A Douchy-les-Mines, une exposition est consacrée à la carrière hors norme de Fabien Gilot, champion de natation multi-médaillé. L’hommage a surpris même l’intéressé par son ampleur et par la présence de la famille de la natation française venue au rendez-vous !

Fabien Gilot, pas n’importe quel bleu parmi les bleus

A Douchy-les-Mines, au sein de cette pépite culturelle, l’Imaginaire, une exposition retraçant la vie sportive de Fabien Gilot est à découvrir. Ce samedi 24 septembre, c’était la première pierre de cette journée émouvante pour la star locale. Pour cet hommage au champion, l’équipe de France était au rendez-vous, Florent Manaudou, Jeremy Stravius et bien d’autres sans oublier son entraîneur phare Romain Barnier.

Fabien Gillot

Pour cette cérémonie, il fallait une voix à la hauteur de l’événement ; cela ne pouvait qu’être Alexandre Boyon, la voix de la natation française à l’instar d’un Roger Couderc pour le rugby. « Fabien Gilot, c’est un peu le film-Marche à l’ombre- une certaine philosophie du sport faîte d’humilité et d’humidité pour une carrière majuscule« , déclare en propos liminaires Alexandre Boyon.

Du nord au sud

Fabien GillotSes débuts aquatiques ont commencé par le water-polo, sans doute une explication pour son sens du collectif « j’ai même gagné le championnat en finale contre Marseille« . Un clin d’oeil à son futur club du Cercle des Nageurs de Marseille car après le nord, il est passé par Rouen pour ses premiers exploits puis son avenir passa par le « pari un peu déraisonnable de venir s’entraîner avec moi« , souligne Romain Barnier.

Ses plus grands exploits individuels comme la 1ère place au Championnat de France 2013, sur 100 mètres nage libre, avec une concurrence réalisant les 5 meilleures performances mondiales de l’année. Bien sûr, la course collective avec en point d’orgue la médaille d’or du relais  4×100 mètres nage libre à Londres constituant le Graal de ce champion si attachant.

Dès 2003, il est dans l’équipe de France et commence à faire partie des cadres. Chemin faisant, la saison 2007 marque le début d’un ère dorée pour la natation française « qui a toujours été sur le podium dans les grandes compétitions, depuis cette date, en 4X100 mètres nage libre« , précise Alexandre Boyon.

Pluie d’hommages

Les discours se sont égrenés les uns après les autres avec une ligne d’eau commune. Tout le monde a vanté, outre la carrière sportive, son esprit et son sens du collectif. Le capitaine désigné du relais français fait l’unanimité. « A l’heure d’un individualisme exacerbé, son sens du collectif, du partage… « , souligne Michel Lefebvre, un premier magistrat heureux et fier de son champion local qui n’a jamais oublié ses racines.

Francis Luyce, le président de la Fédération Française de Natation état présent. Dunkerquois, son émotion était palpable pour ce jubilé d’un gars du nord : « Je n’ai jamais vécu un hommage aussi exceptionnel. Notre coeur est aux cotés de Fabien Gilot ». Francis Luyce est entré au sein du comité directeur de la Fédération en 1973 « et je ne l’ai jamais quitté depuis. Je pense que Fabien Gilot doit être un ambassadeur de la natation. Sa vie ne s’arrêtera pas à 31 ans. C’est quelqu’un d’adhésif ! » En clair, sa vision du sport de haut niveau serait la bienvenue au sein du comité directeur de la Fédération, un souhait on ne peut plus clair de Francis Lyuce.

Fabien Gillot

Présent également, son président du Cercle des Nageurs de Marseille, plus qu’un club, c’est l’ADN de l’équipe de France. « je suis du sud mais votre chaleur, nous la sentons pire que le soleil« , dit-il à la salle archi comble de l’Imaginaire.

Romain Barnier, son entraîneur qui a façonné cette pépite sportive, était rempli d’émotion, une voix humide perçait « avec les athlètes, nous sommes toujours dans le futur. Je n’ai connu ma vie d’entraîneur sans Fabien…  »

M. Gilot, père, comme toute sa famille présente, était si fier, si ému de « voir un enfant qui décroche un rêve« . Son fils, Fabien, met le doigt sur une évidence en s’adressant aux autres membres de l’équipe de France. « Vous avez un lien social, votre parole est écoutée. J’ai toujours détesté les champions qui oublient d’où ils viennent. Gagner seul ne sert à rien, gagner c’est partagé. J’ai appris à aimer l’échec, c’est lui qui a tiré le meilleur de moi. Mon message est qu’il ne faut jamais abandonner, c’est toute la différence dans une vie« .

Cet appel du pied du président de la Fédération Française de Natation laisse augurer une entrée rapide dans le comité directeur mais il pourrait ne pas s’arrêter là ! Comme l’a souligné un universitaire marseillais « Fabien Gilot fait vestiaire« . C’est très rare mais surtout indispensable pour devenir un jour président de la Fédération Française de Natation voire ministre des sports… histoire de partager encore ! Surprenant, non,  car les autochtones le savent… rien aujourd’hui n’a ajouté à l’idée qu’ils avaient déjà de Fabien Gilot, un champion du collectif !

Publié par Daniel Carlier le 25 septembre 2016
Douchy-les-Mines Fabien Gilot Michel Lefebvre
Fabien Gilot un champion bleu, blanc, nord !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email