Avec 12 candidats potentiels, l’élection législative dans la 20ème circonscription s’annonce très mouvementée. Le député emblématique sortant Alain Bocquet, après presque 40 ans de mandat, a choisi de passer la main à Fabien Roussel, le candidat qu’il a décidé de soutenir à fond et personne d’autre.

Fabien Roussel : « Nous avons une nouvelle occasion les 11 et 18 juin prochains de décider de notre présent et de notre avenir »

Aucun doute, cette élection restera dans les mémoires. Fabien Roussel est le candidat du Parti communiste pour cette élection législative, un homme de gauche parmi une myriade de candidatures de gauche, sans compter celle de la «  République En Marche ». Cet éclatement est un problème de taille face au candidat de l’extrême droite, une jeune pointure du Front National. C’est pourquoi, Alain Bocquet pèse de tout son poids électoral pour remporter cette bataille ô combien indécise… ! A juste titre, Fabien Roussel déclare « nous avons une nouvelle occasion les 11 et 18 juin prochains de décider de notre présent et de notre avenir » .

Alain Bocquet « Je le soutiens et je participe à ce combat avec Fabien Roussel »

Honneur au sortant, devant un espace Jean Ferrat archicomble, Alain Bocquet prend la parole. Il rappelle son choix. « La loi de non cumul des mandats a été un déclencheur. Un député ne peut pas cumuler plus de 2 mandats. Je choisi ma ville (et l’intercommunalité) », explique-t-il. Sur la désignation de Fabien Roussel, elle a été réalisée « collectivement par les 500 adhérents du PCF. Aujourd’hui, je le soutiens et je participe à ce combat avec Fabien Roussel ».

 OLYMPUS DIGITAL CAMERABien sûr, la division à gauche, sans prononcer le nom d’Eric Renaud, est palpable. « Je suis très patient, et puis à un moment, il y a des séparations qui se font. Elle s’est faite. Je regrette cette situation de division », assène-t-il. Sachant que le Front National a fini en tête à l’occasion de cette présidentielle bouillonnante, il espère un rassemblement à gauche « car cette 20ème circonscription peut mal basculer ! »

Enfin, une allusion face au nouveau président élu Emmanuel Macron. « Il a donné la primauté au destin individuel. Moi, j’ai toujours prôné le destin collectif », conclut-il.

« Le ras le bol et la colère se sont exprimés avec force. Les espoirs de changement aussi », Fabien Roussel

Dans les Hauts-de-France, 1 million de personnes vivent sous le seuil de la pauvreté dans notre région, sur 6 millions, c’est une personne sur six !

Derrière l’orateur, sur écran géant, une liste de 1 300 noms participants au comité de soutien du candidat marque les esprits. Fabien Roussel s’exprime devant ses supporters : « Un mal ronge notre pays et ici, il s’installe dans dans d’innombrables  foyers. Le ras le bol et la colère se sont exprimés avec force. Les espoirs de changement aussi », déclare Fabien Roussel. Il insiste sur sa collaboration étroite avec le député sortant : « Avec lui, j’ai appris à travailler beaucoup, travailler ensemble, travailler pour tous et avec tout le monde ».

Bien sûr, le combat pour l’emploi demeure la fil rouge de cette intervention. « Il est prioritaire et il se mène tous les jours ! ». Concrètement, sur cette terre industrielle « dès fin juin, je réunirai l’ensemble des représentants des salariés et des chefs d’entreprises des différentes industries pour faire le point sur des dossiers très concrets. Le nouveau 1er Ministre sera tout de suite mobilisé sur ces questions. Les salariés et leurs représentants pourront compter sur moi, comme ils ont toujours pu compter sur Alain Bocquet ».

Justice fiscale

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa répartition des richesses reste une injustice. Et surtout, les recettes fiscales évaporées dans les paradis fiscaux «  elle prive chaque année notre pays de 80 milliards d’euros, c’est autant que le prétendu « déficit » de l’Etat. C’est également autant que ce que rapporte l’impôt sur le revenu. L’évasion fiscale coûte cher à l’Europe et à la France », assène-t-il. Un chiffre pas anodin puisqu’il correspond au réacteur de la République, le budget de l’Education nationale. Dans cette optique, Fabien Roussel militerait à l’Assemblée nationale « pour une COP sur la justice fiscale ». Un sujet abordé par Alain Bocquet, et son frère Eric. Bocquet, sénateur présent vendredi soir, sur l’évasion fiscale à travers leur livre « Sans Domicile Fisc ». Un thème plus que jamais d’actualité. En effet, un certain Jean-Claude Juncker a le culot de donner des conseils au tout nouveau président de la République Française. De la part du « prince fiscal » du Luxembourg, pays de l’optimisation fiscale, il ne manque pas d’air. Toutefois, cela n’étonne plus personne que le capital prodigue des recommandations pour appauvrir… les pauvres ! C’est d’une subtilité indécente !

La ruralité au coeur de la 20ème

Fabien Roussel n’oublie les nombreuses communes rurales sur cette circonscription. « Plus de la moitié des communes de la circonscription ont moins de 2 000 habitants. Elles doivent pouvoir bénéficier de la même qualité de service public que les villes. C’est loin d’être acquis aujourd’hui ».

Ensuite, l’agriculture connaît une crise sans précédent. Il est impérieux de remettre au goût du jour « la production locale, le soutien aux circuits courts », précise Fabien Roussel.

Le duel de proximité à gauche…

Enfin, sur la candidature d’Eric Renaud, Fabien Roussel regrette « nous pourrions parfaitement travailler ensemble, moi à l’Assemblée nationale, lui au Conseil départemental, et Alain Bocquet à l’intercommaulité (voire le Pôle Métropolitain). Ce soir, je lance un appel au rassemblement. Il n’est pas trop tard ». Face à l’argument de légitimité par les urnes avancé par Eric Renaud, la réponse est cinglante « on trouvera toujours plus légitime » !

Publié par Daniel Carlier le 13 mai 2017
20ème circonscription Alain Bocquet Fabien Roussel
Fabien Roussel : « On trouvera toujours plus légitime »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email