1. Accueil
  2. Accueil
  3. Jérome Leman se retire du Conseil municipal de Marly
AccueilValenciennois

Jérome Leman se retire du Conseil municipal de Marly

Jérome Leman, à la tête de la commune suite au décès de Fabien Thiémé, mais battu en juin 2020 par la liste emmenée par Jean-Noël Verfaillie, annonce son retrait officiel de l’opposition au Conseil municipal de Marly. Avec le souci d’expliquer sa vérité, Il évoque les tenants et les aboutissants de son choix, celle d’une page de la vie politique locale qui se tourne.

Jérome Leman : « Ce n’est pas une capitulation ! »

Le statut d’intérimaire dans une fonction d’élu n’existe pas, sauf à penser de manière dégradée la mission d’un.e élu.e quel que soit le mandat. Non, vous enfilez le costume public, vous êtes une fonction représentative des citoyennes et des citoyens, un jour, un mois, six ans, c’est de la littérature et même de la politique, et puis vous faîtes de votre mieux. C’est ainsi que Jérome Leman est arrivé aux manettes de la commune de Mary, suite au décès de Fabien Thiémé en décembre 2019, il restera dans les livres d’histoire comme le maire aux commandes durant le 1er confinement. Chaque maire en fonction à cette époque sait de quoi nous parlons.

Sur le choix de la majorité municipale de l’époque où « Marie-Thérèse Hourez-Ledrole et moi même avions postulé pour assumer cette fonction de maire, le choix s’est porté sur des compétences techniques plutôt que sur une candidature uniquement politique », explique-t-il.

« Mon seul regret, l’affiche commune avec Marie-Thérèse Ledrole », Jérome Leman

Puis, la campagne électorale municipale a démarré où l’ancien maire/candidat ne regrette rien : « J’assume tout, et surtout ne pas avoir fait des alliances, pas en 2008 tout comme en 2020. Mon seul regret, l’affiche commune avec Marie-Thérèse Ledrole, elle était trop connectée avec le PCF et uniquement le PCF. Fabien Thiémé avait une aura beaucoup plus large que son parti politique ».

Puis, un jour élu, un jour battu, la vie politique a repris son cours dans l’opposition municipale, mais elle fut, comme dans la majorité, assez mouvementée.

« Je suis sollicité chaque jour », Jérome Leman

Pour autant, même dans l’opposition, vous êtes un ancien maire. « Je ne suis pas un simple conseiller municipal, je suis l’ancien maire. A ce titre, je suis sollicité tous les jours par des appels téléphoniques, quel que soit le sujet, sympathiques ou non, et même au sein de mon nouvel emploi. Aujourd’hui, suite à une rupture conventionnelle avec la mairie de Fresnes-sur-Escaut, j’ai postulé peu de temps après à des emplois dans la fonction publique. J’ai obtenu un poste dédié à la recherche de subventions, le développement économique, au sein de la commune de Faches-Thumesnil (maire La France Insoumise). Le déplacement est plus long, c’est plus compliqué, j’y suis depuis a peu près une année. J’ai envie de prendre du recul, mais ce n’est pas une capitulation ».

Néanmoins, Jérome Leman réaffirme son récent chemin politique où il a rejoint le Parti socialiste. « Pas dans la meilleure période, les militants étaient presque surpris. J’assume mon côté sociale démocrate. La clarification était nécessaire au sein de l’opposition municipale (en 3 Groupes), il fallait cette rupture. Les choses bougent, l’important est de conserver ses valeurs, mais de s’adapter ce que n’a jamais voulu faire le PCF local », ajoute-t-il.

« Valérie Capelle va me remplacer », Jérome Leman

Au sein de ce Conseil municipal de Marly, et conformément au Code électoral (très compliqué), le membre de l’opposition venant intégrer le Conseil municipal de Marly est Valérie Capelle, ex adjointe au sein de la commune de Condé-sur-l’Escaut, une militante P.S de longue date avec une expérience de la vie démocratique municipale éprouvée.

Enfin, il évoque un coup de téléphone de l’édile en place, Jean-Noël Verfaillie, suite à l’envoi de son courrier à la municipalité pour annoncer la nouvelle. « C’est Jean-Noël Verfaillie qui m’a contacté, j’ai apprécié. Nous avons eu un échange courtois. On est pas d’accord sur tout, notamment sur des divergences de fond. Je suis plutôt social démocrate, lui plus social libéral, mais au moins, nos discussions portent sur des dossiers sérieux. J’approuve totalement le projet du nouveau CFA/BTP, mais par contre je reste tout à fait opposé au nouveau Groupe Scolaire. On pouvait travailler avec Valenciennes sur ce projet, sauf erreur, la commune de la ville-centre avait signé la convention », poursuit-il.

Par contre, Jérome Leman fustige l’opposition systématique « que le repas des Ainés passent à 67 ans, les intéressées s’en foutent. Trois personnes téléphonant à Marie-Thérèse Ledrole, et c’est un scandale. Une personne de 70 ans en 2022 n’est pas celle d’il y a 30 ans. Tout n’est pas de la faute d’un maire en fonction. Le PCF Marlysien est dans l’opposition presque mécanique, il n’a jamais évolué avec son temps », conclut-il.

Toutefois, il salue certains élus de l’opposition « comme Serge Lekadir, Bernard Evrard, et bien sûr Valérie Capelle. J’ai également un grand respect pour Christian Chatelain et Thérèse Zaoui. Je ne m’interdis rien pour l’avenir. C’est peut-être une étape politique avant de revenir en 2025/2026 ? », conclut-il.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu