La gestion et la valorisation des déchets constitue un enjeu du XXIème pour les collectivités françaises. Sur le Grand Hainaut, le SIAVED, basé sur Douchy-les-Mines, prend de nouvelles compétences, programme de nouveaux locaux administratifs, augmente sa capacité de tri très ciblée…, attention transition énergétique territoriale !

Le SIAVED en pleine expansion territoriale

En 2016, le SIAVED est composé de 73 salariés, dont 4 services civiques, avec une perspective de développement des activités imposante en 2017.

La collecte des déchets

C’est le changement phare pour cette année 2017. Le SIAVED récupère la collecte des déchets pour les 46 communes composants La Porte du Hainaut.

« Cette collecte sera opérationnelle au 01 janvier 2017. Nous reprenons l’ensemble du personnel des 2 entreprises en charge de la collecte précédemment, la COVED pour la CAPH (156 000 habitants environ) et SITA pour l’ex CCRVS (4500 habitants environ)« , indique Charles Lemoine, le président du SIAVED.

Pour le SIAVED, le même transfert sera effectif avec une autre intercommunalité adhérente à ce syndicat, la 4C (Cambrésis) « mais l’Ostrevant a choisi de conserver la responsabilité de la collecte« , précise-t-il. Au niveau de la CAPH, 2 personnes en charge du sujet précédemment rejoignent le SIAVED ; « les autres membres dédiés à la collecte, au sein de la CAPH, seront affectés dans d’autres services« , poursuit le président pour éteindre toute polémique de suppression de postes.

Réseau de chaleur parfait ?

Le SIAVED  est avant tout un centre de valorisation énergétique où les ordures ménagères sont transformées en électricité.  Cette énergie verte est revendue, par contrat, à l’EDF. Cette transformation génère de la chaleur et la captation de cette dernière à d’autres fins énergétiques constitue un cycle dit parfait. C’est rare car malgré le proverbe, tout ne transforme pas !

Pour autant, le SIAVED a relevé le défi écologique avec la mise en place d’un réseau de chaleur sur la commune de Douchy-les-Mines. Un sujet bien relaté par les médias locaux aboutissant à un réseau de chauffe de 1 500 foyers sur la commune de Douchy-les-Mines plus une dizaine de bâtiments publics. Parmi eux, le magnifique « Imaginaire « , l’Hôtel de Ville de la commune etc. sont alimentés. La SEC, l’entreprise exploitante de cette énergie écologique au bout du tuyau « a utilisé 100 % de notre production en 2015 et 90 % en 2016 avec seulement 10% de gaz. C’est une opération complètement neutre pour le particulier qui ne s’aperçoit de rien« , précise le président.

La nouveauté de cette année 2017 est l’appel du pied de la maire de Denain « pour chauffer le futur complexe aquatique sur le site des Pierres Blanches« , explique Charles Lemoine. En l’espèce, sur une partie de cette friche industrielle historique, ex Usinor, l’installation du SIAVED est opérationnelle « nous avons effectué des travaux pour un moment d’un million d’euros afin d’alimenter un réseau de chaleur« , ajoute le président.

Par ailleurs, le projet des « Serres du Nord », pourtant très innovant, est abandonné faute de financements requis par le chef d’entreprise pressenti. En collaboration étroite avec le service développement économique de la CAPH, le volet entreprise n’est pas oublié pour autant. »La société Valboval, spécialisée dans la production de granulés en bois pellets, pourrait s’installer sur un autre secteur des Pierres Blanches« , précise le Président.

Nouveaux locaux…

blledroseFace au Centre de valorisation énergétique du SIAVED, sur Douchy-les-Mines, l’opportunité d’un nouveau site s’est fait jour. « Nous surveillions depuis longtemps ces bâtiments sur 10 000 M2. De fait, dès l’annonce du départ de l’entreprise Simastock Bils-Deroo, nous avons, après vérification des bâtiments, remis une proposition. Nous signons l’acquisition de ce bâtiment, pour 1,5 millions d’euros, ce mercredi 21 décembre« , commente Charles Lemoine.

Plusieurs fonctionnalités sont envisagées et en premier lieu, un jeu de déménagement à tiroir car « nous lançons la construction d’un nouveau site administratif, en lieu et place de celui actuel. Sur 1000 M2, un chantier va démarrer en 2017 pour 18 mois, pour un montant de 3 millions d’euros« , indique le président…ce qui replace le prix d’acquisition du site de Simastock Bils-Deroo comme extrêmement avantageux.

En attendant cette réalisation, l’équipe administrative d’une trentaine de salariés va s’installer provisoirement en face « dans des bureaux existants de Simastock Bils-Deroo« , précise Charles Lemoine.

Centre de tri et amiante

A l’aube de cette nouvelle acquisition d’un espace industriel de 10 000 M2, les idées fleurissent comme les bourgeons au printemps. « Nous pourrions installer un nouveau Centre de tri. En effet, les sites existants, Recydem, Malaquin et sur Anzin ne sont plus aux normes notamment sur le plastique« , déclare Charles Lemoine. Par ailleurs, les exploitants ne souhaitent pas investir dans cette actualisation normative obligatoire d’ici 2022…. !

Dans le cycle très codifié du recyclage, le tri des objets contenant de l’amiante est un sujet de plus en plus tendu. « Au niveau des agents qui manipulent dans une déchetterie sur nos 17 sites, mais également sur les déchetteries gérées par Valenciennes Métropole qui ne veulent pas traités ces produits« , indique Charles Lemoine. Là encore, c’est une raison supplémentaire pour réaliser un nouveau centre de tri aux normes, pour tous les types de déchets, sur cette nouvelle acquisition de 10 000 M2, rue de Lourches à Douchy-les-Mines.

Les déchets hospitaliers

Cette filière est très spécifique. « Le SIAVED est le seul syndicat à intervenir sur la collecte des déchets hospitaliers dans la région des Hauts-de-France et celle de Champagne-Ardennes. A ce titre, nous inaugurons, le 9 mars 2017, une toute nouvelle chaîne de tri pour ces déchets« , explique Charles Lemoine. Ce marché concerne non seulement les établissements publics et privés de santé mais également les laboratoires, les pharmacies etc.

Ce nouvel outil va assurer une traçabilité totale. De plus, il fonctionne sur le principe de la marche en avant et « aucun déchet hospitalier ne se croise ni entrant, ni sortant« , précise le président.

La consigne écologique

Inaugurée lundi 12 décembre dernier, le SIAVED est à l’origine d’une initiative originale. En effet, il a installé, sur le parking public situé devant l’enseigne Carrefour, un kiosque de récupération de verre.

kiosqueNos anciens avaient le réflexe de la consigne de verre moyennant quelques centimes de francs. Aujourd’hui, ce kiosque à verre automatisé pèse votre dépôt de bouteilles etc. et délivre un bon d’achat à percevoir auprès de Carrefour. « Nous voyons des vieux stock de verre resurgir en provenance des associations, voire des particuliers. Nous enregistrons un dépôt global de 2 500 bouteilles par jour depuis son installation en juillet dernier« , explique le président du SIAVED.

La capacité globale de ce kiosque à verre est de 5 000 bouteilles par jour. D’autres sites sont en discussion avec notamment les différents Centre Leclerc sur le Hainaut. Une idée porteuse car cette matière est recyclable à l’infini !

Et la fusion… ?

Pour la pesée stratégique du SIAVED, il valorise énergiquement 104 875 tonnes par an, mais « il demeure 15 à 20 tonnes partant sur des sites d’enfouissement, nous avons une marge de croissance réelle. Ensuite, nos clients sont des agglo et de fait notre plan de charge est très stable« , précise le président.

Par contre, ECOVALOR, sur St-saulve, est proche de 130 000 tonnes mais avec des clients privés importants avec, logiquement, une visibilité de travail beaucoup plus volatile.

La mutualisation des coûts, le regroupement de services partagés, le partage des outils de production, tout converge vers l’exploitation durable et intercommunale de nos ressources humaines et financières en matière de déchets.

Il est donc probable que le SIAVED et l’autre syndicat du territoire, ECOVALOR, se rapprochent à moyen terme. Bien sûr, rien n’est simple et on le constate avec les syndicats d’assainissement qui ne rejoindront les intercommunalités qu’en 2020, le dernier délai légal. Ce rapprochement entre ECOVALOR et le SIAVED sera complexe mais d’une évidence écologique indéniable pour le Grand Hainaut ! Le coût d’une valorisation énergétique additionné à la collecte des déchets deviendra, très prochainement, un écueil financier insurmontable pour une structure isolée.

Cette évidence structurelle doit se traduire par la massification de la gestion des déchets par les acteurs publics. Un constat dépassant le simple volet environnemental car tout s’impose avec le temps…même l’écologie partagée !

Publié par Daniel Carlier le 18 décembre 2016
Charles Lemoine Douchy-les-Mines Siaved
Le SIAVED sur tous les fronts du déchet… écologique !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email