1. Accueil
  2. Accueil
  3. Thibaut Salomé (Pdt HDF Boulanger) : « Pour attirer des collaborateurs, le seul salaire ne suffit plus ! »
AccueilTerritoire

Thibaut Salomé (Pdt HDF Boulanger) : « Pour attirer des collaborateurs, le seul salaire ne suffit plus ! »

Absente depuis deux ans, l’Assemblée générale de la Fédération des Pâtissiers-Boulangers Hauts-de-France s’est réunie au sein du CFA d’Arras ce lundi 21 mars, un moment important en sortie de pandémie avec un commerce de proximité retrouvé, sans oublier une guerre en Ukraine avec en filigrane une hausse des prix des matières premières très redoutée par les professionnels !

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA FÉDÉRATION DES PÂTISSIERS-BOULANGERS HAUTS-DE-FRANCE

En propos liminaire, le co-président de la Fédération des Pâtissiers-Boulangers Hauts-de-France, Philippe Guilbert (pâtissier), rappelle une évidence « un grand merci aux partenaires sans qui rien ne serait possible. 18 mois que l’on attendait cette Assemblée Générale ! ».

Philippe Guilbert

Ensuite, cette AG démarre par une première délibération afin de valider la fonction de co-président de Thibaut Salomé, représentant la Boulangerie, une formalité puisque ce dernier a enfilé le costume au débotté suite à la démission surprise de Philippe Bazin… il y a presque 18 mois. « Nous étions déjà dans une co-présidence de fait avec Thibaut », ajoute Philippe Guilbert. « Je travaille avec Philippe, plus expérimenté, avec un immense plaisir », répond Thibaut Salomé.

« Le goût du consommateur a changé », Thibaut Salomé

Le nouvel impétrant l’avoue « il y a une génération de professionnels qui s’en va, la méthode de travail a évolué avec le temps. Le goût du consommateur a changé, mais nous nous adaptons. Nous devons donner du plaisir. Dans ce cadre, nos laboratoires doivent sortir du beau, du bon, et du propre. Ensuite, l’environnement du salarié n’est plus le même. On ne travaille plus 70 à 80 heures semaine, ce n’est pas plus mal. De plus, pour attirer des collaborateurs, le seul salaire ne suffit plus, il faut proposer des meilleures conditions de travail au niveau des horaires, temps de repos, week-end, il faut changer notre façon de voir les choses ».

Thibaut Salomé

L’autre point central de cette période est la tension sur les prix, corollaire de cette guerre en Europe : « Nous avons une véritable inquiétude sur la hausse du prix du blé, le beurre, etc., notamment pour la fin de l’année 2022 », déclare Thibaut Salomé.

Dans les faits, la Fédération régionale des Pâtissiers rassemble les professionnels des cinq départements, mais trois (dans l’attente) le Nord, le Pas-de-Calais, et la Somme pour les boulangers. Clairement, comme souvent la région des Hauts de France est innovante et surprend par son sens du collectif. Il est vrai que l’histoire du XXème siècle nous a appris à travailler ensemble.

D’ailleurs, le Président de la Confédération Nationale des Artisans Pâtissiers, Chocolatiers Confiseurs, Glaciers Traiteurs de France, Laurent Le Daniel, est bluffé. « J’observe, c’est un bel exemple pour les échanges interprofessionnels. A ce titre, nous avons des projets de formation commune. Ensuite, ces deux professions sont de plus en plus imbriquées, car les boulangers font de la pâtisserie, et de l’autre coté les pâtissiers seuls n’existent quasiment plus, notamment dans les plus petites villes, ils font du pain également », explique Laurent Le Daniel.

Effectivement et en toute logique, la clientèle fait l’amalgame entre ces deux métiers de l’Artisanat où la seule distinction claire pour le consommateur est le « Fait Maison » ou pas.

L’excellence, gage d’un développement

En présence du Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Hauts-de-France, Laurent Rigaud, mais également du Président de la Confédération Nationale des Artisans Pâtissiers, Chocolatiers Confiseurs, Glaciers Traiteurs de France, Laurent Le Daniel, les sujets concernant la défense des métiers demeurent très prégnants. Ces métiers de l’Artisanat se battent toujours inlassablement contre l’arrêt d’une ouverture 7J/7, mais surtout pour la qualité des formations, voire la fabrication Maison. C’est pourquoi, les labels Artisan en Or et Graine de Plaisir, concernant la fabrication des produits santé bien-être, constituent un gage de qualité lisible pour le consommateur.

Bien sûr, la formation au sein de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat accompagne cette dynamique. « D’ailleurs, Laurent Rigaud nous a promis que la prochaine finale du MAF Pâtissier pourrait se dérouler en 2023 dans le tout nouveau CFA (en travaux) d’Arras », conclut Philippe Guilbert.

Daniel Carlier

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires