1. Accueil
  2. Accueil
  3. Cap Emploi clôture son Printemps du Handicap
AccueilTerritoire

Cap Emploi clôture son Printemps du Handicap

Après 3 mois d’actions portant sur la sensibilisation à l’embauche d’une personne en situation de handicap, ce lundi 20 juin marquait une clôture studieuse et spectaculaire de ce temps fort pour le rapprochement du travailleur handicapé et de l’entreprise.

Marc Krzemianowski : « L’inclusion est une opportunité, une responsabilité, et un acte citoyen »

Au sein du bâtiment Abel de Pujol, de l’INSA, l’Université Polytechnique Hauts-de-France accueillait le Cap Emploi pour présenter son bilan de ce trimestre hyperactif sur le bassin de vie du Grand Hainaut (Valenciennois, Cambrésis, et Sambre-Avesnois). « Je remercie les 34 partenaires associés à ce Printemps du Handicap 2022 où pendant 3 mois notre ligne (du Cap Emploi) fut la co-construction, la co-organisation, le co-contenu, voire le co-financement », commente Pierre Legrand, le Directeur général du Cap Emploi Grand Hainaut https://www.capemploigrandhainaut.fr/

L’hôte du jour soulignait son engagement sur ce sujet de société. « La prise en compte du handicap est un axe transversal au sein de l’UPHF, notamment pour les agents et enseignants tout comme pour les étudiants (environ 12 000). A ce titre, nous avions 0,8% d’agents et enseignants en situation de handicap en 2012. En 2022, notre taux d’insertion de personnes en situation de handicap atteint 7,5% », commente le vice-président de l’UPHF Abdelhak Kabila.

Conférences, témoignages, et vidéo… !

Durant 3 mois, des actions originales ont été organisées sur les 3 territoires du Grand Hainaut, sensibilisation des chefs d’entreprises au monde du handicap, cession de recrutement innovante, et temps ludiques du 21 mars au 20 juin. Le bilan est éloquent avec 80 actions organisées, autour de 75 recruteurs, 271 professionnels présents sans oublier la participation essentielle de 457 demandeurs d’emplois en situation de handicap.

Cette clôture du « Printemps du Handicap », devant un auditorium bondé, a permis aux auditeurs d’écouter une conférence sur « les risques psychosociaux dont l’existence est liée à un emploi. En 2007, le coût social (arrêt maladie, pathologie, traitement…) lié aux risques psychosociaux (RPS) représentait un montant estimé entre 2 et 3 milliards d’euros. Pourtant, une étude réalisée en 2014 souligne qu’un euro investi par le chef d’entreprise dans la prévention de ces risques RPS lui permet de récupérer 13 euros via la performance générale de l’entreprise », commente Justine, une experte de l’ASTAV ( Médecine du travail dans le Valenciennois). Antoine, son co-présentateur sur cette thématique met en exergue « le défaut de retour d’expérience quelle que soit la pathologie. Par exemple, en retour de Covid où d’une longue maladie, il faut s’habituer sur le plan préventif à prendre en compte le retour d’expérience de ses salariés ». Enfin, presque comme une évidence, mais cela va beaucoup mieux en le disant sur des risques plus sourds, moins identifiés par les chefs d’entreprises et même le monde syndical « la prévention collective dans l’entreprise évite des risques psychosociaux à titre individuel », conclut-il.

Un témoignage croisé avec la participation d’une conseillère Cap Emploi et d’une conseillère Pôle Emploi témoigne publiquement du Grand rapprochement entre ces deux institutions. A ce titre, il est bien difficile de graver dans le marbre leur futur dans les 2 à 3 prochaines années.

Enfin, une série de vidéos très punchy à retrouver sur le site https://www.youtube.com/watch?v=2MlfrtmGVnU, « Mission H Possible », avec de nombreuses facettes de l’embauche d’une personne en situation de handicap, était diffusée en avant première mondiale.

« Des chefs d’entreprises pas assez nombreux », Marc Krzemianowski

Pour le Président du Cap Emploi Grand Hainaut, Marc Krzemianowski, cette manifestation a démontré la dynamique de « toute l’équipe du Cap Emploi avec au final 15 contrats de travail signés et 171 en cours. Nous devons sensibiliser plus encore les chefs d’entreprises, pas assez nombreux sur cette thématique. Je serai là pour les convaincre et pour les sensibiliser ! ».

Il insiste surtout sur la synergie « dans l’accompagnement des chefs d’entreprises et des personnes en situation de handicap en recherche d’un emploi. L’inclusion est une opportunité, une responsabilité, et un acte citoyen », conclut-il.

En surplomb, la santé des collaborateurs et du dirigeant doit nécessairement investir le champ de l’entreprise, tout comme l’inclusion des personnes handicapées dans le monde du travail imprégnée un management plus serein et citoyen.

Vive le Printemps du Handicap… 2023 !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires