Dans la 20ème circonscription, les candidatures officielles se succèdent. Cette fois, le député sortant Alain Bocquet rentre en piste comme suppléant, avec comme titulaire Fabien Roussel, ex tête de liste aux régionales 2015. C’est le top départ pour une campagne sur le terrain à travers les 26 communes de cette circonscription, étrangement redécoupée… pour la dernière législative.

Alain Bocquet : « La politique est le prolongement de la citoyenneté »

Après 9 législatures, 24 gouvernements, 16 premiers ministres, 5 présidents de la République et 12 présidents d’Assemblée nationale «C’est une page qui se tourne, j’ai commencé en mars 1978, à 32 ans, avec Chaban Delams et j’ai fini avec Bartolone. J’avais déjà indiqué lors de la dernière élection qu’il fallait trouver un successeur. Je suis le plus ancien parlementaire, je ne voulais pas être le doyen de l’hémicycle», entame Alain Bocquet.

« Aujourd’hui, l’important est de conserver un député de gauche dans cette circonscription. Je suis pour l’action locale, à travers une action globale !», poursuit Alain Bocquet. A  l’heure où les partis politique sont un peu secoués, il rappelle… : « L’article 4 de la constitution de 1958 est clair. Les partis politiques contribuent à l’expression des suffrages démocratiques. La politique est le prolongement de la citoyenneté ».

Ensuite, depuis quelques mois, les militants du Parti Communiste ont été consultés «et à 97 %, le choix s’est porté sur Fabien Roussel, on le connaît depuis longtemps. Il a organisé la marche pour l’emploi en 2007, d’où notre slogan d’aujourd’hui, l’humain d’abord est né. Ensuite, il fut à la tête de liste aux régionales en 2015. Nous travaillons beaucoup ensemble, c’est un relais fraternel et partagé», ajoute Alain Bocquet.

Enfin, le député maire de Saint-Amand-les-Eaux rappelle que la règle du non cumul des mandats «  doit s’appliquer. On ne peut être parlementaire et membre d’un exécutif, ou vice-président d’une communauté d’agglomération, voire d’un syndicat représentatif. Il faut de la transparence et annoncer la couleur ».

René Cher : « Fabien Roussel, c’est le proche d’abord ».

Pour sa part, Fabien Roussel est dans les starting-blocks: «Je veux continuer à me battre pour le ferroviaire, le maintien des services publics, la CARSAT, la CAF, l’aide aux emplois industriels dans le Valenciennois, et nous avons obtenu des résultats, le super contrat pour Alstom/Bombardier, l’arrivée de GSK et bientôt Safran.. j’ai hâte d’emmener ces combats à l’Assemblée nationale ».

Depuis longtemps, Fabien Roussel bat le pavé du territoire et à l’instant T « la situation est grave. Chaque journée est rythmée par un scandale. Pour autant, les élus locaux travaillent sincèrement et honnêtement ».

Pour soutenir le duo Fabien Roussel/Alain Bocquet, des élus reconnus étaient présents sans parler d’une liste de signataires imposante, voire interminable !

Le toujours jeune René Cher, ancien suppléant d’Alain Bocquet, a ouvert le bal « c’est un passage de flambeau, j’ai réussi le mien, il y a 3 ans avec Aymeric Robin (maire de Raismes). Alain, tu as choisi le meilleur, il a fait ses preuves, nous partageons les mêmes valeurs». Fabien Roussel reprend le propos «d’ailleurs avec René, nous faisons des permanences itinérantes. Les gens viennent nous aborder dans la rue pour exposer leur problème».

L’ancien maire de Raismes indique une «première série de signatures de 400 personnes et d’autres personnalités suivront. Pour moi, Fabien, c’est le proche d’abord ! ».

Francis Berkmans rappelle son histoire d’un militant socialiste déçu suite au parachutage de Bernard Kouchner, et il quitta le P.S «plus assez de gauche pour moi. Je partage les combats de gauche avec Fabien, pour les entreprises, le tissu associatif etc.  Tous les jours, nous voyons des exemples malsains venus d’en haut. Ce n’est pas le cas des élus de terrain, et attention, si vous n’avez plus de politiques, plus de militants… », en quelques mots, plus de parole du peuple. En conclusion, Il décoche le trait du jour « le cumul des mandats, c’est aussi le cumul des absences… ! »

Le maire de Bruille-st-Amand apprécie l’accompagnement de «Fabien pour les petites communes, c’est pas facile tous les jours». Et surtout, la tendance est à réduire comme peau de chagrin les pouvoirs du maire, notamment avec la réduction des services publics. Le maire de Montagne du Nord poursuit dans l’idée « j’ai comptabilisé 430 réunions en 2016 », un sacerdoce le mandat d’élu, peut être plus encore dans une commune rurale !

Une élue sur la commune d’Anzin évoque «la perte de deux classes à la prochaine rentrée scolaire, dont une dans un quartier sensible. Certaines classes de maternelles seront à 27 enfants… Compte tenu de la situation sociale de l’arrondissement, je demande un traitement inégalitaire ».

L’ancien directeur de l’IME, et aujourd’hui élu en charge du patrimoine sur la ville de St-Amand-les-Eaux, explique son soutien. « Dans mon travail, c’est là que j’ai connu Alain Bocquet, éducateur spécialisé. Ensuite, j’ai rencontré Fabien Roussel au cours de la Marche pour l’Emploi en 2007. Je ne suis pas communiste, mais nous avons avec Fabien la même vision de la dignité humaine. Sa candidature à la députation n’est pas une rupture pour la valorisation de l’autre ».

Et l’ambiance nationale

« Sur le terrain, l’élection présidentielle écrase la législative, elle est mise de côté», souligne Fabien Roussel. Et ceci, sans parler des Affaires, quasi quotidienne… Alain Bocquet poursuit le raisonnement « c’est un vrai sujet. Nous étions contre la réduction du septennat afin de laisser une respiration démocratique entre les législatives et la présidentielle. D’ailleurs, sous cette forme, je prédis qu’à chaque fois, un nouveau président sera élu, pour cause de retrait ou de non élection ».

Rendre le pouvoir au peuple avec un président élu par les représentants du peuple, c’est un item de fond. Mais pour l’heure dans cette présidentielle et pour conclure, comme dans le film les Tontons Flingeurs « ce qui me dérange le plus, c’est le climat ! »

Les prochaines réunions publiques avec Fabien Roussel et Alain Bocquet :

Vendredi 17 février à 18H30, sur Fresnes-surEscaut

Samedi 18 février à 10H30 à Mortagne-du-Nord

Lundi 20 février à 18H30 sur Raismes

Mardi 21 février à 18H30 sur Bruay-sur-l’Escaut

Jeudi 23 février à 18H30 sur Vieux-Condé

Vendredi 24 février à 18H30 à Hasnon

Lundi 27 février à 18H30 sur Saint-Amand

Mardi 28 février à 18H30 à Anzin

Lundi 06 mars à 18H45 à Rosult.

Plus d’infos sur rousselbocquet.fr

Publié par Daniel Carlier le 11 février 2017
20ème circonscription Alain Bocquet Fabien Roussel
Le ticket Fabien Roussel/Alain Bocquet entre en campagne
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email