AccueilDenaisis

Le SIAVED relance son comité de suivi du CVE de Douchy-les-Mines

Initié début du 21ème siècle avec l’émergence du Centre de Valorisation Energétique sur la commune de Douchy-les-Mines, le comité de suivi de l’activité de cette usine d’incinération, et de son impact, reprend son cours après une dernière réunion en octobre 2022.

Charles Lemoine : « On peut refaire ce comité de suivi, il est important pour la transparence de notre fonctionnement de ce CVE »

Pour brosser le décor aux participants de ce comité de suivi, une présentation en quelques chiffres saillants a donné la nouvelle dimension du SIAVED depuis le 01 janvier 2024 : 7 intercommunalités, 259 communes, 700 000 habitants, 3 CVE, 32 déchetteries, 1 centre de tri public et 2 bâtiments de pré-collecte. « C’est un syndicat au niveau national très important, un seul autre syndicat mixe possède 4 CVE », précise Charles Lemoine, le Président du SIAVED. C’est du lourd avec deux socles de compétences, le premier comprend Traitement, Tri, Déchetterie, Ressourcerie, et Réseau de Chaleur pour les 7 EPCI (établissement public de coopération intercommunale) et un autre socle pour la collecte et la prévention avec 3 clients, Valenciennes Métropole, La Porte du Hainaut, et CA2C (Caudrésis- Catésis).

Un cadre non officiel, mais essentiel !

Le contrôle de la qualité de l’air, des végétaux, et de l’alimentation à travers un suivi du lait était aussi à la main du Préfet du Nord concernant le CVE de Douchy-les-Mines comme de tous les autres, mais il n’y a pas eu de réunions de la CLIS (Commissions locales d’information et de surveillance) depuis 4 ans, donc avant la COVID.

Pour autant, depuis le début de l’émergence du CVE (Centre de Valorisation Energétique) de Douchy-les-Mines au début du 21ème siècle, le SIAVED a mis en place une réunion annuelle non officielle, mais essentielle aux yeux de la Présidence d’aujourd’hui comme celle d’hier. Ce comité de suivi est donc composé d’élus des communes environnantes, d’élus communautaires du SIAVED des différentes intercommunalités adhérentes, des techniciens du CVE en activité ou retraité, le Directeur de l’entreprise Paprec Energies des 3 CVE (Douchy-les-Mines, Saint-Saulve, et Maubeuge) Antoine Brunet, des associations comme Denain Ecologie, Compost et Jardins, voire Atelier 3D, des habitants, mais également l’ancien DGS Daniel Tison et bien sûr du Président du SIAVED, Charles Lemoine, et le DGS actuel, Didier Didier Rychlak. « Nous n’avions pas pu nous réunir depuis octobre 2022. Enfin, on peut refaire ce comité de suivi, il est important pour la transparence de notre fonctionnement de ce CVE », souligne Charles Lemoine. 

« Tout est mis en oeuvre pour éviter la pollution », Charles Lemoine

Concrètement, la loi impose deux contrôles annuels par un expert nommé par la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) et deux à l’initiative de la Direction du CVE. En l’espèce, le CVE de Douchy-les-Mines a une autorisation d’incinération à hauteur de 120 000 tonnes, mais cette capacité n’est pas du tout atteinte à ce stade, en 2023, 98 524 000 tonnes contre 91 689 tonnes en 2022.

Les experts ont donc implanté des points de mesure sur Denain (2), Douchy-les-Mines (3), Lourches (1), Neuville-sur-Escaut (1), et des points témoins sur Lourches et Douchy-les-Mines afin d’analyser la qualité de l’air, la surveillance de la pousse des végétaux, et un contrôle annuel du lait au sein d’une exploitation sur Noyelle-sur-Selle (visuel ci-dessous).

Ces contrôles doivent mesurer et par suite obliger le SIAVED à tous les aménagements nécessaires.« Tout est mis en oeuvre pour éviter la pollution. On ne peut plus comparer la pollution aujourd’hui suite aux rejets des fumées et les années 80 avec un site industriel comme Usinor », commente le Président du SIAVED. 

Evidemment, le Cabinet Kali’Air a livré les analyses 2022/2023 et souligne que les normes sont respectées sur l’environnement immédiat du SIAVED. Pour autant, les « évolutions techniques conditionnent les jauges à respecter », commente la Référente du cabinet Kali’Air. A ce titre, le Président du SIAVED acquiesce : « Il est évident que les normes environnementales vont encore diminuer, grâce aux nouveaux moyens techniques, auxquelles nous devrons obligatoirement nous conformer ». 

Cette réunion ouverte a permis de répondre à toutes les questions de l’auditoire tout en sachant que « je souhaite dupliquer ce comité de suivi sur Saint-Saulve et sur Maubeuge », indique Charles Lemoine. 

Autres informations

La gouvernance du SIAVED a donné un calendrier sur des chantiers fondamentaux, notamment le Centre de tri public en phase test à l’automne 2024 pour une inauguration en février/mars 2025. L’ancien site du logisticien Bils-Deroo sera réaménagé sur 10 000 M2, sur un foncier de 30 000 M2. « Nous avons perdu 18 mois avec des recours juridiques diverses », précise Charles Lemoine, un propos tempéré par Régis-Dufour Lefort, vice-président en charge du climat auprès de Valenciennes Métropole, compte tenu « que le SIAVED a eu la pertinence d’acheter un bâtiment en amont. On a gagné 3 ans ! ». Le Président confirme « dès l’affiche de mise en vente de ce bâtiment, nous avons acheté quinze jours après afin de ne pas laisser passer ce foncier disponible ».

En terme développement durable, la qualité de ce nouvel outil écologique va réduire le volume du refus de tri et par vase communicant le volume à incinérer lié au refus de tri. Ensuite, les sites actuels de tri sur Lourches et Anzin vont fermer, les salariés de ces dernières vont donc déménager leur activité sur un site flambant neuf.

Ensuite, le jardin pédagogique sera disponible en octobre 2024, pour les visites des établissements scolaires, pour les intercommunalités clientes dans le domaine de la collecte des déchets (CAVM, CAPH et CA2C). 

Depuis le 01 janvier 2024, le SIAVED est passé de 16 déchetteries à 32 déchetteries. « Nous travaillerons avec les élus communautaires, autour d’un diagnostic, afin de planifier la rénovation de nombreuses déchetteries sur 8 à 9 ans. Nous avons, sur presque 200 agents au SIAVED, 90 à 100 agents au sein des déchetteries. Nous devons également harmoniser les horaires, les process de fonctionnement sur chaque déchetterie, et c’est pourquoi nous avons connu des difficultés sociales. Nous voulons tendre vers le meilleur », commente Charles Lemoine. 

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires