leur engagement est connu, Virginie Melki -Tettini a été sollicitée par Fabien Thiémé en 2014, suite à une manifestation devant le Collège Alphonse Terroir inauguré, mais on fermait des classes par ailleurs sur Marly. « J’ai répondu de suite favorablement, car je me suis reconnue dans les valeurs de Fabien Thiémé. Tout d’abord, simple conseillère en 2014, puis adjointe aux Fêtes et Cérémonies suite à la partielle en 2016, les valeurs du communisme reposent sur les acquis sociaux. Je veux rencontrer tous les maires de la circonscriptions pour mieux connaître leurs besoins, explique-t-elle.

50 ans, mère de trois enfants, elle connaît sur le bout des doigts la thématique de la Petite Enfance où elle a eu l’honneur de s’exprimer sur ce sujet avant le discours de Fabien Roussel sur Anzin. « Je suis une élue de terrain, je connais la souffrance de nos ainés, des habitants avec un problème de logements. Sur ce point, j’alerte de nouveau sur la situation des résidents dans le quartier de la Briquette où la parole n’est pas respectée. Dans le cadre du relogement, aucune proposition ne devait dépasser les 5km autour de leur ancienne habitation, cette parole n’est pas respectée », commente-t-elle. Carrière commerciale, elle a bénéficié d’un Fongécif pour s’ouvrir une reconversion à travers l’ouverture d’une une micro-crèche (Avenue Barbusse) où elle a traversé les difficultés de la crise sanitaire avec résistance.

Sur le front politique de Marly, l’ANRU 2, dans lequel Fabien Thiémé s’est engouffré après un oubli préjudiciable de Philippe Duée sur l’ANRU 1, vise également une mixité sociale. « Au début, on parlait d’un regroupement d’une école à Valenciennes et une sur Marly, mais maintenant deux écoles sur Marly au nom de la mixité sociale », commente Virginie Melki -Tettini. « 80% des contribuables sont éligibles aux logements sociaux. Je ne comprends pas cette stigmatisation », tance Michelle Greaume, la sénatrice du Nord, ex-maire d’Onnaing.

« Je vois sur le terrain la fracture numérique », Grégory Spychala

Grégory Spychala, 48 ans, en 2014 dans la majorité municipale à travers une union/P.S/PCF, puis en concurrence à la municipale 2020 avec « une défaite à 34 voix près, rien du tout compte tenu de l’abstention ».

Informaticien dans une entreprise, Grégory Spychala, vit « concrètement cette guerre en Ukraine. Nous avions régulièrement des réunions en distanciel avec des intervenants russes et ukrainiens. Du jour au lendemain, tout a été stoppé ! On subit tous les choses ».  Au quotidien « je vois sur le terrain la fracture numérique à tous les niveaux. Je suis communiste depuis 2012, mais la candidature de Fabien Roussel a été un révélateur. Je suis fier d’être communiste. J’adhère à tous les sujets portés par le candidat », commente Grégory Spychala.

Une candidature affichée avant la Présidentielle

Pour le maire d’Onnaing, le choix de ce duo s’imposait dans une circonscription taillée pour la droite à travers un redécoupage assumé. « Il faut que les choses changent, cette circonscription n’appartient pas spécifiquement à la droite. Virginie et Grégory sont des élus de terrain. C’est un duo gagnant de jeunes afin de nous préparer à des jours moins tristes. Sur cette circonscription, il y a une véritable crise du logement ! Que s’est-il passé durant ce mandat sur le logement dans la 21ème circonscription ? », commente Xavier Jouanin.

Pour Michelle Gréaume, cette candidature est « le visage de la vraie gauche. Ce sont les bons candidats au bon moment, au bon endroit ».

Bien sûr, la question posée est également une candidature unique à gauche ou de plus. En effet, il est presque acquis que Patrick Kolebacki sera le candidat de La France Insoumise sur la 21ème circonscription. « Notre ennemi est la droite et l’extrême droite, on ne se trompe pas de combat », ajoute Michelle Greaume. Joël Gaillet, élu d’opposition à Quievrechain, rappelle les fondamentaux « on se compte au 1er tour et on se rassemble au second. Nous n’aurions aucun mal à soutenir le meilleur candidat de gauche au second tour pour faite barrage à la droite ».

D’ailleurs, Nathalie Lorette, élue d’opposition sur la ville de Valenciennes, remet le sujet au centre de l’échiquier politique face à la majorité présidentielle incarnée par Laurent Degallaix : « Le maire de Valenciennes se satisfait du seul critère démographique pour justifier la suppression des classes sur la commune. Non, on ne peut accepter cela ». 

Le panorama politique singulier de la 21ème…

Didier Loose, un militant PCF explique en filigrane cette élection particulière. En effet, la députée sortante, Béatrice Descamps repart au combat, investie par l’UDI allié de Valérie Pécresse. La question est de savoir la position du maire de Valenciennes, suppléant de Béatrice Descamps en juin 2017 (cocasse) face à deux défis, son désir d’un rond de cuir au gouvernement et son intérêt pour un fauteuil de député, sous la bannière Horizons, avec à la clé une immunité parlementaire, mais tout cela pourrait s’effacer par une candidature stricte d’un.e candidat.e LREM. Tout se décidera « après l’élection présidentielle », précise-t-il.

Oui, le résultat de ce premier tour pourrait modifier les bases politiques françaises. En fait, l’explosion de notre vision bicéphale politique n’est pas véritablement intervenue en 2017, mais peut-être en 2022. Dans cet espace politique sans concessions entre deux candidatures plutôt à droite, la gauche sur la 21ème peut s’engouffrer dans ce chemin politique, rien n’est interdit tant les coups bas à l’image de la Cantonale Valenciennes/Saint-Saulve ont symbolisé une caricature de tout ce que les Françaises et Français ne supportent plus. D’un qualificatif d’intérimaire à un bombardement d’élus d’oeufs sans aucune voix pour dénoncer ce fait politique, hors LFI/EELV, tout est dit sur le tout est permis sur le 21ème, ça promet ! Breaking news météo, une avalanche de procurations dans les quartiers de la Chasse Royale et Dutemple à Valenciennes est (encore) prévisible …, mais peut-être qu’un jour la gauche va (enfin) faire de la politique dans ses quartiers, rien n’est une fatalité même très organisée… !

« Dans la dynamique de Fabien Roussel », Michelle Greaume

Evidemment, une candidature PCF dans la 21ème aux cotés de Fabien Roussel dans la 20ème est différente d’une autre dans la Seine Saint-Denis. « Nous allons bénéficier de la dynamique de Fabien sur la 20ème », ajoute Michelle Greaume.

« Nous serons candidats quel que soit le résultat de l’élection présidentielle », précise virginie Melki -Tettini. Oui, il est utile de le préciser, car beaucoup d’autres attendent le résultat de la Présidentielle, la stratégie politique est plus importante que les convictions portées par le candidat, mais nous parlons ici d’une litote surannée.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires